Interview

« Après deux semaines de fonctionnement, nous venons d’ouvrir le service de pédiatrie, le service de néonatologie et le service de réanimation ».

L’hôpital de l’amitié Comores-Chine de Bambao Mtsanga à Anjouan a été inauguré le mois de mai dernier. Le lancement des services a été fait le 11 août. Pour en savoir plus sur le fonctionnement de cette nouvelle institution sanitaire, Mlimengu est allé à la rencontre de son directeur, le Dr Anliane Ahmed. Interview.

 

3172048841_1_3_b4Aj8j6D

Dr Anilane AHMED, Directeur de l’hôpital de Bambao Mtsanga

 

 

Mlimengu : quels sont les services qui sont assurés au sein de cet hôpital ?

Dr Anliane AHMED : Depuis le lancement technique de l’hôpital de l’amitié Comores – Chine, nous avons procédé à une ouverture progressive des services. On s’était fixé une phase de début avec 7 services notamment : l’imagerie médicale (scan, radio numérique et échographie), le laboratoire, la pharmacie hospitalière, les urgences, l’ophtalmologie, la stomatologie, les consultations spécialisées (cardiologie, neurologie, chirurgie infertile et générale). Après deux semaines de fonctionnement, nous venons d’entamer la phase 2 du programme et nous venons d’ouvrir le service de pédiatrie et de néonatologie, le service de réanimation. Je tiens à souligner que chaque service est patronné par un spécialiste et assisté par un médecin généraliste au moins.

 

M.L : lors de votre prise de fonction, votre allocution a laissé comprendre que vous voulez luttez contre l’immigration sanitaire. L’hôpital possède-t-il les outils indispensables ainsi que les médecins qualifiés pour répondre aux besoins des patients pour ne pas partir à l’étranger ?

A.A : Certes, la plupart des gens qui s’aventurent vers l’île sœur de Mayotte le font pour des raisons de santé. Car ils n’ont pas beaucoup confiance à notre système de santé vu le manque d’outil de diagnostic sophistiqué et aussi de personnels qualifiés. Actuellement, nous venons d’avoir l’outil de diagnostic. Nous possédons des outils techniques de dernière génération. Évidement nous avons encore des insuffisances en ressources humaines qualifiées. Nous espérons que des partenaires peuvent nous appuyer, et en formation technique, et en maintenance des ces outils.

M.L : la ministre de la santé dans son discours, a souligné que « l’accueil des patients doit être pris au sérieux ». Nul n’ignore que dans l’hôpital national, l’accueil des patients a toujours posé problème et que les médecins ne sont pas assidus et ne respectent pas les horaires de travail. Quelle stratégie adopterez-vous pour que ce fléau n’atteigne pas cette nouvelle institution sanitaire ?

A.A : L’aspect environnemental est très acceptable. Le plateau technique est très sophistiqué. Il pourra déjà servir d’élément de base pour l’accueil. L’accueil humain reste à améliorer, d’où la mise en place des formations dans ce domaine technique et administratif.

 

M.L : le président de la République a confirmé que l’État va subventionner l’hôpital pour une période limitée. Car, selon lui, à un moment donné « l’hôpital doit se prendre en charge lui-même ». Comment comptez-vous vous y prendre pour bien faire fonctionner l’hôpital sans la subvention de l’État ?

A.A: Évidement comme tout établissement public, il doit toujours être accompagné au début et se prendre en charge au fur et à mesure. Les actes, les consultations, les interventions chirurgicales, les hospitalisations, le laboratoire ainsi que la pharmacie ne sont pas gratuits. Ils ne seront peut être pas trop chers comme dans les structures privées.

M.L : les personnels seront-ils payés par l’hôpital en question ou par l’État ?

A.A : Deux statuts sont possibles : fonctionnaires et contractuels de l’hôpital.

 

Propos recueillis par Natidja HAMIDOU

« L’opposition est le temps de la parole, une parole critique contre le pouvoir en place »

 

20536216_1647008481998768_2138704719_o

Ibrahim Mahafidh Eddine, secrétaire général de la fédération France du parti NARIBARIKISE YI KOMORI

 

Depuis sa création, le parti Naribarikishe yi Komori organise son université d’été chaque année. Il aura lieu cette année à Marseille, au mois de septembre prochain. Entretien avec le Secrétaire Général de la Fédération France, Ibrahim Mahafidh Eddine.  

Mlimengu : Le 23 septembre prochain aura lieu l’université d’été de votre parti. Quels sont les points essentiels qui seront abordés ?

Ibrahim Mahafih Eddine -L’aventure Naribarikishe yi Komori a vu le jour le 10 janvier 2015 en France avec la participation active de plusieurs cadres de la diaspora. Ils se sont retrouvés à Marseille pour la mise en place d’un mouvement politique réellement engagé pour le changement du pays par une véritable prise de conscience sur l’existence de la nation, par la pertinence d’un projet de société réalisable, appropriable, et par la restauration d’une politique de justice sociale. Nous avons engagé ce combat aux Comores, en France et ailleurs, pour essayer d’offrir au pays, non pas un nouveau parti mais un mouvement qui se bat autrement pour mettre fin à la pauvreté, à la corruption, à l’injustice, à l’incivilité et à la mauvaise gouvernance.

Le rendez-vous estival du parti qu’organise chaque année la fédération France. C’est un moment important pour les militant-e-s. À Marseille en 2015, les militant-e-s ont procédé à une évaluation des structures du mouvement afin de permettre à celles-ci de devenir plus opérationnelles et plus efficaces. Ils ont aussi entériné la position de ne pas présenter et de ne soutenir aucun candidat aux dernières élections présidentielles. A Avignon en 2016, les militant-e-s ont validé le processus de mise en place des départements techniques, en vue de l’élaboration du projet de société du parti. Cette année, nous retournons à Marseille le 23 septembre prochain et les militant-e-s auront à trancher, entre autres, sur la vision, la ligne et l’orientation que doit prendre désormais le parti après trois ans d’existence. Un séminaire technique a été organisé à Lyon le 17 juillet dernier et les cadres présents à ce séminaire se sont attelés à définir les sujets qui feront l’objet de discussions lors de la prochaine édition de l’Université d’été. Nous comptons élargir le débat sur tous les sujets, sans exception aucune.

 

Mlimengu – Ce parti a été créé en France. Comment espérez-vous imposer vos idées et interpeller le gouvernement en exercice tout en étant en France ?

