Résumé de la thèse d’Ibouroi Ali Toibibou

Monsieur Ali Tabibou IBOUROI a soutenu sa thèse de doctorat en Histoire intitulée :  » Des Makua et de leurs descendants aux Comores « , sous la direction de Monsieur Sudel FUMA le 26 mars 2004 à l’Université de la Réunion.

Composition du jury :

  • Monsieur Yvan COMBEAU, Professeur, Université de La Réunion
  • Monsieur Sudel FUMA, Professeur, Université de La Réunion
  • Monsieur Barthélemy MANJAKAHERY, Université de Tuléar
  • Monsieur Iain WALKER, Senior Research, H.D.R., University of Oxford

Résumé:

« L’archipel des Comores composé de quatre îles : Grande-Comore, Anjouan, Mohéli et Mayotte dont le premier peuplement remonte au premier millénaire avant Jésus Christ, a connu l’esclavage avant la traite et la colonisation française qui commence. Les fonctions principales de l’esclavage dans ce petit pays au bout du monde sont agricoles et domestiques. Mais contrairement aux autres pays, c’est la rareté des documents écrits et le silence absolu des habitants qui prédominent face à ce phénomène.L’esclavage va connaître une croissance fulgurante avec le phénomène de la traite et l’histoire coloniale. De nombreux Mozambicains sont déversés dans les îles : les uns pour répondre aux besoins des bras dans l’économie agricole coloniale basée sur la culture des produits de rente ; les autres pour partir par la suite dans d’autres pays, et plus particulièrement l’île de La Réunion. Les Africains d’origine mozambicaine sont connus aux Comores sous le nom de Makua.Après un survol rapide de d’histoire générale de l’esclavage aux Comores, la thèse se penche spécifiquement sur la traite de Makua pendant une période précise d’un siècle : 1870 à 1970. L’analyse aborde successivement les aspects liés à la route, les perceptions, l’occupation des espaces, l’intégration et l’apport de Makua. L’abolition officielle de l’esclavagisme était diversement appréciée à l’image actuelle du pays dont les séquelles de cette histoire douloureuse sont toujours visibles jusqu’à enfanter ce que l’on appelle communément l’esclavage moderne. »

Mlimengu

https://mlimengu.wordpress.com/

3 commentaires

  1. La thèse de l’enseignant-chercheur Ibouroi Ali Toibibou sur la question des Makuas et de l’esclavage aux Comores semble être très intéressante pour le peuple comoriens en particulier et de l’historiographie de l’esclavage dans le monde en général.
    Ce travail qui repose en grande partie sur les traditions orales vient briser un mythe de notre société traditionnelle et qui semble se perpétuer jusqu’aujourd’hui.
    Longtemps, la question de l’esclavage aux Comores n’a pas vraiment intéressé les premiers chercheurs que ça soient étrangers ou nationaux: peut être que ça touche un des leurs ou bien l’auteur lui même se sent concerner. C’est un des facteurs qui font que cet aspect reste très peu étudier aux Comores.
    Je pense que ce travail va contribuer à la cohésion et aux développement de notre société, et non plus le considéré comme un révélateur de haine envers les uns (les descendants des anciens esclaves) et les autres (les anciens familles aristocratiques des grandes villes, possesseurs des esclaves par exemple).

  2. après tous mes félicitations a mon professeur,cette thèse a des valeurs très efficaces est très intéressant sur tout dans la domaine de (wamakuwa)qui sont jusqu’à lors dans l’ensemble des iles Comores;donc,comme on a besoin de cette thèse,nous entant que étudiant chercheur,en plus historien,ont vous remercier beaucoup tout l’initiative de notre professeur;(la question des esclaves aux Comores,ou l’esclavage montre est le rappel même de homme de n’est pas se connaitre,c’est dire de chercher a se connaitre lu même(l’originalité)la question de (wamakuwa,ce semble ouvert,est nous montre la réalité de nous origines,pour dire seulement que nous sommes égo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s