Mois: juillet 2017

Rencontre Azali-Msaidié à Beit-Salam

Le chef de l’État a rencontré hier, mercredi 19 juillet, Houmed Msaidié, quelques jours après l’annonce du gouvernement dans lequel l’opinion publique s’attendait à retrouver le leader du parti RADHI.

Rien ou presque n’a filtré de cette rencontre. Mais, selon certaines indiscrétions Houmed Msaidié s’était retiré dans le Mbudé, à Ivembeni lorsque le Président lui a demandé de le retrouver à Beit-Salam.

Cette rencontre n’est sans doute pas étrangère au communiqué du parti Juwa dans lequel ce parti a fait appel à tous les partis de l’opposition et même à la société civile pour former un Front Républicain. Il s’agit pour le président Azali d’éviter que Houmed Msaidié ne se retrouve aux côtés de Ahmed Sambi dans l’opposition, dans un contexte où l’on parle de dissolution de l’Assemblée Nationale.

La Rédaction

Juwa dénonce un gouvernement « clanique »


ComJuwa180717

Le parti Juwa n’a pas tardé à réagir après son éviction du gouvernement du président Azali. Dans un communiqué publié le 18 juillet, soit un jour après l’annonce du nouveau gouvernement, le parti d’Abdallah Mohamed Ahmed Sambi se place résolument et sans tergiversation dans l’opposition et se pose en rassembleur de « toutes les forces vives patriotiques » (partis et société civile), « au-delà des clivages partisans ou insulaires ».

Le nouveau gouvernement du président Azali est qualifié de « gouvernement clanique » dans ce communiqué. Le parti Juwa fait ainsi expressément référence aux critiques qui ont suivi après l’annonce de ce gouvernement dans lequel, le président a imposé son ancien Ministre des Affaires étrangères, Souef El-Amine qui est également un co-villageois. Il y avait déjà le puissant Secrétaire Général, Idaroussi, son neveu qui est aujourd’hui, pour la première fois de l’histoire de l’Union des Comores, l’équivalent d’un Premier Ministre qui donne des directives aux Ministres et même aux Vice-Présidents. Du coup, les internautes font des décomptes des postes de direction (Douanes, Plan…) qui sont occupés par des proches du Président ou du village de Mitsudje dont le président est originaire.

Le communiqué du Parti Juwa marque la rupture avec le Président Azali, mais il dénonce également la mise en danger de la stabilité et des valeurs démocratiques du pays. Juwa appelle donc à la formation d’un « front républicain ». Reste à savoir si les nombreux partis de l’opposition qui sont depuis six mois dans l’expectative vont suivre ou se maintenir dans une position d’attente qu’Azali veuille bien discuter avec eux, ou encore renforcer celui-ci dans dans sa volonté de réformer la Constitution en utilisant les prochaines Assises Nationales.

Mahmoud Ibrahime

Gouvernement Azali 2. Un mini remaniement

Azali2Qu’ils soient analystes politiques, journalistes ou simple citoyens, les Comoriens étaient impatients tant l’annonce du gouvernement Azali II a poussé le suspens à son comble. Ce retard a ouvert droit à toutes les suppositions surtout lorsque les Comoriens ont constaté la présence du président de l’Union des Comores au concert anniversaire de Salim Ali Amir alors que le pays était sans gouvernement depuis plusieurs heures.

Insouciance ?  La question ne se pose même pas selon l’entourage du président. Il s’agit pour eux, d’une stratégie de communication parfaitement maîtrisée. D’abord annoncé pour dimanche soir, puis pour ce lundi à 16 heures 30, le nouveau gouvernement n’a été dévoilé qu’en début de soirée lundi 17 juillet. Tous ces mystères ont induit plusieurs personnes en erreur. Certains s’attendaient à un remaniement de fond, on s’est retrouvé au final avec un mini remaniement, un remaniement technique qui, à défaut de surprendre a étonné plus d’un tant on s’attendait à un véritable chamboulement.

Au pouvoir depuis plus d’un an, le président Azali et ses ministres peinent à trouver le chemin de l’essor. En reconduisant quasiment les mêmes personnes, les résultats demeureront fatalement les mêmes.

Mêmes recettes, mêmes plats

Les ministères régaliens sont occupés par les mêmes hommes hormis ceux qui étaient occupés par des membres du parti Juwa. Mohamed Daoudou, le sulfureux ministre de l’intérieur, garde le même portefeuille alors que son destin semblait déjà scellé, accusé par un internaute, Moussaoui Saif d’être mêlé à des affaires lourdes de trafic de faux documents. En le reconduisant au ministère de l’Intérieur, Azali lui renouvelle ainsi sa confiance.

Quelques ministres,  sans pour autant quitter le gouvernement, ont été nommés dans d’autres ministères. Salim Mohamed Abderemane, autrefois ministre de la Jeunesse, de l’Emploi, de l’Insertion Professionnelle, de la Culture et des Sports a rejoint le ministère de l’éducation en remplacement du Mitsamihulien Abdou Mhoumadi qui paie la gestion calamiteuse de la grève des enseignants.