I.M – Il convient d’emblée, de souligner que Naribarikishe yi Komori se situe clairement dans l’opposition au pouvoir actuel. Cette précision était nécessaire parce que les comoriens ont du mal à situer les partis qui sont dans l’opposition et ceux qui soutiennent le pouvoir. La plupart des partis, pour ne pas dire tous, ont un pied dans l’opposition et un autre dans le pouvoir. Ce qui n’est pas notre cas. L’opposition est le temps de la parole, une parole critique contre le pouvoir en place. Nous devons cependant éviter à tout prix l’écueil qui consiste à parler pendant quatre ans de toutes les erreurs du président Azali et ses amis, sans jamais rien proposer, sans jamais rien construire. Agir lorsqu’on est dans l’opposition, c’est être le fer de lance du renouvellement politique. Une nouvelle génération de citoyens doit accéder aux responsabilités. Il ne s’agit pas de faire du « jeunisme », nos équipes et nos militant-e-s sont composés de comoriens de tous les âges. Voyez-vous, nous pouvons être à l’extérieur et nous opposer au pouvoir en place. Nous ne serons pas les premiers ni les derniers. Ensuite, comme je l’ai déjà dit, cette aventure est née en France mais nombreux sont les Comoriens qui se sont appropriés cette démarche aux Comores, dans chacune de nos îles et ailleurs. Parmi les défis que nous nous sommes assignés, il y a celui de rassembler toutes les forces progressistes comoriennes au sein d’un seul et unique mouvement. Ce travail nous l’avons engagé et il est loin d’être fini. Aujourd’hui, deux mouvements se sont joins à nous. Il s’agit du MRP (Mouvement Pour une réflexion Politique), basé essentiellement à Anjouan, et du CAC (Congres de l’Archipel des Comores), basé essentiellement à Mayotte.

 

Mlimengu – une loi a été promulguée pendant le régime d’Azali. Il n’y a que six partis qui ont été retenus et le vôtre n’en fait pas partie…

I.M – Le président et toute la classe politique comorienne s’accordent à dire que cette loi n’a pas de raison d’être et appellent tous à son abrogation, sinon à sa réécriture. Les critères objectives qui peuvent interdire des courants politiques ne sont pas pris en compte dans cette loi liberticide. On aurait facilement compris que les partis d’obédience séparatiste, religieuse ou raciste soient neutralisés. Mais des mouvements qui se battent pour l’unité nationale, l’intégrité territoriale, le développement et la justice sociale comme le nôtre ou des partis qui ont contribué pour beaucoup à la libération du pays, à l’avènement de la démocratie… bâillonner ces dynamiques, c’est de l’irresponsabilité politique. Pourquoi ne pas continuer à exister ? Notre engagement s’est présenté comme une évidence. Nous ressentons l’envie, le besoin, le devoir de rendre service à notre pays. La politique est d’abord une aventure humaine faite de rencontres. Et les véritables rencontres, on les fait sur le terrain. Nous avons pris goût et nous ne comptons pas, pour rien au monde, nous arrêter là. Face à l’échec programmé du président Azali, nous avons une responsabilité historique à assumer : celle de maintenir la flamme de l’espérance et de préparer le relèvement du pays. Cela nécessite du travail, de la volonté, du courage, de l’enthousiasme, de la créativité et du cœur. Le combat continue car nous voulons être à la hauteur de cette grande exigence.

 

Mlimengu – Le président envisage de réviser la constitution notamment sur la tournante. Quel est votre opinion par rapport à cela ?

I.M – C’est très difficile parce qu’on parle beaucoup, ces derniers temps, de termes plus ou moins creux, fourre-tout et on passe outre l’essentiel. Une situation d’incompréhension, une propagande soigneusement orchestrée ou soutenue par le pouvoir. On parle de tournante, d’émergence, d’assises… L’émergence est un concept attribué à un pays après plusieurs années de visibilité en matière de développement économique, social, culturel et de bonne gouvernance constatée à partir d’indicateurs objectivement vérifiable. Cela n’a jamais été ni fait d’annonce, ni cache misère. C’est d’autant plus démagogique que les décisions du président Azali sont contre les intérêts de la nation. Mais jeter de la poudre aux yeux du peuple, c’est la tactique de tout président populiste et sans réelle vision. L’on se rappelle de Rehemani, de Mtsowona ntongo kamwaparo zona, et aujourd’hui « émergence ». Le peuple comorien en a tellement pris plein le cœur qu’il se moque des hâbleurs en fin d’imagination. Nous aimerions avoir plus de précisions sur les contours de la révision constitutionnelle, si révision constitutionnelle il y aura. On souhaite également plus de détails sur l’orientation des assises. Bref, le jour où nous aurons des réponses à toutes ces questions, nous nous prononcerons en conséquence.

Propos recueillis par Natidja HAMIDOU

Fatouma Mze Cheikh. « La femme comorienne évolue à petits » pas

Fatouma Mze Cheikh

Fatouma Mze Cheikh

 

Les Comores ont célébré leur quarantième anniversaire d’indépendance le 6 juillet 2015. La communauté comorienne partout où elle se trouve a célébré cette journée commémorative. En vue de parler de la femme comorienne (celle qui vit aux Comores et celle qui réside en France) après l’indépendance, Mlimengu est allé à la rencontre de Fatouma Mze Cheikh. Ancienne agent du service statistique et responsable des recensements familles et ménages au Plan aux Comores, cette mère de famille vit actuellement en France, en région parisienne. Présidente de la communauté comorienne du Val d’Oise (95), Fatouma Mze Cheikh est assistante de direction. Elle répond aux questions de Mlimengu.

 

Mlimengu : quarante ans après l’indépendance des Comores, que peut-on dire de la femme comorienne ?

Fatouma Mze Cheikh : les femmes qui sont aux Comores se sont battus et se battent toujours. Il y a des gens qui étaient dévoués à la religion. Or que ça n’a rien à voir avec la religion. Il y a des femmes qui se sont organisées à partir du mouvement « Femmes et Réseau ». Et après il y a quand même la continuité. Car on voit une structure comme femmes entreprenariat au féminin, il y a des femmes qui font des galeries etc. ce qui est bien aux Comores, la femme comorienne vivant dans notre archipel a compris l’enjeu. Les femmes se sont organisées en une sorte de réseau où elles accompagnent les autres femmes qui veulent créer, d’où le nom entreprenariat au féminin. Je pense aussi que la femme comorienne vivant à l’extérieur a quand même évolué. Depuis les années 80, elle a progressé dans la mesure où il y a eu les créations d’associations. A partir de là, la femme migrante a pu saisir cette opportunité. Et la femme comorienne est dedans. Parce que nous femmes comoriennes, nous migrons. Je pense que la femme comorienne (celle qui est aux Comores et celle qui vit en France) évolue à petits pas

Mlimengu : vous êtes militante associative en France, quelles difficultés la femme comorienne rencontre-t-elle dans ce pays ?

