2016

Qui peut lancer sa campagne présidentielle 2016 à Ouzini (Anjouan) ?

12020335_982989861766019_1503937092_o

Notre correspondant s’est rendu dans le village d’Ouzini sur les hauteurs du Nyumakele à Anjouan. Le village est enclavé, mais malgré les difficultés et l’absence de services publics, ses habitants n’ont aucunement l’envie de le quitter.

Ouzini le village enclavé d’Anjouan.

Une grande partie pour ne pas dire tous les candidats aux présidentielles 2016 n’ont jamais mis leurs pieds à Ouzini. Ce village de plus de 1 886 habitants se trouve confronter à tous les problèmes socio-économiques du monde. Sa particularité est qu’il est enclavé, donc pas de route pour y accéder. C’est le village le plus reculé d’Anjouan et difficilement accessible, à pied seulement.

Pour arriver à Ouzini, il faut s’armer de patience et d’endurance surtout ne pas être asthmatique pour monter jusqu’à 874 m d’altitude. Il se situe à 16 kilomètres de la ville de Domoni. Beaucoup de gens de cette localité n’ont jamais vu ni de voitures ni de ligne téléphonique depuis leur naissance.

Pourtant ces habitants sont contents d’habiter sur leur terre. « Auparavant on nous avait suggéré voire imposer de nous reloger à Salamani pendant le règne d’Ali Soilihi mais on a choisi d’y retourner après sa mort même si d’autres y sont restés jusqu’à nos jours» nous a affirmé un septuagénaire rencontré à Ouzini. « Le fait de vivre à ce rythme, couper du monde ça nous donne moins de soucis. Nous craignons qu’on vienne nous voler nos bovins et nos produits vivrières si la route était construite » ironise-t-il.

Des études de génie civil pour la construction de la route ont été faites mais aucun régime n’a jamais honoré ses engagements. Sambi aurait promis de leur faire la route et électrifier le village pendant la campagne de 2006 mais il s’est contenté de leur offrir 5 panneaux solaires pour alimenter quelques maisons. Ils sont tous déçus de Sambi et ne veulent plus entendre parler de lui. Aux dernières élections législatives, ils n’ont pas voté et envisagent de faire la même chose aux présidentielles de 2016.

A notre entrée dans ce village, tout le monde était réticent croyant qu’on était de politiciens donc on se moquait de nous avant de comprendre qu’on est des journalistes. «  Les politiciens nous ont mentis plusieurs fois, on ne veut plus d’eux. Vous voyez les conditions de vie auxquelles nous sommes confrontées tous les jours. On n’a ni électricité ni routes ni écoles dignes de ce nom. Les enseignants affectés ici ne viennent pas à cause de l’accès difficile à ce village. Le poste de santé est sans infirmier n’en parlons plus de médecin. Si une femme veut accoucher ou qu’il y a un malade grave, nous sommes obligés de l’amener sur nos épaules jusqu’à Salamani et prendre un taxi pour aller se faire soigner à Domoni» nous a relaté un maitre coranique de ce village.

Pour construire une maison en dure, la nature leur a donné du sable disponible en grande quantité, du gravier, de l’eau qui coule à flot sur place et ils n’ont pas besoin d’en acheter, mais concernant le ciment et le fer ils le chargent sur les têtes depuis Salamani jusqu’à Ouzini. « Vous voyez cette mosquée en pleine construction, nous avons utilisé de milliers de sacs de ciments transportés sur nos têtes. Une situation inimaginable mais vraie en 2015 » a insisté ce maitre coranique.

Ouzini reçoit des aides de temps en temps de la part des ONG et associations mais les habitants sont parfois réservés quant aux objectifs des opérations. Ils pensent souvent qu’il y a des politiciens derrière pour « les foutre dans la merde ».

Ces derniers temps, certains jeunes, très courageux, sont partis à Mayotte pour chercher une autre vie, observer le monde, savoir ce qui se passe en dehors de ce petit monde très fermé. Ils envoient des sous à leurs familles pour les besoins quotidiens.

Des jeunes et femmes courageux

Sur notre chemin, nous avons rencontré des gens de tous âges ayant traversé cette colline avec sur leur dos des sacs de riz, des bidons d’huile ou de sacs de sucre venant de Salamani ou de Domoni. «  Nous pouvons traverser ce chemin 2 à 3 fois par jour selon les besoins. On n’a pas le choix et personne ne se soucie de nous » nous a raconté le chef du village que nous avons croisé sur le chemin du retour.

Selon des propos d’une vieille dame, les habitants se marient entre eux car les étrangers n’aiment pas venir s’installer ici longtemps. Un enseignant de Domoni qui était payé à 150 000 KMF par la communauté pour assurer les cours de classe de CM2 n’a pas pu supporter les allers-retours et a dû arrêter le contrat. Le village ne compte aucun bachelier.