Il n’y a de nouveauté dans ce gouvernement qu’aux ministères régaliens de la justice, des affaires étrangères  et au secrétariat  d’état chargé du tourisme et de l’artisanat et à la Jeunesse et Sports. Le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Mahamoud Salim est quasiment un inconnu. Pourtant, cet ancien proche de Mohamed Bacar est passé par la CRC, puis RADHI avant de revenir à la CRC lors des dernières élections présidentielles pour soutenir Azali. Il en est ainsi récompensé.

Le Président Azali se révèle être un nostalgique et un revanchard. Nostalgique, il fait appel à certains de ses anciens acolytes à l’instar de Souef Mohamed El-Amine de la CRC, nommé alors qu’il se trouverait encore aujourd’hui au Mali dans le cadre de ses occupations onusiennes, au ministère des affaires étrangères, de la coopération internationale et de la francophonie. Le départ de tous les ministres Juwa confirme les propos du président de l’Union tenu le 6 juillet 2017. Il promettait en effet de tirer les conséquences de la sortie de Sambi contre la décision de rompre avec le Qatar. Là réside le côté revanchard du président, lisible à la lumière de ce nouveau gouvernement.

Il convient aussi de remarquer, comme l’a noté un facebooker, Hachim Abdou Petit que tous les ministères régaliens sont à présent occupés par des originaires de l’île de Ngazidja. Ce n’est pas de bonne augure.

Un gouvernement règlement de compte

            Pour Juwa, l’annonce du gouvernement Azali II a eu l’effet d’une bombe, un véritable coup de massue. Alors que trois personnalités représentaient le parti de l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi dans l’ancien gouvernement, ils viennent tous d’être éjectés, de Maître Fahami Said Ibrahim (Justice) à Mohamed Bacar Dossar (Affaires étrangères) en passant par Mme Sitti Attoumane (Secrétaire d’Etat chargé du Tourisme et de l’artisanat).

Ainsi prend fin, l’alliance entre Juwa et CRC qui avait largement contribué à l’arrivée d’Azali au pouvoir et qui avait permis l’entrée au gouvernement de membres de Juwa, avec deux ministères régaliens.

Les grands perdants

A l’approche de ce remaniement, Maître Said Larifou avait multiplié les signes de sympathie envers le président. Il s’était montré très favorable à l’émergence et aux Assises Nationales, tout en multipliant les déclarations médiatiques en faveur du président de l’Union. Mais Azali Assoumani, qui n’a sans doute rien oublié des précédentes élections, a choisi de l’écarter.

Par ailleurs, les femmes sont les véritables oubliées des gouvernements Azali. La parité ne semble pas avoir trouver promoteur chez Azali. Avec une seule femme ministre nommée au ministère de la santé, de la solidarité, de la protection sociale et de la promotion du genre. Le docteur Rashid Mohamed Mbaraka Fatma doit panser deux plaies profondes. Celle de Mitsamiouli qui regrettent le départ de Abdou Mhoumadi et celle des femmes comoriennes qui n’ont jamais été mises en avant par les gouvernements successifs du président Azali.

Omar Mirali

Editorial. Comores. Remaniement gouvernemental en faveur du parti présidentiel

SouefElAmineLe Président Azali a rendu public ce lundi 17 juillet la composition de son nouveau gouvernement. Alors que les Comoriens s’attendaient à un vrai changement de gouvernement, le président s’est contenté d’un mini remaniement. En effet, il n’a quasiment fait que remplacer les ministres et secrétaires d’Etat du parti Juwa avec lequel il avait annoncé une rupture dans son discours du 6 juillet, ainsi que le Ministre de l’Education Abdou Mhoumadi qui fait sans doute les frais de la longue grève des enseignants dont la conséquence fait que jusqu’à maintenant les examens de fin d’année n’ont pas commencé.

Le nouveau gouvernement renforce la position du parti CRC, parti présidentiel. Il est surtout marqué par l’arrivée d’un poids lourd de l’entourage du président, originaire du même village que lui : Soeuf El-Amine au poste de Ministre des Relations Extérieures. Il est aussi membre fondateur de la CRC (comme le jeune Mahamoud Salim nommé Ministre de la Jeunesse et des Sports). Si le Ministre précédent, Mohamed Dossar a été presque invisible et son action peu lisible, avec Soeuf El-Amine, qui sans aucun doute bénéficiera de la confiance du président, les choses en seront autrement. L’expérience va s’imposer.

L’autre fait marquant est l’entrée au gouvernement d’une ministre à part entière, puisque dans le précédent gouvernement, il n’y avait que des femmes secrétaires d’état. Là aussi, le président de la république a misé sur l’expérience de puisqu’il a nommé une femme médecin comme Ministre de la Santé : Dr Rashid Mohamed Mbaraka Fatma.

D’autres personnalités marquantes de la scène politique comorienne avaient été pressenties pour entrer dans ce gouvernement et notamment l’ancien Ministre Houmed Msaidié ou l’avocat Saïd Larifou. Ils n’ont pas été retenus pas le président Azali, alors qu’on sentait un rapprochement qu’ils avaient opéré ces derniers temps avec la politique d’Azali Assoumani, le premier en soutenant ouvertement la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar, rupture fortement décriée par l’opinion comorienne et le deuxième en s’engageant (y compris à long terme) sur la question de l’émergence dont le président s’est fait le champion depuis peu de temps.