F.M.C : le comorien a pas mal des sujets et problématiques qu’on n’aborde pas. Par exemple, nous sommes la seule communauté qui ne parle pas d’intégration, ni de génération. Et pourtant la génération existe : il y a eu les générations des années 60,70 et des années 80. Donc il y a deux générations : celle des anciens (année 60) et celles des jeunes (pour nos enfants). J’appelle ça « nouvelle génération » et on n’en parle pas. Nous comoriennes avons du mal à nous intégrer. Car, pour pouvoir s’intégrer il faut d’abord être intégrées dans notre pays d’origine. Or, ce n’est pas le cas dans la mesure où aux Comores, il y a peu de femmes qui occupent des postes politiques importantes on peut les compter : il y a première femme ministre, et puis maintenant une femme député et une autre femme maire sur combien d’hommes qui sont au pouvoir. Donc à la base nous ne sommes pas intégrées dans notre pays. Après nous venons ici, nous avons du mal à nous intégrer. Car les gens qui s’intègrent facilement ce sont les communautés qui ont été intégrées à partir de chez eux. Même si nous savions ce que nous voulons faire, où nous voulons aller, mais nous avons quand même du mal. Et pourtant nous avons une double culture : une richesse de notre pays d’origine et la richesse du pays d’accueil. Mais nous n’arrivons pas à les exploiter.

Mlimengu : certains disent que la femme comorienne est avantagée et a eu de la chance par rapport à une autre femme d’une autre communauté, vu que la société comorienne est matriarcale, partagez vous cette opinion ?

F.M.C : elle a eu de la chance, je ne pense pas. Nous n’avons rien demandé. Dans la société comorienne, la femme est protégée. Pour le mariage, c’est le père et l’oncle qui sont les responsables de la famille. C’est l’homme qui construit. La fille avant n’allait pas à l’école. Maintenant avec l’évolution, elle y va. Le fait que la société est matriarcale fait que la femme a tout. C’est une protection. Dans d’autres communautés, c’est la femme qui va chez le mari. Et nous c’est le contraire, il vient chez nous et encore heureux. L’or, l’argent tout ça c’est la dot. Et nous la faisons à notre manière. Même dans la religion il y a la dot. Nous sommes partagées entre la religion et la colonisation. Nous sommes assises sur deux chaises.

Mlimengu : pour quarante ans d’indépendance, quel bilan peut-on dresser par rapport à la femme comorienne ?

F.M.C : le bilan est mitigé. Car, la femme comorienne a vraiment joué un rôle juste après l’indépendance en 75-78. Elle a joué un rôle capital. Et avec quelques années en arrière, c’est une régression. Mais ça n’empêche que la femme se bat toujours, aussi bien celle qui est aux Comores que celle qui vit en France. Cette dernière se bat doublement. Car nous ne sommes pas chez nous. Nous sommes obligées de lutter. Et le seul moyen de le faire est de militer. C’est un dispositif qui permet de s’exprimer.

Mlimengu : selon vous quels sont les progrès à faire dans l’avenir pour la femme comorienne ?

F.M.C : les Comores est un cas vraiment spécifique. Dans notre pays, on dit que pour que la femme évolue, il faut qu’elle soit dans un parti politique. Or, elle peut évoluer sans être dans un parti politique. On peut évoluer via la société civile. Chose qu’on n’en parle même dans notre pays. Il faut que la femme intègre la thématique de la société civile. Dans la mesure où la femme comorienne n’arrive pas à affecter dans la politique pourquoi nous ne tirons pas vers le haut en passant par la société civile ?

Propos recueillis par Natidja HAMIDOU

Mes 4 Questions à IDRISS MOHAMED

Moi: Bonjour Idriss

M. Idriss Mohamed: Bonjour Irchad.

1- Moi : Aujourd’hui se tient le 4ème sommet des chefs d’Etats et de gouvernement de la COI. Quelle en est votre lecture ainsi que celle du Comité Maoré qui appelle par le biais d’un communiqué la population comorienne à manifester « sa rage » à l’occasion de la visite du président français M. François Hollande.

Ne pensez-vous pas que la question du VISA BALLADUR relève plutôt de la négociation bilatérale d’autant que les autres membres de la COI semblent s’en désintéresser ?

 

1- M. Idriss Mohamed : Je pense que ce qui est important de souligner dans le déplacement de François Hollande, c’est sa position intransigeante sur la question de l’ile comorienne de Mayotte. Il n’a aucun respect pour ses partenaires comoriens. Même sur un plan diplomatique lorsqu’on a des divergences, on essaie de les exprimer d’une certaine façon. Lui non ! Les gens ont entendu les déclarations qu’il a faites à Mayotte. Donc connaissant nos autorités malgré la résistance dont ils font preuve ces derniers temps en particulier lors de la dernière conférence des ministres, on ne peut qu’appeler à une RIPOSTE ENERGIQUE pour qu’au moins la dignité de notre peuple ne soit pas piétinée et bafouée comme si nous étions des moins que rien par des gens arrogants, qui n’ont aucun sens de l’amitié entre les peuples et qui croient que les grands pays peuvent malmener les petits pays sans aucun respect des principes.

Je crois que le général De Gaulle avait dit que les pays n’ont que des intérêts à défendre et c’est vrai, mais il faut les compléter avec autre chose. Il y’a des principes ! Si on n’applique pas un minimum de principe dans la défense de ses intérêts, le monde devient une jungle. Et c’est ce que font les français aux Comores. Donc c’est normal que nous demandions une réaction vigoureuse pour montrer aux dirigeants français et au monde que nous n’avons pas renoncé et que nous ne renoncerons pas !

S’agissant des négociations entre les Comores et la France,il faut savoir que tout conflit se règle en dernière analyse par la négociation. Nous, nous avons toujours demandé à ce que la France reconnaisse la vocation de Mayotte à réintégrer l’Etat comorien et qu’à partir de ce moment là, tout peut être mis sur la table. Mais, si la France veut négocier avec les Comores pour accorder des visas à ceux-ci et pas à ceux-là etcétéra, mais dequel type de négociation s’agit-il ? C’est de la moquerie !