À la question de savoir s’ils accepteraient d’être relogés dans un autre endroit, la réponse est sans équivoque « nous sommes fiers de chez nous, nous vivons en harmonie avec la nature, il n’y a pas de pollution, nous mangeons bio et nous mourrons tous ici ».

Les prétendants aux présidentielles 2016 peuvent aller lancer leurs campagnes à Ouzini et promettre de désenclaver le village. Mais attention à ne pas faire comme Sambi car vous seriez une persona non grata à Ouzini. Par contre un Cheick Mc ou un Soumette à Ouzini donnerait beaucoup le sourire à ces habitants qui n’ont jamais organisé un concert.

Mbaraka Djoumbe

Présidentielles 2016 aux Comores. Le recensement de la diaspora en France est prévu en septembre

La Commission Nationale Technique de la Diaspora (CNTD) affirme que le recensement de la diaspora comorienne de France devra débuter ce mois de septembre dans les pôles régionaux de la France où la communauté comorienne réside.

 

Ambassade des Comores en France

Ambassade des Comores en France

Le vote de la diaspora comorienne de France est devenu un sujet d’actualité depuis la promulgation de la loi portant sur ce vote. La communauté comorienne en France votera aux prochaines élections pérsidentielles prévues en avril 2016 selon le calendrier électoral publié par le gouvernement.

L’opinion est partagée. Certains Comoriens résidant en France n’embrassent pas l’idée que la diaspora puisse voter et laissent sous entendre que c’est un but à atteindre de certains politiciens. Tandis que d’autres se réjouissent et estiment que c’est un droit civique qu’il faut accomplir : «  je n’approuve pas le vote de la diaspora en 2016. Je trouve qu’il est tôt. Il n’y a pas eu de sensibilisation. La masse ignore les enjeux de ces élections et je ne pense pas que la logistique nécessaire soit prête pour ce scrutin. L’Etat comorien est en mesure en peu de temps de faire voter une diaspora qui est le 1/4 de la population », affirme Lihoma Mohamed Miradji, urbaniste résident en région parisienne, avant d’ajouter « pourquoi voter ? Il est clair que la sociologie électorale va changer. Mais les pressions et les lobbies de toute nature vont jouer qui ne sera qu’en faveur des Comores à partir d’une certaine élite de la diaspora et l’impact sera ressenti sur place ».

Ce n’est pas l’avis de Mahafih Eddine Ibrahim, secrétaire général de la Fédération France du parti SDC (un parti créer par la diaspora pour les Comoriens partout où ils vivent) : « nous accueillons favorablement la promesse de l’actuel gouvernement de faciliter enfin la participation de la diaspora de France aux prochaines élections présidentielles. Nous allons nous battre pour que ce droit fondamental prenne corps réellement sur le terrain », dit-il. Ce juriste de formation a déclaré en effet que «Nous nous posons cependant un certain nombre de questions parmi lesquelles le recensement électoral, le déroulement, la sécurisation des élections, la transparence dans la diffusion des résultats ainsi que le début de participation de la diaspora. Nous souhaitons avoir des réponses sur toutes ces questions. Et nous remercions la CENI pour l’explication qu’elle voudra donner à nos questions ».

Pour Thinati Mdoihoma, le vote de la diaspora ne « servira à rien. Il est vrai que nous participons au PIB du pays. Mais nous vivons en France et nous devons de préoccuper de ce qui se passe ici ». Une opinion non partagée par Soilha Mohamed, étudiante en master 2 en Systèmes, environnement et Patrimoine à Saint-Etienne. Elle juge que « la participation de la diaspora où qu’elle soit, est importante dans la mesure où cette dernière peut faire basculer des élections. D’autant plus qu’elle contribue à une grande partie au développement des Comores ».

La CNTD collabore en commun accord avec l’ambassade des Comores, selon Ahmadou Mze Soilihi, l’un des membres de cette commission. Le recensement nécessitera une centaine d’agents recenseurs, une quarantaine de personnels administratifs ainsi que d’autres ressources humaines pour constituer les cellules d’appui dans chaque pôle. La CNTD a précisé que trois catégories d’électeurs ont été identifiées lors des ateliers. Il s’agit en premier lieu des comoriens ayant plus de dix huit ans disposant d’une carte nationale d’identité biométrique (CNI) : «les données venant du ministère de l’intérieur comptent 44 000 électeurs potentiel en France », affirme Ahmadou Mze. La deuxième catégorie constitue les comoriens qui disposent la nationalité comorienne mais qui n’ont pas la carte biométrique, « dans ce cas, il faut justifier par un certificat de nationalité ou un extrait d’acte de naissance valable », souligne notre interlocuteur. La dernière catégorie concerne les enfants de la deuxième et troisième génération. « Les statistiques du ministère de l’intérieur montre que cette catégorie est faiblement enregistrée dans la base de données de SEMLEX », précise Ahmadou avant de faire appel aux parents et aux associations pour une aide à la sensibilisation.