Quels signes le président Azali entend-il donner avec ce remaniement ? Il est difficile de lire un message clair. Mais, il a signifié aux Comoriens la fin de l’alliance avec le parti Juwa qui lui a permis d’être élu. Il a également montré une volonté de se recentrer sur ses proches, et particulièrement ceux de son parti, la CRC.

Il est également clair qu’il pense continuer à bénéficier de la sollicitude des partis qui sont de fait dans l’opposition et qui se sont faits remarquer ces derniers temps par leur silence. Il espère surtout que les grands leaders de l’échiquier politique qu’il a ignorés à l’occasion de ce remaniement n’iront pas renforcer l’opposition que va sûrement mener le parti Juwa et son président d’honneur Ahmed Sambi, encore assommés par la trahison qu’ils viennent de subir.

Un peu comme son prédécesseur Ikililou Dhoinine, Azali Assoumani pense sans doute manipuler à sa guise les personnalités de l’opposition en leur faisant croire qu’ils seront dans le prochain gouvernement, espérant ainsi qu’ils l’aideront à obtenir ce qu’il veut avec les Assises prévues bientôt et qui doivent aboutir à un changement profond de la Constitution et sans doute mettre fin à la tournante.

Mahmoud Ibrahime

Le nouveau gouvernement Azali

FICHE D’INFORMATIONLE PRESIDENT DE L’UNION,
VU la Constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001, révisée, notamment en son article 16 ;

D E C R E T E :

ARTICLE – 1er : Les Vice-Présidents de l’Union sont chargés respectivement des Ministères ci-après cités :

1.1 Vice-Président chargé du Ministère de l’Economie, de l’Energie, de l’Industrie, de l’Artisanat, du Tourisme, des Investissements, du Secteur Privé et des Affaires Foncières,

Monsieur DJAFFAR AHMED SAID HASSANI

1.2 Vice-Président chargé du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme,

Monsieur MOUSTADROINE ABDOU

1.3 Vice-Président chargé du Ministère des Transports, des Poste et Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC),

Monsieur ABDALLAH SAID SAROUMA

ARTICLE-2 : Sont nommés Ministres, les personnes dont les noms suivent :

2.1. Ministre des Finances et du Budget

Monsieur SAID ALI SAID CHAYHANE

2.2. Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de la Francophonie, Chargé des Comoriens de l’Etranger,

Monsieur Souef MOHAMED EL AMINE

2.3. Ministre de l’Intérieur, de l’Information, de la Décentralisation, chargé des Relations avec les Institutions, Porte-parole du Gouvernement,

Monsieur MOHAMED DAOUDOU

2.4. Ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement et de la Recherche,

Monsieur SALIME MOHAMED ABDEREMANE

2.5 Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, des Affaires Islamiques, des Administrations Publiques et des Droits Humains,

Monsieur MOUSSA MAHOMA

2.6 Ministre de la Santé, de la Solidarité, de la Protection Sociale et de la Promotion du Genre,

Dr RASHID MOHAMED MBARAKA FATMA.

2.7 Ministre de la Jeunesse, des sports, de l’Emploi, de l’Insertion Professionnelle, des Arts et de la Culture,

Monsieur SALIM MAHAMOUD

ARTICLE-3 : Sont nommés Secrétaires d’Etat et participent au Conseil des Ministres pour les affaires relevant de leurs attributions :

3.1 Secrétaire d’Etat chargé du Tourisme et de l’Artisanat auprès du Vice- Président, chargé du Ministère de l’Economie, de l’Energie, de l’Industrie, de l’Artisanat, du Tourisme, des Investissements, du Secteur Privé et des Affaires Foncières,

Monsieur WAHADI MADI

3.2 Secrétaire d’Etat chargé des Transports auprès du Vice-Président chargé du Ministère des Transports, des Poste et Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC),

Monsieur SOULAIMANA KAAMBI

3.3 Secrétaire d’Etat chargé de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme auprès du Vice-Président Chargé du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme,

Monsieur MMADI KAPACHIA

3.4 Secrétaire d’Etat, chargé de la Coopération avec le Monde Arabe, auprès du Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de la Francophonie, chargé des Comoriens de l’Etranger

Dr HAMIDOU KARIHILA

ARTICLE-4 : Le présent décret sera enregistré, publié au Journal Officiel de l’Union des Comores et communiqué partout où besoin sera.

Tribune Libre. Mayotte, tableau d’un combat perdu d’avance

Tribune Libre.

Mayotte, tableau d’un combat perdu d’avance

 

 

L’histoire des Comores, c’est incontestable, ne commence pas au début des années 1830. En revanche, la genèse du différend franco-comorien sur l’île de Mayotte remonte autour de ces années là. Entre 1830 et 1835, en partance de Madagascar, Andriantsoly s’accapare de l’île de Mayotte. Au début des années 1840, alors que la France perd peu à peu de son influence dans l’Océan Indien, Andriantsoly, en proie à une importante instabilité politique interne, a du négocier la vente de l’île. Louis Philippe, alors roi de France, valida l’achat de Mayotte en 1843.

