Comores. Radio Kazi fermée par le Gouvernement

Après la fermeture dans l’illégalité totale de la Radio Baraka FM d’Abdallah Agwa en début d’année, le gouvernement du président Azali vient de décider l’interdiction de la Radio Kaz. C’est un nouvel avertissement donné aux journalistes du pays et une invitation à l’auto-censure dans les autres médias.

C’est par un arrêté du Préfet du centre, Salim Ben Mohamed Soilihi, en date du 16 août  que le gouvernement a décidé la fermeture de cette radio qui collabore avec une radio installée à Marseille et qui est présente sur internet : RCM13.

Il est à signaler que dimanche dernier, c’est par un arrêté qu’un préfet a interdit un meeting dans un foyer fermé de l’opposant au régime, Mahamoud Wadaane du parti RAIFAID, qui a dû du coup se replier avec ses partisans à son domicile.

RadKaz2

L’arrêté ne précise pas les motifs de cette suspension, mais renvoie à l’article 5 de la loi sur le code de l’Information aux Comores (Loi n°10-009/AU du 29 juin 2010). Cet article dispose : « La liberté d’informer et de communiquer ne peut être limitée qu’en cas de :

  • non respect de la dignité humaine ;
  • violation de la liberté et de la propriété d’autrui ;
  • perturbation de l’ordre public ;
  • incitation à la haine entre communauté ;
  • appel au séparatisme. »

En réalité, selon certaines indiscrétions c’est le dernier point de cet article 5 qui a motivé la fermeture de cette radio par le gouvernement. En effet, la Radio s’apprêtait à diffuser une interview du Gouverneur d’Anjouan, Abdou Salami qui critique sans ambages les prochaines Assises et met en garde le gouvernement contre une tentative de suppression du principe de la tournante, inscrite dans la constitution et dont les contours ont été définis et précisés par la Cour Constitutionnelle avant les dernières élections qui ont vu la victoire d’Azali Assoumani.

On se rappelle que lors de son discours à l’occasion des 20 ans de l’Armée Nationale de Développement (AND), le Président Azali avait lancé des menaces contre quiconque profiterait des Assises pour tenir des propos séparatistes. Par la fermeture de cette radio, le gouvernement précise la pensée du président : quiconque n’irait pas dans le sens de la suppression de la tournante serait considéré comme séparatiste, et donc puni par la loi. Le débat serait donc déjà clos. Pourtant, il y a quelques jours le Gouverneur de Ngazidja, Hassani Hamadi s’était également prononcé pour le maintien de deux principes qui fondent la Constitution de 2001 : la tournante et l’autonomie des îles.

Si c’est bien l’interview du Gouverneur d’Anjouan qui est la cause de la fermeture de cette radio, le gouvernement du président Azali donnerait raison à ceux qui pensent que les Assises vont être détournées de leur objectif premier pour servir la volonté du gouvernement actuel de mettre fin à la tournante.

Il reste encore au gouvernement à comprendre qu’à l’heure des réseaux sociaux des mesures de ce genre contre la presse sont inefficaces d’un point de vue politique. Dès demain, RCM13 pourrait diffuser cette interview qui serait reprise par des milliers d’internautes aux Comores et à l’extérieur.

MI

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s