Nous, nous avions avancé une idée : 1 pays, 2 administrations !

Je voudrais saisir cette occasion pour dire quelque chose. Les maorais disent que nous ne tenons pas compte d’eux lorsqu’on s’exprime sur cette question. Mais en fait ce sont eux qui ne tiennent pas compte de nous. Parce qu’ils considèrent que toutes ces questions qui concernent Mayotte, ça ne leur regarde qu’à eux seuls. Mais Mayotte est une ile comorienne, donc j’ai autant de droit qu’un maorais sur Mayotte de la même façon qu’un maorais a autant de droit que moi sur la Grande-Comore qu’un grand-comorien. C’est comme ça ! Donc, lorsque nous revendiquons Mayotte ça ne veut pas du tout dire   que nous ne tenons pas compte de leurs aspirations. C’est plutôt eux qui ne veulent tenir compte des nôtres parce qu’ils considèrent qu’ils ne sont pas comoriens. Il faut bien que les choses soient remises à leurs places. Nous savons aussi qu’à Mayotte il y’a des gens se battent pour l’indépendance et l’unité, mais jamais on ne les entend. D’ailleurs même ceux qui crient … quand on gratte un peu on se rend compte que finalement leur comorianité est là.

2-Moi : Vous venez de publier aux Editions Coelacanthes un livre sur votre parcours politique et militant. En quelques mots, pourriez-vous nous dire ses principaux jalons et les faits saillants qui vous ont marqué ? Et, votre livre constitue-t-il une forme aggiornamento ?

2-Idriss Mohamed : (rire) Je ne sais pas ce que veut dire aggiornamento !

Moi : Une forme de mise à jour!

M. Idriss Mohamed : Non. Moi ce qui m’a poussé à écrire ce livre, c’est parceque beaucoup de camarades n’arrêtaient pas de me solliciter pour que je le fasse.. Pour que j’écrive. Et même temps, plusieurs personnes ont écrit, et puis plusieurs expressions ont été faites dans les blogs. Et finalement ce sontdes personnes qui ont le droit d’écrire ce qu’ils veulent sur ce que nous avons vécu mais qui ne l’ont pas vécu de près. Et en même temps j’estime que nous avons incarné un grand espoir dans le pays et nous l’avons déçu ! Là, il y a des enseignements à tirer.

Donc le principal objet de mon livre est raconter comment j’ai vécu cette expérience de l’intérieur. Comment moi j’ai vécu les problèmes qui se sont posés à la révolution comorienne, quelles sont les réponses que nous avons apportées et pourquoi ça a échoué. Et en même temps lancer une idée d’un nouveau patriotisme qui pourrait rassembler les rescapés de tous les mouvements passés comme les nouveaux, un patriotisme qui allierait comme disait Hessel, le local à l’international. Un patriotisme internationaliste. Un patriotisme qui est fondé sur la solidarité aussi bien locale, régionale, nationale et internationale. Mon livre est une invitation à la réflexion pour la création d’un nouveau parti politique.

Je crois que parmi les nombreux problèmes que traverse aujourd’hui notre pays, je considère que depuis la fin du FD il n’y a plus de parti révolutionnaire qui incarne les aspirations profondes du pays. À partirde ce moment là tout va à vau l’eau..

Je vais vous donner un exemple pour que les gens puissent comprendre ce que je vais dire. Lorsque nous étions là, si quelqu’un vole l’argent du pays il devait se cacher. Et ceux qui étaient contre ces vols cherchaient tous les moyens pour débusquer l’infraction et nous donnaient l’information et nous on le disait ou on le publiait. Rien que cela faisait que ceux qui volaient n’avaient le front haut dans le pays, dans les madjiliss et autres, ils avaient honte parce qu’on les attaquait. Il y avait une certaine dynamique dans la jeunesse qui faisait que celle-ci s’intéressait à ces choses la.

3- Moi : Depuis la chute du régime du président Ahmed Abdallah il y’a ¼ de siècle, la plupart de vos anciens « camarades » ont participé d’une façon ou d’une autre à la gestion du pays, avec les résultats que l’on sait.  Est-ce que selon vous le désenchantement actuel de la jeunesse, jusqu’à l’absence de mobilisation en faveur des sujets et combats importants comme la journée du 12-Novembre appelée aussi« journée-maoré » par exemple, ne trouvent pas leur source dans les errements des anciens du FD ou de leurs avatars ?  

3-M. Idriss Mohamed : Je comprends bien la question. Mais ce qu’il faut bien retenir, c’est que si quelqu’un qui a été avec nous, qui s’est battu avec nous et qui à moment donné à décidé de rompre avec nous et d’aller de l’autre côté n’est plus représentatif de nous. Bien sûr que ce n’est pas aussi simple que ça car on voit des gens aujourd’hui auxquels on peut se demander s’ils pensaient vraiment une parcelle de ce qu’ils disaient il y’a quelques années. Quand on les voit piller le pays comme ils font et qui plus est, avec arrogance!

Souefou, .. Abodo Souefou, il s’est prêté je crois, des centaines de millions et il a affronté son Conseil d’administration pour lui dire.. « mais je me suis prêté !!! ». Ce sont des gens qui ont l’audace de ce qu’ils font. Pour moi, ils sont beaucoup plus venimeux, ils font beaucoup plus de tort car c’est des gens qui ont une culture, une façon de faire et qui osent. À partir du moment où ils ont choisi de rompre et qu’ilsont changé de camps ils ne nous représentent plus.

Maintenant il faut se dire que tous les mouvements révolutionnaires dans le monde ont eu leurs transfuges. C’est un peu ce qui s’est passé chez nous. Il y a des gens qui sont partis après 1985 avec la répression, d’autres après 1989, d’autres quand il y’avait le président Azaly parce qu’ils y ont vu une porte ouverte, d’autres sont partis pour ceci ou pour cela. Ce n’est pas un bloc monolithique, d’ailleurs si c’était le cas on aurait pu penser qu’ils allaient créer quelque chose pour aller encore plus loin maisnon, rien de tout ça ! C’est des gens qui sont descendu du train mais ça n’empêche que le train devait continuer..

Mais l’interprétation que les gens font de ces errements et de ces reniements est que la politique est une mauvaise chose, c’est vraiment pourri, c’est sale.. Et le résultat fait qu’aujourd’hui on a que des larrons enfoire sur la scène politique comorienne.

