UCCIA/CCIA : Le Ministère des Finances s’engage enfin

UCCIA/CCIA : Le Ministère des Finances s’engage enfin

 

ArreteCCIA1 ArreteCCIA2Dans le conflit qui oppose le Président de l’Union des Chambres de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture (UCCIA), Fahami Thabit à la Présidente de la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture (CCIA), Fatouma Nassor, le Ministère de tutelle a enfin pris une décision, conformément à la loi qui lui confie un pouvoir de substitution en cas de crise.

Cette décision est résumée dans l’arrêté 14-045/A/ du 30 avril 2014 signé par le Vice-Président Mohamed Ali Soilihi, Ministre des Fiances et de l’Économie.

Dans une interview récente accordée à La Gazette des Comores, le Président de l’UCCIA indiquait que son institution n’avait aucun conflit avec la CCIA, le Ministère semble penser autrement puisque l’article Premier de cet arrêté met en place une commission d’appui aussi bien auprès du bureau de la CCIA que du Secrétariat Général de l’UCCIA.

L’arrêté laisse comprendre que le gouvernement a penché vers les solutions proposées par le Mouvement des Entreprises Comoriennes (MODEC) dont les dirigeants étaient agacés par le pourrissement des relations entre les deux organisations. C’est en effet à deux membres de ce syndicat des patrons comoriens et à un membre de la Maison des Organisations professionnelles (MOP) que le Ministre des Finances a confié le soin de mettre de l’ordre dans les Chambres de Commerce.

Le Ministère ne donne qu’un mois à cette commission pour parvenir à deux objectifs : « faire élire les trois vice-présidents manquants » et « instaurer un climat de confiance au sein de l’institution ». Vues les relations catastrophiques entre les deux organisations et entre les membres, un mois pour ramener une situation normale paraît trop court, à moins de nommer des prophètes capables de miracles. Il est presque certain que ce délai sera prolongé.

De plus, une source qui a requis l’anonymat indique que le MODEC allait contester la présence de la MOP dans la gestion du conflit dans la mesure où certains membres de celle-ci étaient partie prenante dans ce conflit.

On se rappelle que dans l’objectif d’écarter la présidente actuelle de la CCIA, certains membre de l’organisation avaient mené une véritable guerrilla faite de plaintes contre elle auprès de la Justice, d’accusations gratuites relayées dans les réseaux sociaux, de démissions fracassantes dans l’objectif de paralyser l’instution… Le 10 mars dernier, les opposants à la présidente avaient même organisé une Assemblée régionale à Moroni et avaient désigné de nouveaux responsables. Mais, le gouvernement avait réagi en interdisant l’accès du site de la CCIA à ce groupe, y compris au Président de l’UCCIA. Fatouma Nassor et ses collaborateurs étaient les seuls à pouvoir y accéder.

C’est cette ligne qu’a suivi le Ministre des Finances en annulant dans cet arrêté les délibérations de l’Assemblée régionale du 10 mars 2014 (article 5) et en confirmant la présidente à son poste : « Hormis de ceux qui ont démissionné, les membres des organes délibérant et exécutif de l’établissement en fonction antérieurement à cette délibération (note de la rédaction : celle de l’Assemblée régionale du 10 mars 2014) continuent de l’exercer. »

Mahmoud IBRAHIME

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s