Rappelons que la CNTD est une commission qui apporte un soutien technique au gouvernement et à la CENI. Elle a été mise en place et validée par les dix commissions régionales constituées à l’issus des assemblées de Valence en avril 2014 et à Lyon en juillet de la même année.

Natidja HAMIDOU

Elections 2016. La candidature de Mamadou en mauvaise posture

Les déclarations de candidatures à la présidentielle et au gouvernorat de 2016 se précisent dans l’opposition alors que la coalition UPDC/RADHI/ORANGE a du mal à désigner les siennes.

Mohamed Ali Soilihi (détail de l'affiche des présidentielles de 2010)

Mohamed Ali Soilihi (détail de l’affiche des présidentielles de 2010)

L’UPDC qui incarne le leadership de cette coalition n’arrive pas, à ce jour, à se mettre d’accord sur la candidature naturelle et unique de l’actuel vice-président Mamadou à la présidentielle. Sa candidature ne fait pas l’unanimité au sein même du parti comme cela était le cas il y a un an. Le fait de se rallier à d’autres partis politiques pour former une coalition et un groupe parlementaire est vu aujourd’hui pour certains comme une force et une opportunité pour gagner les élections de 2016. Mais, pour d’autres, c’est un cadeau empoisonné, un couteau à double tranchant.

La dégradation de la situation économique du pays ne favorise pas la candidature de Mohamed Ali Soilih alias Mamadou qui est accusé à tort ou à raison par l’opinion de ne pas vouloir payer les salaires des fonctionnaires de l’Etat. Ses liens avec la Banque mondiale ne constituent pas une force pour être élu à la magistrature suprême. Les fonctionnaires ont 6 mois d’arriérés de salaires. En période de vacances et des festivités où la consommation ménagère est de plus en plus importante, les fonctionnaires n’ont pas de revenu pour affronter ces dépenses et la crise est observée dans toute l’économie nationale. Une seule personne est accusée d’être le seul responsable de cette situation« Mamadou », certains oubliant même qu’il fait partie d’une équipe gouvernementale.

Au sein du parti UPDC, cette menace est prise au sérieux par les responsables du parti. Des hommes et des femmes qui sont prêts à jouer toutes les cartes pour ne pas perdre les prochaines élections. Plusieurs d’entre eux se posent des questions sur cette candidature qu’ils jugent déjà comme un échec. « Mamadou n’est plus le candidat idéal pour nous faire gagner en 2016. Sa côte de popularité est de plus en plus en baisse au niveau de l’opinion nationale. Il est la cible de tout le monde même de son propre camp. Je pense que les Comoriens ne lui font plus confiance. Il revient à la coalition de voir quels autres potentiels candidats en son sein peuvent nous faire gagner les élections. On n’a pas droit à l’échec», nous a confié un responsable du parti qui a demandé à garder l’anonymat. Ces militants et responsables du parti sont à la recherche d’une autre solution, d’une personne qui sera capable de rassembler et combattre les autres candidats. L’essentiel c’est de gagner, de conserver le pouvoir qui est très convoité par les deux anciens présidents et d’autres grandes personnalités.

Toutefois du côté des proches collaborateurs de Mamadou, on se veut rassurant. Cette situation n’est que conjoncturelle et peut changer rapidement. « Mamadou est un bon candidat qui a fait ses preuves et nous sommes confiants quant à sa chance de gagner » a déclaré un de ses collaborateurs, rencontré lors de la fête de l’Indépendance, pendant laquelle Mamadou a été hué par la foule à son arrivée.

Cette situation ne laisse pas indifférent les militants des partis RADHI et Orange qui estiment que des primaires doivent être organisées pour désigner les candidats de la coalition. Il ne revient pas à Ikililou ou à un autre de trancher car c’est la responsabilité de nous tous et non d’un seul individu. « Il n’y a pas de candidature naturelle, nous avons au sein de nos partis de la coalition des hommes et des femmes présidentiables. Nous défendons partout ce principe de démocratie. Si nous voulons gagner ces élections, il ne faut pas nous imposer des candidatures. Nous voulons bien rester dans cette dynamique mais dans le respect mutuel tout en préservant notre liberté » a prévenu Charfia Ahmada une militante du RADHI dans le Oichili. « Le scénario officieux qui voyait Mamadou titulaire et Msaidié son colistier à Nagzidja ne tient pas la route aujourd’hui, nous voulons gagner ces élections, nous devons faire table rase de nos préjugés et organiser des primaires » a-t-elle ajouté.