Moi c’est un combat que j’ai voulu mener à un moment donnépour inciter la jeunesse à s’engager en politique. Par exemple dans Habari, pour pousser les jeunes les plus sains, les plus déterminés à servir le pays à s’intéresser à la politique car c’est là où tout se passe. Toutes les décisions se mènent là et non sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui on voit par exemple Kiki,  qui se prétend candidat et qui ambitionne d’être président de la république. On ne sait même pas d’où il vient, enfin je n’en sais rien. Mais je crois que c’est un bon symbole pour montrer que la jeunesse doit s’intéresser à la politique et doit aussi s’impliquer.

Notre problème aujourd’hui c’est que les idées révolutionnaires dans le monde ont baissé, le libéralisme l’a emporté avec beaucoup d’arrogance et de force même si la crise qu’il a engendrée crée des situations extrêmement tendues y compris dans les grandes métropoles capitalistes mais il n’y a pas encore l’émergence d’un mouvement ou d’une riposte internationale malgré les quelques tentatives incarnées par les mouvements altermondialistes. Le monde manque de boussole mais je suis convaincu que ça viendra et que cette situation ne pourra pas perdurer.

4-Moi : Le Comité Maoré milite pour l’organisation de la prochaine tournante au profit de l’ile comorienne de Mayotte jusqu’à soutenir un candidat déclaré, alors que la Constitution vise l’île à laquelle échoit la tournante (Art.13), et non « une citoyenneté insulaire ». Ne faites-vous pas une lecture erronnée de la Constitution du 23-12-2001 sachant que tout comorien peut être candidat partout où il le souhaite ?

 

4- M. Idriss Mohamed :Tout d’abord une mise au point. Nous ne soutenons aucun candidat que ce soit clair et net. Aucun candidat !

En fait, la tournante dans la Constitution indique que l’île à laquelle échoit la présidence, il doit y avoir une primaire sur cette île. Et c’est ça l’obstacle car on ne peut pas organiser à Mayotte dans la situation actuelle pour sélectionner les 3 candidats finaux. C’est celle là la vraie question. Comment régler ce problème ? Certains vous répondent, de toutes façons on ne peut pas organiser les élections à Mayotte donc on arrête et ça retourne à Ngazidja. Les Kiki et consorts, qui sont bien évidemment des idées derrière la tête et qui soutiennent de toutes les façons possibles les positions de la France avec leur machin de France-Comores-Echanges.. Et il y’a nous qui disons qu’en fait c’est une disposition qui a été prise et qui peut être modulée. On peut penser une loi organique qui permet de sélectionner les candidats afin de pouvoir organiser des élections nationales avec eux. Mais en réalité, la vraie question est que ceux qui sont au pouvoir ne se prononcent pas.

Nous avions intenté une action auprès de la Cour constitutionnelle pour montrer que Maoré a droit à son Vice-président. Nous avons obtenu gain de cause mais ça n’a jamais été suivi d’effets. Donc on peut déduire que la vraie question est politique. Est-ce que oui ou non les Comores vont sauter le tour de la tournante maoraise sans même poser la question, sans même discuter ? Ensuite, on peut aussi pointer cette contradiction dans notre Constitution. On parle d’île mais il n’y a pas de citoyens d’île !

Nous, nous voulons que formellement l’Etat se prononce pour la tournante à Mayotte et qu’on cherche les moyens pour le faire. Certainsavaient avancé l’idée d’un scrutin numérique que tout comorien de Mayotte disposant d’une carte nationale d’identité puisse voter par internet. Lespistes existent à condition de s’y mettre. Mais la question reste politique. Il faut d’abord faire ce 1er pas. Ce sera un signal fort envoyé à la France et au monde entier. Un signal pour dire que nous n’avons pas renoncé et que nous ne renoncerons jamais..

Moi: Je vous remercie

M. Idriss Mohamed: C’est moi

Propos recueillis par Irchad ABDALLAH

Interview. Hamada Madi Boléro : « Je crois en la démocratie »

 

 

 

Interview. Hamada Madi Boléro : « Je crois en la démocratie »

Hamada Madi Bolero,           Directeur de cabinet du Président Ikililou et Chargé de la Défense

Hamada Madi Bolero, Directeur de cabinet du Président Ikililou et Chargé de la Défense

 

Le Directeur de cabinet du président de la République des Comores, également chargé de la Défense était de passage en France à l’occasion du 14 juillet et du centenaire de la Première Guerre mondiale. À cette occasion les autorités françaises et comoriennes ont ouvert un chemin de mémoire dans l’Oise pour rappeler que des soldats comoriens sont venus se battre pour la France à cette occasion et que certains y sont enterrés. Nous avons voulu faire un bilan de cette visite avec Hamada Madi Boléro.

Mlimengu – Monsieur Hamada Madi Boléro, vous avez passé plus de dix jours en France, dans votre agenda qui était chargé, y a-t-il un moment qui vous a marqué plus que les autres ?

Hamada Madi Boléro – Oui bien sûr ! C’est lors la cérémonie d’inauguration du chemin de mémoire des soldats venus de l’archipel des Comores et morts pour la France en 1918 pendant la Grande Guerre.
Mlimengu – Alors est-ce que vous êtes encore venu « vendre Mayotte à la France » ? (Rires)

Hamada Madi Boléro – Je n’en sais rien ! Il faudrait peut-être demander cela à ceux qui distribuent les notes de « bons » et « mauvais Comoriens ».
Mlimengu – Comme vous en avez l’habitude maintenant, vous êtes allé à la rencontre du public et notamment des Comoriens de France. Pourquoi ce besoin ?

Hamada Madi Boléro – Vous savez, je crois en l’institution « Démocratie » dans le système politique et par conséquent, j’estime qu’il du devoir du politique, qui plus est a des responsabilités étatiques, d’essayer de répondre aux inquiétudes des citoyens, des contribuables ! J’avoue que peu font cet exercice lorsqu’ils sont au pouvoir et je ne leur en veux pas puisque cela doit être fait par conviction et non pour un autre objectif ! C’est donc pour cela que lorsqu’on me le suggère, je réponds affirmativement, si le temps me le permet !

Mlimengu – Certains se demandent pourquoi c’était vous qui avez fait ce voyage et pas le ministre des Affaires étrangères. Que leur répondez-vous ?

