Aniami Mchangama : « La reconnaissance de mon engagement »

Aniami Mchangama

« La reconnaissance de mon engagement »

DrapAniami

Aniami Mchangama, conseillère municipale d’Argenteuil (95)

 

A 49 ans, Aniami est une maman comblée, assistante de Direction et Présidente de la Fondation des Étudiants comorien à l’Étranger (FEC). Elle est engagée dans le parti socialiste depuis une dizaine d’années. Elu conseillère municipale d’Argenteuil dans la précédente législature, elle est de nouveau sur la liste de son parti pour les prochaines élections municipales.

 

Mlimengu – Mme Aniami Mchangama, quel sens donnez-vous à votre présence  au sein de la liste du Parti Socialiste à Argenteuil ?

Aniami Mchangama – C’est une reconnaissance du travail que j’ai fourni depuis six ans, la reconnaissance de mon engagement et surtout le résultat de mes convictions qui n’ont jamais vacillées.

Mlimengu – Êtes-vous en position éligible dans cette liste ?

Aniami Mchangama – Il s’agit de la liste sortante, sur 55 colistiers, je suis à la 30e place, donc éligible.

Mlimengu – De quelles activités, réalisés durant le  mandat qui s’est écoulé, êtes-vous le plus fière ?

Aniami Mchangama – Après avoir eu une délégation sur un quartier au début du mandat, je me suis vu confier le développement de la vie associative et le bénévolat.

Argenteuil a un tissu associatif très important. Sur plus de 1 600 associations déclarées près d’un quart est très active.

Je suis particulièrement très fière de l’évolution du Téléthon sur ma ville. En effet, lorsque j’ai eu la charge de cette délégation, en 2010, nous étions à une récolte de dons s’élevant à 24 000€. Nous n’avons jamais cessé d’évoluer positivement, malgré la crise, pour atteindre trois ans plus tard (décembre 2013) plus de 40 000 € sur la ville.

Je pense avoir accompli ma mission en développant un certain dynamisme au sein du tissu associatif qui a donné ce bon résultat au téléthon.

J’en profite pour remercier ces bénévoles qui donnent de leur temps, de leur énergie et de leur savoir pour le bien être des autres.

Aniami

En pleine campagne

Mlimengu – Vous êtes depuis longtemps très active au sein du Parti Socialiste, de quand date cet engagement et pourquoi ?

Aniami Mchangama – Je n’avais que 17 ans lors de la première élection de François MITTERRAND, et je me souviens de l’euphorie de cette époque. Ce sont des périodes qui marquent la vie d’un(e) jeune. Je suis donc naturellement devenue une femme de gauche.

C’est au PS et dans ses valeurs que je me retrouve.

J’ai d’abord œuvré dans le monde associatif, tout en étant sympathisant au PS. J’y suis complétement engagée depuis 2004.

Mlimengu – Vous êtes très active au sein de la communauté comorienne et dans les actions en direction des Comores, pensez-vous comme certains qu’il y a contradiction entre vos activités politiques en France et les actions avec votre pays d’origine ?

Aniami Mchangama – Pourquoi y en aurait-il ? Cette question on ne la pose pas à un Français de souche (blanc de peau). On ne la poserait pas non plus à une personne d’une autre origine qui s’engagerait à apporter son aide aux Comores.

Je suis une élue Française au même titre que Daniel Goldberg, président de l’amitié France-Comores à l’Assemblée Nationale, tous les deux au PS. À lui, on ne lui pose jamais la question sur son engagement envers les Comores.

Les Comores ce sont  mes racines, et comme je le dis souvent, je suis un arbre qui a besoin de ses racines pour tenir debout.

Propos recueillis par Mahmoud Ibrahime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s