Mes 4 Questions à IDI NADHOIM

Idi

Idi Nadhoim et Irchad Abdallah

Mes 4 Questions à IDI NADHOIM
Vice-Président de 2006 à 2011.

18H04, j’arrive à Saint-Maurice dans le Val de Marne, aucun endroit pour me garer et un flash me passe par la tête, j’ai quatre minutes de retard, bientôt cinq peut être six … Ne va-t-il pas annuler l’interview? Je passe un coup de téléphone à son ami qui a organisé cette rencontre pour le prévenir et là surprise .. Il m’annonce que l’ancien VP ne souhaite pas revenir sur cette histoire de démolition de l’hôtel le Galawa. Il estime en avoir suffisamment parlé … Mince c’était ma quatrième question.

Alors que faire? Parler du crash de la Yemenia? Non, car une information judiciaire est ouverte par tribunal de Bobigny et je ne compte pas me substituer au procureur de la république. Bon, on verra..

Je réussis à me garer, je cours et me rends directement dans le café-restaurant prévu pour la rencontre, je le trouve assis, à l’aise .. J’étais attendu!

Moi: M. le Vice-président bonsoir.
M. Idi Nadhoim: Bonsoir Irchad.

1_Moi: M. Le Vice-Président, lors des dernières élections présidentielles vous aviez porté votre soutien à Elarif Oukacha candidat malheureux aux primaires qui se sont tenues sur l’ile de Djoumbe Fatima, ensuite dès l’élection qui a porté Ikililou à Beit-Salam vous avez créé votre parti Add-Zamzam. Parlez nous brièvement de celui-ci. Quel regard portez vous sur la politique menée par le président Dhoinine (révision constitutionnelle, contrats pétroliers, privatisation de Comores-Télécom). Et êtes vous de la majorité ou de l’opposition?

_M. Idi NADHOIM: Je ne fais pas partie de l’équipe d’Ikililou, je ne soutiens pas aveuglement sa politique, s’il en a une … Donc je ne peux pas faire partie de cette majorité ! Je ne lui fais pas une opposition systématique non plus !

« le projet de révision constitutionnelle est ANTICONSTITUTIONNEL. »

S’il fait des bonnes choses, j’apprécie, j’approuve et j’applaudis … mais euh malheureusement il n’y en pas beaucoup! Je ne suis pas là non plus pour l’attaquer de manière très agressive par contre je me plains de l’absence d’initiatives de la part de son gouvernement face aux problèmes majeurs traverse actuellement le pays.

S’agissant de la politique menée, je peux vous affirmer que le projet de révision constitutionnelle est ANTICONSTITUTIONNEL. Il la révise juste pour prolonger le mandat des députés or la Cour Constitutionnelle dans son arrêt du mois de septembre dernier a déjà tranché. Le mandat des députés prend fin en avril 2014 point barre. On n’a pas à revenir dessus ! On n’a pas à contourner. Ikililou doit respecter cette décision si réellement il respecte les institutions de la république.

« La Banque Mondiale et le FMI ne doivent pas nous imposer quoi que ce soit! »

En ce qui concerne la privatisation de Comores-Télécom, notre position est la suivante : Il faut privatiser mais pas n’importe comment. Il faut juste privatiser sa gestion. Se priver des biens de l’Etat en faveur d’une société étrangère qui n’apportera pas grand chose au pays serait une erreur impardonnable. Soyons clairs, toute société qui mettra la main sur l’opérateur de télécommunications ne pensera qu’à se faire de l’argent. Prenons l’exemple de la BIC. L’Etat et le secteur privé comoriens détiennent 49% du capital, la BNP-Paribas 51%, et le saviez-vous qu’aujourd’hui le pays ne bénéficie d’aucune dividende émanant de cette banque, d’aucun droit de regard, rien?! Même pas notre mot à dire. J’ai moi même été président du conseil d’administration et ils m’ont éjecté parce que j’ai jamais été d’accord avec eux, pire encore, ils estimaient que je n’avais rien à dire. Ils sont majoritaires donc toutes les décisions leur revenaient. Donc l’ouverture du capital de Comores-Télécom doit être accompagnée par l’octroi d’une seconde licence à un nouvel opérateur pour permettre l’ouverture du marché à la concurrence. La Banque Mondiale et le FMI ne doivent pas nous imposer quoi que ce soit !

