Les tirailleurs comoriens à l’honneur dans l’oise

Les tirailleurs comoriens à l’honneur dans l’oise

Des enfants comoriens chantent les hymnes nationaux

Des enfants comoriens chantent les hymnes nationaux

C’est comme si on avait oublié depuis longtemps que des Comoriens, sujet de l’empire français depuis 1843 pour Mayotte et 1912 pour le reste de l’archipel, avaient participé à la Première guerre mondiale. Certains sont morts et enterrés en France, d’autres sont revenus dans leur pays et ont disparu pratiquement tous dans l’indifférence générale.

À l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale et après des recherches qui ont été menées surtout à Mayotte, notamment par un professeur d’Histoire-géographie, Pascal Marcilloux (doc aucune autorité n’a cité le nom, malgré le travail accompli depuis 2010), les autorités françaises ont décidé d’organiser une journée de commémoration pour rappeler l’action des soldats comoriens pendant la Première guerre mondiale.

Les deux États ont mis à la disposition des Franco-comoriens qui le souhaitaient des cars pour les amener dans l’Oise participer à la manifestation. Ils furent nombreux à être présents pour cet événement.

La cérémonie a commencé à vers midi à Ourscamps, en présence d’une demi douzaine de gendarmes français, des trois officiers comoriens qui ont défilé le 14 juillet aux Champs-Élysées, du préfet de l’oise et du Directeur de Cabinet, chargé de la défense, Hamada Madi Boléro. Le Secrétaire d’Etat français, chargé des Anciens combattants, Kader Arif, annoncé depuis plusieurs jours n’étaient finalement pas présent, mais représenté. L’Ambassadeur des Comores en France n’était pas présent non plus. Il serait parti le matin même pour les Comores et n’était pas représenté dans ces cérémonies.

Plaque dévoilée à Cuts (oise)

Plaque dévoilée à Cuts (oise)

Après les hymnes nationaux superbement chantés par des enfants comoriens et une jeune femme d’origine antillaise, les autorités ont déposé des gerbes de fleurs sous la plaque où sont inscrits les cinq noms de soldats d’origine comorienne « morts pour la France ».

Les gens se sont ensuite déplacés vers Cuts où une autre plaque a été dévoilée. Une vingtaine de noms de Comoriens « morts pour la France » y sont inscrits.

Enfin, c’est devant la mairie de Cuts que les officiels ont prononcé des discours qui ont mis l’accent sur les liens entre les deux pays, avant la remise de la légion d’honneur au Directeur de cabinet du Président Ikililou.

Mahmoud Ibrahime 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s