Hamada Madi Boléro – Je leur demande d’abord pourquoi cette question ! C’est à la fête du 14 juillet 2014, la France l’a placée sous la commémoration du centenaire de la Grande Guerre, vous avez certainement remarqué que la majorité des pays invités, avec 3 militaires pour leur drapeau national, ont envoyé le Ministre des militaires, donc de la Défense. Ensuite, après consultation avec la partie française, les départements de la défense de l’Union des Comores et de la France, avons convenu d’inaugurer le chemin de mémoire des soldats comoriens morts pour la France pendant le premier conflit mondial, quelques jours après justement la fête du 14 juillet. Dans ces conditions, au lieu d’envoyer deux Ministres différents, le Gouvernement a jugé bon d’envoyer celui de la défense. Et enfin, un Gouvernement décide en Conseil des Ministres et tous les membres sont solidaires des décisions.

Mlimengu – Pourquoi était-il important que l’Etat comorien soit présent, par votre intermédiaire, le 14 juillet aux Champs-Elysées et le 19 juillet dans l’Oise ?

Hamada Madi Boléro – Pour le 14 juillet, le Gouvernement français a proposé à ce que tous les pays qui ont combattu avec la France pendant la Guerre 14-18, soient présents aux Champs-Elysées pour marquer la solidarité internationale. J’ajouterai si vous me le permettez que ce symbole est fort pour envoyer un message de paix aux pays où la guerre fait rage ! Je pense bien sûr à l’Est de l’Ukraine, à Gaza, et ailleurs.

Pour le 19 juillet à Ourscamps et Cuts, nous ne pouvions pas ne pas y être puisque la cérémonie était organisée en l’honneur des soldats venus de nos quatre îles, il y a cent ans !

Mlimengu – À l’occasion de la commémoration des tirailleurs comoriens, vous avez reçu la légion d’honneur, est-ce une récompense pour « services rendus » comme on peut l’entendre ici et là ?

Hamada Madi Boléro – C’est encore à moi de répondre à cette question ou au pays qui me l’a décernée ? La France comme l’Union des Comores d’ailleurs, étant un pays indépendant, les autorités de ce pays comme celles du mien, exercent librement les prérogatives que la législation nationale leur a dévolues !

Mlimengu – En quoi cette légion d’honneur revêt-elle une importance pour vous ?

Hamada Madi Boléro – J’avoue que je n’en sais rien ! Toutefois, permettez-moi de profiter de cette opportunité pour remercier le Chef de l’Etat français et tous ceux qui ont pensé que ma très modeste personne pouvais bénéficier d’une si haute distinction de la part d’un pays si important dans les relations internationales.

Mlimengu – Sur l’affaire des personnes arrêtées pour « tentative de coup d’Etat » ou « atteinte à la sûreté de l’Etat », le commissaire de la République a annoncé des révélations, qu’est-ce que les juges comoriens ont appris auprès des juges français ?

Hamada Madi Boléro – Très franchement je ne sais pas plus que vous. Par contre, je savais depuis longtemps que des personnes que la justice comorienne soupçonnait de faire partie de ceux qui étaient considérés comme commanditaire de la tentative de déstabilisation, étaient interpellés et placés en garde-à-vue en France. Certainement la justice comorienne a pris connaissance du dossier parisien et attendons justement qu’elle nous fasse cette communication lorsqu’elle sera en mesure de le faire.

Mlimengu – Dans quelques jours, les Comores vont recevoir le Président de la République française. Pourquoi est-il là ? Un accord sera-t-il signé entre les deux pays ?

Hamada Madi Boléro – Un Accord sur quoi ? Allons, replaçons les choses à leur place. Un Sommet de la Commission de l’Océan Indien (COI) se tiendra aux Comores, à Moroni le 26 juillet prochain. La COI est formée des Etats, Union des Comores, République française, République de Madagascar, République de Maurice et République de Seychelles. Et puisque c’est un Sommet, alors sauf cas justifié, les Etats sont représentés au plus haut niveau et ce sera le cas. Pour cette raison donc, oui les Comores vont recevoir François Hollande, Chef de l’Etat français comme tous les autres chef d’État de la COI.

Les Ministères des Affaires Etrangères de l’Union des Comores et de la France sont en pleine activité et on verra si pour certains départements comme celui des finances, nos administrations pourront proposer quelque chose à la signature de nos deux Présidents. Sinon, je répète, c’est une visite dans le cadre multilatéral et plus précisément de la COI.

Propos recueillis par Mahmoud Ibrahime

Chamanga : « Le recueil d’El Mahad : c’est un régal ! »

Mohamed Ahmed-Chamanga, linguiste

Mohamed Ahmed-Chamanga, linguiste

 

Interview/Mohamed Ahmed-Chamanga, linguiste

« Le recueil d’Elmahad me semble bien écrit, avec quelques mots recherchés, c’est un régal ».

 

 

« Roho Itangao » est le titre d’un recueil de poèmes paru aux Editions Cœlacanthe le mois de mai dernier. C’est le premier recueil de poèmes en Shikomori. L’auteur est Ibrahim Abdou El Mahad, un étudiant comorien. À cette occasion, la rédaction de Mlimengu a interviewé Mohamed Ahmed-Chamanga, linguiste qui se bat depuis quelques années pour l’adoption d’une seule graphie du shikomori et l’introduction de cette langue nationale dans l’enseignement.

  

Mlimengu – Un recueil de poèmes écrit en shikomori a été publié aux éditions Cœlacanthe au mois de mai dernier par un étudiant comorien, Ibrahim Elmahad. En tant que linguiste spécialiste de la langue comorienne, quelle est votre impression ?

 

Mohamed Ahmed-Chamanga (MAC) – Je pense que c’est une bonne chose. Cela prouve qu’il y a des gens qui se soucient de l’avenir de notre langue. Ce recueil de poèmes, écrit dans un langage simple et agréable, dans une assez bonne orthographe, confirme chez les jeunes comoriens une prise de conscience de la valeur intrinsèque de leur langue maternelle. Pour promouvoir et sauvegarder sa langue, quoi de plus évident que de développer aussi une littérature écrite. Signalons qu’il ne s’agit pas de la seule publication en comorien. Rappelons le premier roman écrit en shiKomori de Mohamed Nabhane (Mtsamdu kashkazi, kusi Misri, Komedit 2011), les histoires bouffonnes de Djoha traduites en comorien par Ibrahim Foumdjimba (Djoha n’empundra, Komedit, février 2014). D’autres titres vont bientôt paraître (poésie : Kaulu mshindji de Zalfata Mouhalide, Komedit ; roman : E nambe ! de Bourhane Hassane, Komedit). D’autres encore sont en gestation.