« Je vous dis que ce contrat a été signé FRAUDULEUSEMENT par le Vice-Président Mamadou. »

Pour ce qui est du pétrole, j’espère que les élus de la nation et toute l’assemblée nationale se ressaisiront pour ratifier les contrats en cours de négociation car c’est pour le bien du pays. Il faut le souligner pour que les gens comprennent, nous ne pourrons jamais exploiter du pétrole chez nous sans avoir au préalable, signé des contrats d’explorations. Que ce soit clair ! Et c’est regrettable que le président Ikililou se soit retrouvé seul à gérer ce dossier parce son gouvernement ne l’a pas aidé ! Ces contrats auraient dû être ratifiés depuis longtemps mais il y’a eu une opposition interne en raison du contrat Boule-Mining (ndlr différend opposant les Comores et la société sus-citée en cours d’arbitrage à Londres). Je vous dis que ce contrat a été signé FRAUDULEUSEMENT par le Vice-Président Mamadou. De toute manière le VP Fouad Mohadji l’a dit. Il n’a jamais donné l’intérim à qui que ce soit.
On ne signe pas un contrat de cette ampleur sans avoir l’avis du conseil de gouvernement. Ce n’est pas croyable! Ce contrat est nul et non avenu.

« Je suis officiellement candidat pour les élections de 2016 »

Pour finir, sachez que j’ai créé mon parti politique au moment où j’ai besoin d’une grosse structure pour soutenir ma candidature aux élections présidentielles de 2016. Je suis officiellement candidat !

2_MOI: Lors d’une conférence de presse que vous aviez organisée courant 2011, vous nous aviez sorti du chapeau un projet très ambitieux pour palier aux problèmes de la MaMwe et ses pénuries incessantes en évoquant un accord avec Exim-Bank INDE pour le financement d’une centrale électrique au fioul lourd. D’après vous pourquoi le gouvernement issu, de votre équipe il faut le préciser, n’a pas mené ce projet au bout alors que les Comores et les comoriens continuent d’en souffrir?

_M. Idi NADHOIM: C’est exact j’ai énormément travaillé pour trouver une solution aux problèmes liés aux pénuries d’électricité aux Comores. Des problèmes qui durent depuis l’élection du « feu » président Taki Abdulkarim, ça ne date donc pas d’hier. Les gouvernements qui se sont succédés d’Azali à Sambi, ont cru pouvoir résoudre le problème en changeant de directeurs généraux. Il y’a eu au moins une douzaine de nominations sans qu’un début de solution ne soit trouvé.

Exim Bank Inde, une banque d’Etat, avait accepté de nous prêter 15 milliards kmf auxquels s’ajoutaient 35 millions de dollars, à condition que le gouvernement comorien présente des projets viables pour Mohéli et Anjouan. Ces 15 milliards étaient destinés à la construction d’une centrale au fioul lourd.

Hormis le vol, le coût de production d’électricité aux Comores reste trop élevé à cause du gasoil. Nous avons donc pensé au fioul lourd, avant cela j’avais même pensé au charbon qui coûte beaucoup moins chère. Pour info, la tonne tourne autour de 100 dollars alors que le fioul lourd est entre 400 et 600 dollars et le gasoil 1200 dollars la tonne métrique. Le gouvernement actuel a perdu deux ans pour enfin se rendre compte qu’il n’avait pas d’autre choix.