Historiquement, les faits sont têtus.

Il a fallu attendre 43 ans, 43 longues années de destin séparé,  pour que le reste des Comores, suivant la trajectoire de Mayotte, embrassent le protectorat français. Lorsque, en 1912, l’annexion des Comores a été officialisée, la France avait eu largement le temps de s’enraciner à Mayotte. Son ancrage, y était déjà plus fort que dans le reste des îles de l’archipel des Comores.

 

Mirali_Abdou

©RTMC. à gauche Abdourahamane Mohamed B.A. et à droite Omar Mirali

Prochaine grande date, l’an 1974. Après avoir franchi la décisive étape de l’autonomie interne au lendemain de la deuxième guerre mondiale, voilà que les populations comoriennes  (oui, les populations) sont appelées à se prononcer sur l’indépendance, autrement dit, l’éventuel départ des Français. Comme souvent, là aussi Mayotte a fait cavalier seul en traçant son chemin, un chemin aux antipodes de celui qui a été emprunté par les trois autres îles des Comores. Seule, alors que Ngazidja, Ndzuani et Mwali ont voté pour l’indépendance, Maoré a choisi le maintien de la France dans ses girons.

On se retrouve alors, au lendemain de l’indépendance de 1975, avec un État définitivement morcelé. Remarquez au passage, que dès les années 1840, le choix des Mahorais de rompre avec les Comoriens en faveur des Français ne s’est jamais démenti. Pis encore, cette position n’a eu de cesse de se radicaliser au fil des années. Cette volonté francophile de tout un peuple a atteint son paroxysme lorsque, entre 2009 et 2011, l’île de Mayotte changeait de statut pour devenir un Département français d’Outre-Mer. (DOM). Mayotte a donc, juridiquement, le même statut que la Seine Saint Denis ou encore la Corse. Et ce  long processus qui a conduit à ce nouveau statut, a été l’œuvre des Français mais aussi des Mahorais qui, jusqu’à nos jours, n’ont jamais formulé la moindre véritable réticence à son encontre. Un peuple spolié se soulève; ici, non seulement les Mahorais ne se soulèvent guère mais ils se posent également en véritable défenseur de leur départementalisation, allant jusqu’à s’en prendre aux biens et à l’intégrité des Comoriens de Mayotte qu’ils considèrent comme étrangers.

Les faits sont têtus.Ils sont là pour nous rappeler ces truismes. Les Mahorais sont Français et par de là cette considération, ils manifestent leur francité à qui veut l’entendre. Comment faire pour changer la décision mûrement ( qui n’a pas été prise sur un coup de tête mais après de longues

 

années de pas vers la France) réfléchie d’un peuple unanime face à son destin?

Juridiquement, c’est sans appel

Après l’indépendance des Comores, les autorités de ce pays ont saisi l’Organisation des Nations Unies ( ONU) suite au maintien de la France à Mayotte. L’assemblée générale de l’ ONU n’a eu de cesse de condamner la France, au moyen d’une vingtaine de résolutions. Ces résolutions, qui n’ont aucune portée coercitive, n’ont pas pu contraindre la France à quitter l’île convoitée. Mais elles constituaient cependant, le seul véritable moyen de pression détenu  par l’État comorien.

Dès 1994, la question de l’île de Mayotte a été retirée de l’ordre du jour permanent de l’assemblée générale des nations unies. Dès lors, le report des débats sur cette question a été systématique; autant dire que ce débat a été reporté quasiment sine die.

Si au moment où la question de l’île de Mayotte était inscrit à l’ordre du jour permanent de l’ONU, l’État comorien n’a pas pu faire vaciller la France, que peut-il maintenant? Il ne reste, d’après le juriste Abdourahmane Mohamed Ben Ali, qu’une seule solution qui est, de surcroît, difficile d’application en l’espèce. Les Comores auraient pu saisir la cour internationale de Justice.

Seulement, l’amateurisme conjugué des autorités comoriennes a rendu cette piste impraticable. En effet, en retirant la question de Mayotte de l’ordre du jour permanent de l’assemblée générale de l’ONU, la France et les Comores se sont engagés à résoudre ce problème par le biais de négociations bilatérales. Qui dit négociations bilatérales, dit franche discussion entre les deux États sans moyen pour l’un de dominer les pourparlers. Pourtant, on a vu qu’en 2013, le président Ikililou, invité à l’Elysée par le président français François Hollande, a avalé ses mains en cédant presque tout à son homologue. Si les Comores saisissent la cour de justice internationale, la France peut décider de ne pas s’y rendre en faisant prévaloir l’engagement solennel pris par les deux pays à trouver une solution diplomatique à ce différend. Ce motif avancé, aucune condamnation ne pourrait alors être prononcée contre la France.

Alors, que faire?

Si les Mahorais, au fil de l’histoire, n’ont jamais fait le moindre pas vers les Comoriens, si l’assemblée générale des nations unies est dans l’impossibilité de mettre un terme au différend franco-comorien sur l’île de Mayotte, s’il nous est difficile voire impossible pour nous Comoriens de faire condamner la France par la cour internationale de justice, que nous reste-t-il alors?