Ceci dit, le recueil d’El Mahad me semble très bien écrit, avec quelques mots recherchés. C’est un régal…

Tous ces ouvrages seront très utiles quand l’introduction du comorien dans le système éducatif sera effective, et ils serviront dans toutes les études et les recherches sur le comorien.

Mlimengu – L’auteur de ce recueil de poèmes a affirmé dans une interview, parue sur le site des Éditions Coelacanthe (« Le shikomori est un choix naturel ») , que la langue comorienne « tend à disparaître », une des raisons qui l’a motivé à écrire en Shikomori. Et dans un Article paru dans Al-Watwan, Touhfat Mouhtar, une écrivaine parle d’une langue « oubliée ». Partagez vous ces avis ?

 MAC – Dans le monde, de nombreuses « petites »[1] langues disparaissent chaque année. Pour la langue comorienne, la situation n’est pas encore désespérée. Je ne vois donc pas ce qui amène cet auteur à tirer cette conclusion. La langue comorienne est bien vivante. Comme toute langue vivante, elle voit un certain nombre de mots naître ou disparaître et/ou remplacés par de nouveaux mots. Cela fait partie de l’évolution normale de toute langue.

Lorsque les Arabes sont arrivés dans notre pays, ils nous ont transmis une partie de leur vocabulaire. Avec le développement de l’Islam et l’enseignement coranique, beaucoup de mots d’origine arabe se sont imposés.

Lorsqu’au XIXe siècle les waMakua du Mozambique sont arrivés en assez grand nombre aux Comores, ils nous ont légué beaucoup de mots de la vie quotidienne comme le mataba ou madaba, putu ou budu, etc. Depuis le XIXe siècle, avec la colonisation française, l’enseignement publique et l’administration en français, il est tout à fait normal que le comorien s’enrichit de vocabulaire d’origine française. Or on a tendance aux Comores à penser qu’on ne parle pas bien comorien lorsque dans une phrase on emploie un mot d’origine française. Et on parle de « créolisation » du comorien. Or on ne porte pas le même jugement, lorsqu’on utilise des mots d’origine arabe. Pourtant, l’arabe a beaucoup plus perturbé la structure bantoue du comorien que le français…

Maintenant, que faire pour éviter l’intrusion peut-être trop anarchique et massive de mots d’origine étrangère qu’on observe aujourd’hui ? Il n’y a pas mille solutions : il faut intégrer le comorien dans le système éducatif, l’utiliser dans l’administration – même partiellement – et encourager le développement d’une littérature écrite dans cette langue. Cela contribuera grandement à enrichir la langue et à mieux conserver des mots qui risquent d’être « oubliés » si je peux répondre à Touhfat Mouhtar. Pour y arriver, il est nécessaire de définir une politique linguistique claire et réaliste, en faisant les choses étape par étape.

Mlimengu – Ibrahim Elmahad, le poète dont il s’agit, parle d’une langue « très riche ». Quelle est donc la richesse de la langue comorienne ? A-t-elle une particularité comparée à d’autres langues bantoues comme le Swahili ?

MAC – En linguistique, il n’y a pas de langues « pauvres » et de langues « riches ». Toutes les langues se valent, s’adaptent à leur environnement et répondent au besoin des populations qui les parlent. Il est évident que lorsqu’une langue est utilisée dans le système éducatif et dans l’administration, son vocabulaire sera beaucoup plus riche qu’une langue qui reste confinée à son usage strictement oral. Lorsque celle-ci change de statut ou s’ouvre à d’autres domaines, son vocabulaire s’enrichit inévitablement. Pour le cas de la langue comorienne, la politique linguistique du régime d’Ali Soilihi de 1975-1978 nous le rappelle. Lorsque le besoin de vouloir exprimer des notions nouvelles se fait sentir, la langue dispose de plusieurs moyens pour y faire face ou pour trouver la solution. Cela peut être par « emprunt » ou par « création », etc.

Si on compare le swahili au comorien, on peut dire que le swahili est plus « riche » car il est parlé dans une zone beaucoup plus vaste et, en plus, il est enseigné à l’école, utilisé dans l’administration et dans beaucoup de journaux qui sont lus…

Mlimengu – A l’université des Comores, dans le département des lettres, particulièrement en troisième année de licence, est dispensé un module intitulé « linguistique comorienne », alors qu’en réalité c’est l’histoire de la langue qui est enseignée et non l’écriture et la langue en question. Pourquoi ce choix unique dans ce département ? Et pourquoi il faut attendre jusqu’à l’université pour dispenser l’enseignement de cette langue ?

 MAC – N’ayant aucune responsabilité et n’exerçant pas dans cette institution, je ne saurai vous répondre. Je sais seulement que j’ai déjà eu l’occasion de déplorer cette situation depuis sa création. Il est très malheureux en effet de constater que l’Université comorienne n’attache pas beaucoup d’intérêt à ce qui constitue pourtant le fondement de notre identité et notre culture. Sur ce plan, l’ENES de Mvuni (école Nationale d’Enseignement Supérieure), dans les années 80-90, avait fait beaucoup mieux que l’Université actuelle.

Suite à l’étude réalisée en 2007-2008, à la demande du ministre Abdourahim Saïd Bacar du gouvernement Sambi, j’avais établi un calendrier pour l’introduction progressive de l’enseignement de la langue comorienne dans les collèges, les lycées et l’université, avec au préalable bien évidemment, la formation des enseignants et la préparation des manuels. Après la mandature du Président Sambi, le projet n’a pas intéressé le gouvernement Ikililou, ou du moins n’a pas reçu l’appui nécessaire du ministre de l’éducation nationale, Mohamed Ismail.

 

Propos recueillis par Natidja Hamidou

 

[1] Numériquement parlant bien sûr.

Houmed Msaïdié : « il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement »

Houmed Msaidie : « il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement »

Houmed Msaïdié, ancien député, ancien Ministre

Houmed Msaïdié, ancien Ministre

Les anciens ministres Houmed Msaidié, Kamar Ezzamane et leurs amis ont lancé ce samedi 24 mai un nouveau parti : le RADHI (Rassemblement pour une Alternative de Développement Harmonieux et Intégré). Les organisateurs affirment avoir réuni près de 5000 personnes au foyer des femmes de Moroni, trop petit pour accueillir tout le monde. Du coup, selon certains témoignages, il y avait autant de monde dedans qu’à l’extérieur. Le Secrétaire Général du nouveau parti, Houmed Msaidié, a accepté de répondre aux questions de la rédaction de Mlimengu.