Le contrat a été signé avec le gouvernement indien, un bureau d’études indien a été choisi suite à un appel d’offres, 3 mois après des entreprises indiennes ont été sélectionnées pour la construction de la centrale et la fourniture des groupes.
Ce prêt était assorti d’un taux préférentiel de 1% sur 23 ans.
Certains détracteurs qui ne proposent jamais rien, ont dit que le fioul lourd polluait. Mais qu’est ce qui ne pollue pas ? L’absence d’électricité dans le pays pollue beaucoup plus. Nous n’avons besoin que de 20 MW aux Comores.

3_MOI: Toutes les semaines à travers les blogs et les réseaux sociaux, le député de Moroni Nord Abdoul-Fatah porte des accusations très graves à votre encontre, allant jusqu’à insinuer que vous auriez touché des commissions occultes émanant de soi-disant contrats liés à l’utilisation du pavillon de complaisance comorien. Qu’avez vous à lui répondre?

_M. Idi NADHOIM: Ecoutez, vu le niveau scolaire de Fatah, député de Moroni-Nord, il n’est pas étonnant que celui-ci m’accuse à tord et à travers de choses inexactes. Il dit qu’en 2009, la société en charge de la gestion du pavillon de complaisance comorien m’a versé une commission estimée à 400.000$.

Est-ce qu’il sait ce que ça correspond 400.000$? Je ne pense pas!

Cette société avait déjà du mal à payer les 10.000$ de redevances par mois, elle n’arrivait même pas à les honorer, c’est d’ailleurs pour cette raison que le gouvernement lui a retiré sa licence. Vous vous rendez compte? Et pour quelles raisons aurait-elle payé une commission alors que son contrat courait depuis 2007 et pour une longue durée?

Ce député raconte tellement n’importe quoi que nous nous sommes dits que ce n’était même pas la peine de porter plainte contre quelqu’un comme lui … qui a un niveau de CAFETIER!!!

4_MOI: Le Galawa! … En préparant notre entrevue, j’ai consulté cadres et personnalités de la région de Mitsamiouli pour prendre la température suite à l’interview que vous avez accordée à notre confrère ARM du blog le mohelien.com dont je vous livre le contenu. À l’unanimité, un sentiment de révolte suite à vos propos!

Lire les 3 dernières questions—> http://lemohelien.com/index.php/86-construction/407-les-gens-de-la-region-de-mitsamiouli-etaient-pour-la-destruction-du-galawa-beach

N’est-ce pas insultant d’assimiler l’accord de la région de Mitsamiouli à la destruction du Galawa pour des pauvres gens qui ont ramassé les débris de l’hôtel? Qui a vendu les objets de valeurs?
Les gens se posent la question de savoir qui a récupéré les objets de valeur?

_M. Idi NADHOIM: Les gens de la région de Mitsamiouli ayant récupéré portes, tôles … sinon concernant les objets de valeurs, posez donc la question à Mohamed Ali Amir.
Directeur du service des logements, ce dernier était représentant du ministère des Finances et avait pour mission de récupérer l’ensemble des objets de valeur pour la réhabilitation du parc immobilier de l’état. Demandez lui donc !
Nous, le ministère du tourisme, avions pour objectif de construire un nouvel hôtel à la place. Pour ce qui est du vol, demandez leur !

« Le Galawa, nous avons échoué »

Maintenant je ne suis pas étonné des réactions des uns et des autres puisque dans cette affaire nous avons échoué. Et face à l’échec on se retrouve souvent seul.
Mais je peux vous garantir que tout le monde, mais vraiment tout le monde a été consulté. Pensez qu’il aurait été possible de toucher le Galawa sans accord préalable des notables et cadres de Mitsamiouli?
Accompagnés des responsables de Dubaï World nous avons présentés les plans du projet au foyer ADCS de Mitsamiouli et ils étaient tous présents. Certains notables avaient même fait louer leurs maisons aux dirigeants de cette société. Qu’ils arrêtent un peu, ok?

MOI: Je vous remercie M. le VP.
M. Idi NADHOIM: Je vous remercie également.

Propos recueillis par Irchad Abdallah

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s