Il nous reste nos yeux pour pleurer, notre naïveté pour espérer, notre sincérité pour admettre et notre courage pour céder. Mayotte est partie et son retour, impossible, n’est réaliste que dans l’esprit délirant de ceux, dont l’imagination féconde, déborde de fantasmes et d’utopie.

 Omar MIRALI.

Du serment en politique. La fin de l’idylle entre Azali et Sambi

Éditorial

Du serment en politique

La fin de l’idylle entre Azali et Sambi

 

Au cours de la courte histoire parlementaire des Comores (elle n’a commencé qu’en 1945), il y a eu de nombreux serments sur le Coran, souvent en cachette et souvent trahis.

Le plus célèbre fut le Serment de Sada en 1967 par lequel cinq élus maorais (et derrière eux tout le Mouvement Populaire Mahorais) ont juré de ne jamais se séparer avant d’obtenir la départementalisation. Et chose curieuse, on vit un chrétien, Marcel Henri, à qui le cadi apprenait sur l’instant comment faire les ablutions avant d’entrer dans la Mosquée de Sada et jurer sur le Coran de tenir sa promesse, lui aussi. Et bien sûr, le serment a été rompu puisque le MPM s’est divisé en plusieurs partis avant la départementalisation.

AccordMissiriCes derniers mois, face au spectacle des humiliations subies par les membres du parti Juwa dans le gouvernement du président Azali et leur persistance à demeurer dans une alliance dans laquelle on leur signifiait qu’ils n’avaient rien à y faire, il m’est arrivé de me demander s’il n’y avait pas eu un serment sur le Coran entre le candidat Azali Assoumani et les candidats du parti Juwa, avec le soutien d’Ahmed Sambi. Ma conviction a été confortée après la fameuse interview du Ministre de la Justice, Fahmi Saïd Ibrahim qui déclarait : « Un ministre la boucle ou il part, j’ai décidé de la boucler. » (Al-Watwan n°3073 du 16/12/2016). Ces quelques mots disaient clairement l’impossibilité pour FSI de quitter le gouvernement et donc sa résolution à tout accepter sans broncher.

La confirmation de notre pressentiment est venue d’une interview du journaliste Ortega sur Facebook. Le Coordinateur du parti Juwa à Anjouan, Mahamoud Elarif lui a révélé qu’effectivement l’alliance entre Azali et les candidats de Juwa a été scellée par une lecture du Coran. Cette hésitation, des deux côtés, à assumer l’initiative de rompre prenait enfin un sens. Pourtant chacun sait qu’Azali et FSI (vrai aussi pour Sambi) ont toujours eu des idées diamétralement opposées, la CRC et Juwa n’ont rien en commun, et il faut se rappeler qu’il y a au Palais de Justice une plainte de la CRC contre Sambi et Juwa à propos de la « citoyenneté économique ».

Tout indiquait bien qu’il y avait d’autres raisons que la politique qui faisaient que les ministres Juwa acceptaient de « la boucler ». Fahmi Said Ibrahim qui promettait pendant sa campagne de replacer la justice au centre des préoccupations de l’Etat et de la rendre indépendante a non seulement fermé la bouche, mais aussi les yeux et les oreilles sur des arrestations arbitraires, des libérations sans jugement, des appels d’offre irréguliers et des nominations complaisantes. Le Ministre Dossar a accepté, entre autres, d’assumer la rupture diplomatique avec le Qatar alors que tout le monde sait qu’il est fermement opposé à cette décision, comme son mentor, Sambi.

Sambi, c’est peut-être le seul soutien de l’alliance qui a gardé sa dignité en refusant et en disant à haute voix qu’il n’était pas de l’intérêt des Comores de rompre ses relations diplomatiques si rapidement et si facilement, à la demande d’un pays ami certes, comme s’il s’agissait d’un jeu pour la deuxième fois en une année. Mais, cette franchise a été la goutte de trop dans l’alliance entre Sambi et Azali.

Le discours du président de la République le 6 juillet dernier semble avoir marqué la fin de cette alliance. Dans un paragraphe clef Azali a dit qu’il tirait les conséquences de la sortie médiatique de son allié. Cela indique deux choses, la première c’est qu’après son élection, Azali ne considérait l’alliance avec Juwa ou Sambi que comme la soumission de ceux-ci à sa politique et à sa volonté. Et donc les ministres Juwa n’auraient jamais dû accepter de la boucler et subir des humiliations. La deuxième c’est qu’il considère que si les « partenaires » ne suivent pas ses décisions unilatérales c’est qu’ils rompent l’alliance.

Le Président Azali cherchait l’occasion de bouter les ministres Juwa hors du gouvernement, avec la déclaration de Sambi sur le Qatar, il s’est senti libéré du serment fait sur le Coran.

Tout serment en politique, même sur le Coran, même sur la tombe des ancêtres (qu’on devrait laisser en paix, au lieu de les mêler aux combinazione politiques) est voué à être rompu par les aléas et les stratégies.

Mahmoud Ibrahime

Assemblée Générale du Parti Juwa : une alliance avec Azali insatisfaisante

Le Parti Juwa a réuni ses cadres dans une Assemblée Générale extraordinaire à Mutsamudu ce 14 juillet 2017 pour un travail en ateliers. Les objectifs de cette AG semblent être l’organisation du parti et les questions nationales, notamment les relations avec le parti CRC et le président Azali.