Mlimengu – Vous avez mobilisé un grand nombre de Comoriens au Foyer des Femmes samedi dernier pour l’AG constitutive de votre nouveau parti, vous attendiez-vous à un tel succès ? Comment l’expliquez-vous ? 

Houmed Msaïdié – Cela fait des années que nous sommes sur le terrain et que nous nous battons pour tout ce qui touche la vie quotidienne de nos concitoyens, c’est pour cela que nous avons pu mobiliser autant. Nous sommes donc satisfaits. Ce fut un plaisir de voir autant de monde, plus de 5000 personnes venues assister à notre Assemblée Générale constitutive.

Mlimengu – Certains ont dit que c’étaient essentiellement des gens du Mbude et ont donné à ce rassemblement un caractère régionaliste…

Houmed Msaïdié – Qu’ils sachent que j’en suis fier ! Un homme politique qui n’a pas un fief ne peut pas s’imposer sur la scène politique. Que des citoyens qui m’ont élu à trois reprises député pour les représenter à l’Assemblée Nationale (les habitants du Mbude, et ceux du Mitsamihuli en plus pour la troisième fois) soient avec moi pour un tel événement, je ne peux qu’en être fier. Je vous avoue que cela m’a fait plaisir. Ils représentaient environ un tiers des présents. Et s’ils n’avaient pas été là ? Les mauvaises langues auraient alors dit : « Il n’est même pas capable de mobiliser dans son fief ». Et bien, ils étaient présents et j’en suis heureux !

 

AG du Parti RADHI (Ph. Oustadh Padré)

AG du Parti RADHI (Ph. Oustadh Padré)

Mlimengu – Pourquoi un nouveau parti au lieu de recomposer le paysage et ainsi réduire le nombre de partis qui est encore trop élevé ?

Houmed Msaïdié – Il faut avoir en tête que les leaders qui étaient dans cette Assemblée Générale représentaient quatre mouvements ou partis politiques. Et nous avons discuté, au total avec huit partis politiques, mais seulement quatre ont répondu à notre appel. Donc, nous n’avons pas ajouté un parti, nous avons diminué le nombre ! Mais, nous n’allons pas nous arrêter là. Nous pensons qu’il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement. RADHI regroupe quatre partis existant et vise à en regrouper d’autres.

Mlimengu – Quelles sont les grandes lignes des idées de ce parti ? En quoi diffère-t-il des autres partis ?

Houmed Msaïdié – Nous voulons un parti pragmatique, avec des idées qu’on peut mettre en pratique rapidement.

Par exemple nous pensons qu’il faut réduire le train de vie de l’État et le rendre crédible auprès des citoyens. Il y a un train de vie inacceptable. On ne peut pas comprendre que le Président ou les ministres restent si longtemps à l’extérieur, à tel point que dans les conseils des ministres on n’a parfois que quatre ou cinq ministres parce que les autres sont en voyage. Le président ne devrait faire que trois voyages obligatoires : à l’Assemblée Générale de l’ONU et aux deux sommets de  l’Union Africaine que nous voulons renforcer pour en faire une fédération de type Union européenne. Le président pourrait également se rendre à l’extérieur pour signer des contrats importants qui apportent des bénéfices au pays. Il n’y a pas de raison que le président se déplace plus de huit fois dans l’année.

Nous voulons donner une importance particulière à la Justice. Cela passe par la désignation de magistrats conscients de leur rôle et décidés à travailler correctement. C’est pourquoi nous proposons de rendre plus libres ces magistrats en associant les élus de l’Assemblée de l’Union à leur désignation. Le Président de la République pourrait ainsi soumettre une liste à l’Assemblée qui la validerait ou non. Les deux instances pourraient aussi, sous le contrôle du Conseil de la Magistrature, engager une procédure pour démettre un magistrat qui a failli à sa mission.

L’éducation doit aussi être parmi nos priorités. Nous voulons qu’au niveau de l’enseignement secondaire, on puisse initier les jeunes à des métiers afin que s’ils sortent du système scolaire trop tôt, ils puissent exercer un métier. Au niveau universitaire, nous devons privilégier la recherche fondamentale basée sur notre environnement et arrêter de fonctionner comme une université d’un grand pays développé tout en mettant sur les places publiques de plus en plus de chômeurs.

On pourrait par exemple développer le tourisme, en comptant sur nos propres potentialités. Cela pourrait résoudre en partie le problème du chômage des jeunes.

 

Mlimengu – Quelle est votre position sur la question de l’île comorienne de Mayotte ?

Houmed Msaïdié – Nous espérons fortement que lorsqu’il sera ici cet été, François Hollande engagera les trois parties dans un véritable processus de réconciliation et de règlement du conflit franco-comorien. Et cela passe nécessairement par la suppression du « visa Balladur ».

 

Foyer des Femmes plein (source facebook Radhi)

Foyer des Femmes plein (source facebook Radhi)

Mlimengu – Pensez-vous pouvoir participer aux prochaines élections ? Pour les présidentielles, quel sera le processus de désignation de votre candidat ?

 

Houmed Msaïdié – Nous comptons participer aux prochaines élections et cela à tous les échelons. En ce qui concerne le mode de désignation de notre candidat aux prochaines élections présidentielles, nous allons instituer  un système de primaires, un système démocratique qui puisse permettre aux militants de désigner leur candidat, s’il y a plus d’un candidat à la candidature.

 

Mlimengu – Votre parti est-il représenté dans la diaspora ?

Houmed Msaïdié – Oui, nous sommes représentés en France. Tous ceux qui veulent nous rejoindre doivent contacter Mme Aniami Mchangama, en région parisienne. C’est une femme volontaire, une femme de conviction, militante du Parti socialiste en France et qui est chargée de mettre en place les structures du parti RADHI en France.

Non seulement nous sommes représentés dans la diaspora, mais nous avons également intégré dans nos statuts la représentation de celle-ci et nous allons soutenir d’une manière claire et avec force les revendications de la diaspora dans les questions cruciales comme celles de son droit de vote ou de ses déplacements vers la mère-patrie.

Nous allons aussi engager un dialogue avec la diaspora pour qu’elle diversifie son investissement au pays dans des secteurs porteurs comme le tourisme et ne pas mettre toutes ses capacités d’investissement uniquement dans les produits de consommation liés au grand-mariage.

propos recueillis par Mahmoud Ibrahime et Idjabou Bakar