ComJuwa140717Au niveau interne, les cadres ont fixé aux 16 et 17 septembre 2017 le prochain Congrès du Parti qui devra élire les nouveaux dirigeants et sans doute mettre fin aux ambiguïtés créées par la fronde du Dr Sounhadj (et de certains cadres qui lui sont proches). Celui-ci ayant assigné son parti en justice après avoir été démis de ses fonctions de Secrétaire Général adjoint et de chargé de l’organisation du Congrès.

Sur le plan national, dans le communiqué issu de cette AG extraordinaire, le parti Juwa réaffirme son « association avec le pouvoir dirigé par le Président de la République, Azali Assoumani sur la base de la plateforme d’alliance politique signée le 26 mars 2016 ». Ainsi les cadres de Juwa précisent ce qu’ils affirment depuis un moment : il n’y a aucune alliance entre Juwa et CRC, c’est une alliance avec le Président Azali. Mais, la formulation reste encore ambigue dans le sens où ils disaient jusqu’ici que le parti ne s’est jamais engagé dans cette alliance, qu’il s’agissait d’une alliance entre leurs candidats (essentiellement l’actuel Ministre de la Justice Fahmi Said Ibrahim et le Gouverneur Abdou Salami Abdou) et le candidat Azali. Le Secrétaire Général, Ibrahim Soulé l’a encore confirmé pendant la conférence de presse qui a suivi l’AG, indiquant que le parti qu’il représentait n’avait jamais signé d’accord ni avec Azali ni avec la CRC. On se rappelle d’ailleurs qu’au moment de la signature de cette alliance au stade Missiri, Ibrahim Soulé et des cadres du parti avaient sorti un communiqué disant explicitement que cette alliance n’engageait pas leur parti. Le Secrétaire Général lui-même avait appelé à voter pour Mouigni Baraka.

Pourtant, le communiqué issu de cette AG extraordinaire indique que « le parti Juwa regrette le non respect de cette plateforme d’alliance par notre partenaire ». Il semble que le parti ne sait plus sur quel pied danser à propos de cette alliance dans laquelle il n’a plus aucune prise. Ou alors, il y a deux thèses à la tête du parti Juwa : ceux qui considèrent que l’alliance faite par les candidats les engagent et ceux qui pensent que l’alliance n’a rien à voir avec le parti.

L’autre préoccupation nationale du parti Juwa est la tenue des Assises proposées par le Mouvement du 11 août depuis 2015. Le parti indique qu’il est prêt à prendre part au bilan qui doit être fait sur la gestion de l’indépendance depuis 42 ans, mais, il dénonce toute tentative de récupération du mouvement. Juwa fait-il ici allusion au soutien que le Président Azali vient d’accorder à ce mouvement ? Le parti Juwa met également en garde contre toute tentative de remise en cause de deux points qui ont été à la base de l’Union des Comores : l’autonomie des îles et la tournante.

Il est à noter que les Ministres et Secrétaires d’État du parti Juwa n’étaient pas présents à l’AG, ainsi que le Dr Sounhadj, conseiller du président Azali, exclu du parti et qui n’a toujours pas encore eu recours aux modalités prévues pour contester cette exclusion.

Mahmoud Ibrahime

 

Tribune Libre. Zoubeda est au ciel

par Omar Mirali

 

Ne restez pas à pleurer autour de mon cercueil,

Je ne m’y trouve – je ne dors pas.

Je suis un millier de vents qui soufflent,

Je suis le scintillement du diamant sur la neige,

Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr,

Je suis la douce pluie d’automne, je suis l’envol hâtif.

Des oiseaux qui vont commencer leur vol circulaire quand tu t’éveilles dans le calme du matin,

Je suis le prompt essor qui lance vers le ciel où ils tournoient les oiseaux silencieux.

Je suis la douce étoile qui brille la nuit,

Ne restez pas à vous lamenter devant ma tombe, je n’y suis pas : je ne suis pas mort.

Stevenson

 

Devant la difficulté de dire ma douleur, devant l’impossibilité de faire le deuil, un jour sombre où mon cœur s’est froissé, j’ai tenté en vain de retrouver mon sommeil parti. Il est une, deux ou trois heures du matin, je ne sais, je cris, j’écris.

J’écris ma peine et crie mon désarroi. Je pleure son départ, le désespoir qu’il suscite pour ces milliers d’enfants d’oubliés dont la nature promet le plus triste des sorts. Que ne faut il pas craindre dans ce pays aux dirigeants absents où la générosité, l’humanité et l’amour manquent à l’appel ?

Je suis père d’une petite fille née en France de parents hors du besoin. Tout ce que n’a pas connu Zoubeda, elle qui est née aux Comores de parents modestes. Dans ce pays, même la plus bénigne des pathologies peut emporter le plus faible, tant la santé semble accessoire face à l’auto-enrichissement et au pillage. Et que dire de la peine d’un père qui voit périr son enfant dans l’indifférence de ceux qui n’auraient jamais du cesser de le soutenir…C’est là une peine indescriptible, une faute impardonnable. Surtout lorsque l’on sait qu’à la place de Zoubeda, d’autres enfants « bien nés auraient pu être sauvés…

ZoubedaLongtemps, Zoubeda a souffert de problèmes cardiaques sans que les autorités comoriennes aient levé le petit doigt. On nous signale quelques gestes individuels isolés ici ou là, de la part notamment de certains grands rapaces, mais à quoi servent-ils quand on sait que notre État, cette institution morale, bien commun, est resté comme à son accoutumée, muet ?

Les plus petits, ceux contre lesquels les autorités de la nation agissent, dépourvus et altérés à trépas, se sont mobilisés pour sauver, ou du moins essayer de sauver cette petite fille, vieille, très vieille, de deux ans seulement.

Sous le soleil de Mutsamudu, alors qu’elle lutte contre les sarcasmes de la mort, Zoubeda pensa à l’hypocrisie et à l’irresponsabilité de l’homme. Avant de partir, elle aura fait preuve de bravoure, elle qui s’est attachée courageusement à la vie sans jamais vouloir céder. Hélas, la mort a fini par s’imposer en ce jour amère de juillet 2017. Te voilà partie, te voilà immortelle. Ton histoire restera à jamais l’emblème de l’immaturité de nos dirigeants.

Si j’avais été au gouvernement comorien en ce jour, je l’aurais quitté. Quel est le sens de l’action politique quand on laisse un enfant de 2, 4 ou 6 ans périr, alors qu’on a la possibilité de le sauver ? Honte à vous qui prétendez présider au destin de ce pays meurtri, fragilisé et mis à mal.

Mais ce pays est gouverné par des sinistres personnes sans scrupules qui s’accrocheront à leur infâmes privilèges à mesure qu’il leur sera encore possible de sévir. Plus il y aura des sacrifiés, plus ils s’en valoriseront, à croire que leur orgueil n’a d’égal que leurs propres bêtises et inepties.

Zoubeda, ma fille, je t’imagine au paradis traversant les cieux et brandissant le drapeau noir de ces milliers d’individus morts par la faute de l’État. Quand tu croiseras cette sœur, dont le nom gagne à être tu tant son sort fut aussi des plus durs, celle qui, en plein accouchement a du abandonner pour une coupure routinière de courant, formez le groupe des martyrs et allez briser leur sommeil profond. Ne soyez pour eux que cauchemars et dites à ceux, nombreux qui vous suivront, que vous êtes les énièmes victimes d’un système calamiteux incarné par des individus piteux.

Quoi pour sécher mes larmes de père ? Je n’ai d’yeux que pour pleurer en ces moments d’insomnie et de doute. Lorsque par le deuil, les mots, telles les nuages se dispersent, l’on se demande quoi faire pour décrire sa souffrance. Alors on chante, on danse comme pour oublier, écarter ces souvenirs trop présents, trop persistants.

Tout à coup, l’on se souvient qu’en fait, le départ de Zoubeda aurait peut-être pu être évité. À la frontière entre la vie et la mort, elle a d’abord vu l’espoir, quand soudain, la lueur s’est dissipée sous ses yeux d’enfant impuissant et innocent.

Alors pour Zoubeda et pour les autres Zoubeda anonymes ou en devenir, ne restons pas silencieux. Faisons du bruit pour ces innombrables sans voix. Pour ces enfants nôtres disons nos inquiétudes et nos maux. Chassons ces démons qui nous hantent, c’est là une priorité absolue. En attendant, face à ce temps qui coule et amnésique, au milieu de tous ces brouhahas aux confins des tourmentes, dans un monde en pleine turpitude au sein d’un pays qui se cherche, je vous demande de ne pas oublier Zoubeda, symbole malgré elle d’un État mortifère et d’une humanité agonisante.

Interview/ Jaffar ABDELLAHI. Congrès du parti RADHI : « il y a une faille sur l’organisation et la communication interne »

Interview/ Jaffar ABDELLAHI, secrétaire fédérale RADHI-France

Congrès du Parti RADHI : « il y a eu une faille tant sur l’organisation que sur la communication en interne ».

AJaffar2Le Parti politique RADHI avait annoncé son congrès au mois de mai dernier après plusieurs reports. Mais il n’a pas encore eu lieu. Aucune date n’a été donnée jusqu’à lors. Pour en savoir plus, Mlimengu est allé la rencontre de Jaffar ABDELLAHI, secrétaire fédéral de RADHI-France.

Mlimengu : Vous êtes le nouveau secrétaire fédéral de Radhi-France.  Quels sont vos objectifs prioritaires durant votre mandat ?  Qu’espérez-vous apporter de nouveau dans Radhi-France ?

Jaffar ABDELLAHI : Tout d’abord je voudrais souligner le travail effectué par mes prédécesseurs et surtout le bureau précédant, qui a contribué à structurer notre fédération.  Le bureau fédéral compte continuer à consolider la maison RADHI-France. Pour cela nous comptons améliorer la communication en interne et en externe, afin que les militants et les sympathisants qu’ils soient en France ou aux Comores puissent être informés. Nous allons aussi faire la formation des militants en mettant l’accent notamment sur les droits et les devoirs des militants, mais aussi sur les institutions comoriennes, les questions économiques et sociales.

En réussissant sur ces deux chantiers, nous monterons tous en compétences et cela nous permettra d’être force de proposition pour RADHI et le futur projet de gouvernance que nous proposerons à notre peuple lors des prochaines joutes électorales.

A titre personnel, je souhaite une augmentation des femmes dans les bureaux des partis politiques mais aussi dans les sphères de prises de décision de la cité.

Mlimengu : RADHI devait organiser son congrès au mois de mai dernier, même Radhi-France avait publié sur Facebook qu’à votre demande vous aviez envoyé le secrétaire de la section de Paris. Mais jusqu’à lors il n’a pas eu lieu. Pouvez-vous nous dire les raisons ?  Avez-vous prévu une autre date ? 

J.A : Le Congrès de notre parti devait avoir lieu en mai dernier, la fédération RADHI France avait effectivement mandaté monsieur Omar Ahamada (secrétaire de la section de Paris) pour nous représenter et soumettre nos propositions. Malheureusement pour des raisons ne dépendant pas de notre fédération celui-ci a été reporté au dernier moment. Je vous laisse imaginer notre déception. Il serait effectivement question que le congrès se tienne cet été, mais je suis sceptique car je crains que les mêmes raisons produisent les mêmes effets (report du congrès).  Pour moi il y a eu une faille tant sur l’organisation que sur la communication en interne. Vous comprenez qu’en étant responsable politique, je ne peux m’étaler publiquement sur les détails, du moins ce n’est pas la conception que je me fais d’un responsable politique vis-à-vis de son parti.

Mlimengu : Qu’en est-il de la crise qui régnait au sein du parti Radhi ?

J.A : Concernant la crise au sein de RADHI, je reviens sur la notion de droits et devoirs des militants au sein d’un parti politique. Comme toute communauté pour vivre ensemble, il y a certaines règles à respecter, dans le cadre de RADHI nous avons les statuts. Lorsque je vois certains cadres du parti qui se permettent d’attaquer leur propre parti à travers la presse et en créant des structures au sein du parti, on peut légitimement se poser des questions sur leurs motivations. D’autres questions devront être abordées lors du congrès.

Mlimengu : RADHI est-il vraiment dans l’opposition ?  Car jusqu’alors, les leaders ne sont pas indignés contre les mauvaises actions du gouvernement d’Azali ?

J.A : Au moment où nous échangeons, RADHI n’est pas dans la majorité présidentielle, ni au sein du gouvernement d’Azali. Nous sommes donc dans l’opposition. Je reconnais que nous n’avons pas été virulents par rapport au bilan catastrophique de la première année de la coalition gouvernementale (CRC, JUWA, ORANGE) qui a failli que ça soit dans le domaine

Judiciaire (lynchage d’un détenu par la foule au palais de justice de Mutsamudu, la corruption toujours présente) ; ou la Santé. La situation sanitaire est catastrophique, non seulement aucune politique concernant la gestion des déchets ce qui va non seulement augmenter le risque de la destruction de notre environnement mais aussi augmenter les maladies. Au lieu de voyager souvent, il serait peut-être préférable de rester sur place et essayer de trouver des solutions. Combien de nos concitoyens meurent-ils dans le bras de mer entre Mayotte et Anjouan, après une déception rencontrée dans les hôpitaux comoriens ? Les partisans du régime se félicitent de l’inauguration de l’hôpital de Bambao. Je vous pose une question, est ce qu’un hôpital censé soigner se mesure seulement aux matériels et murs ? Car au jour d’aujourd’hui nous n’avons pas le personnel pour le faire fonctionner. J’aurais préféré que l’argent dépensé en grande pompe pour cette inauguration puisse servir les étudiants qui seront demain les cadres des hôpitaux mais aussi du pays. D’ailleurs au même moment que le président et son gouvernement faisaient la tournée des îles, les professeurs manifestaient pour demander plus de moyens, un combat noble et légitime.

Dans le domaine de l’éducation : les années passent, les années blanches aussi et notre système éducatif public continue inexorablement sa décente aux enfers.

Au niveau de l’énergie, certes le pays connaît un mieux. Mais, à deux reprises le marché a été donné à des amis sans appels d’offre et sans le respect des lois en vigueur en prônant l’urgence de la chose. Après l’inauguration en grande pompe des centrales et après avoir entendu le président et son gouvernement nous dire que c’était la fin des problèmes liés à l’énergie, il y a hélas ! encore des délestages, sans parler des régions qui ne sont pas reliées à l’électricité.

Nous pouvons donc déduire que ce gouvernement a failli car la plupart pour ne pas dire tous les besoins fondamentaux du Comorien ne sont pas satisfaits. Sauf si c’est l’objectif recherché par nos dirigeants car pendant que le Comorien cherche à assouvir ses besoins fondamentaux, il ne se posera pas les questions de savoir qui est responsable de son malheur. Mais nos dirigeants devraient se méfier car un jour notre peuple se lèvera. Il est temps de renouveler la façon d’exercer la politique et peut être que cela ne sera possible que par l’émergence d’une nouvelle génération de politiciens dans un avenir proche.

Propos recueillis par Natidja HAMIDOU