L’UPDC a fait de l’argentier de l’Etat son candidat naturel, sans concurrent apparent au sein du parti, arguant qu’il leur fera gagner 2016 car il a les finances. Mais, cet argument a déjà produit l’effet inverse dans le passé. Combien de candidats, bourrés d’argent, l’ont dépensé dans des élections qu’ils n’ont jamais gagnées ? L’argent n’est pas le seul critère pour gagner des élections. La question est de savoir qui sera le bon candidat de la coalition ? Un responsable de l’UPDC répond en voix off « tout sauf Mamadou, la question mérite d’être examiné ».

Mbaraka Djoumbe

Le Président de la République, Dr Ikililou Dhoinine a appelé au respect de l’unité nationale et de la tournante

ikililouLa célébration des 40 ans de l’indépendance a été l’occasion pour le Président de l’Union des Comores, Dr Ikililou Dhoinine de faire une rétrospective générale en mettant l’accent sur l’unité nationale, pour lui source de paix et de stabilité.

Ce n’est un secret pour personne que malgré les Accords de Fomboni, la Constitution de l’Union qui a mis en place la tournante et l’« opération Démocratie » à Anjouan en 2008, le pays vit au quotidien avec l’esprit séparatiste de certains politiques.

Il y a une semaine, le Porte-parole du Gouvernement également chargé des élections, Houmed Msaidié avait réuni les partis politiques du pays pour leur affirmer que les élections présidentielles se dérouleront en 2016 comme elles se sont déroulées en 2002, 2006 et 2010 en suivant les principes de la tournante telle qu’elle est conçue et énoncée dans la Constitution.

Sachant qu’un clan politique a déclaré qu’il imposera coûte que coûte la candidature de l’ex-Président de l’Union des Comores, Ahmed Sambi, le Ministre de l’Intérieur a affirmé sans ambages : « Le Gouvernement prendra toutes les dispositions nécessaires pour garantir la paix et la stabilité du pays ».

Sortis de cette rencontre le parti Juwa et ses alliés sont montés au créneau en qualifiant les propos du Ministre de l’Intérieur d’engagement personnel, allant jusqu’à lui demander de démissionner.

Il est une obligation pour l’Etat que dans de telles circonstances où se profile une « guerre civile » d’user de tous les moyens afin de garantir et préserver la paix du peuple comorien. C’est ce que martèle sans cesse le Ministre de l’Intérieur au nom du Gouvernement, n’en déplaise aux partisans de l’ancien président.

Dans son discours du 6 juillet 2015, le Chef de l’Etat a confirmé que les paroles du Ministre de l’Intérieur reflètent les décisions du Gouvernement :

« Je voudrais très solennellement rappeler à tous ceux qui semblent l’avoir oublié, que la situation actuelle est le fruit d’un consensus national et que si nos institutions ont fait la preuve de leur viabilité, elles restent encore très fragiles.

La crise séparatiste qui a éclos, en août 1997, dans l’île d’Anjouan, le débarquement contre la rébellion 10 ans plus tard et les réflexes insulaires sont toujours présents dans nos paroles et nos actes. C’est pourquoi, nous devons cultiver le respect de l’unité nationale qui ne consiste pas en de paroles démagogiques, lancées ici et là, à des fins électorales mais qui est un devoir se traduisant par des actes et des comportements responsables qui s’imposent à tout citoyen, quel que soit son rang, passé, présent ou à venir, quel que soit son île ou son lieu géographique d’origine, quel que soit sa catégorie sociale ou sa fonction.

Ainsi, l’attitude ambiguë de certains hommes politiques, consistant à clamer et à afficher par opportunisme, une volonté pour l’unité du pays, tout en adoptant des démarches politiques qui sont autant d’actes de division et d’érosion de l’unité nationale doivent cesser.

L’unité de notre pays est sacrée et j’ai la responsabilité constitutionnelle pendant les mois qui me restent à la tête de l’État, de tout faire pour qu’elle soit préservée.

Je ne faillirai pas à ce devoir. »

Ainsi, le Président de la République confirme la position du Ministre de l’Intérieur sur la tournante et sur les mesures préventives à prendre pour faire face aux troubles que certains annoncent si Ahmed Sambi n’est pas admis comme candidat aux prochaines présidentielles.

Moroni, le 7 juillet 2015

Yasmina Mohamed Chaihane

Service de presse du Ministère de l’Intérieur

La réponse du Ministre de l’Intérieur a été claire : la paix et la stabilité du pays seront préservées

La réponse du Ministre de l’Intérieur a été claire : la paix et la stabilité du pays seront préservées

Le Ministre de l’Intérieur, en charge des élections et Porte-parole du Gouvernement, Houmed Msaidie a tenu une conférence de presse pour répondre à l’ultimatum lancé par le parti JUWA dans une conférence organisée plus tôt ce vendredi matin.

Houmed Msaïdié, ancien Ministre

Houmed Msaïdié, ancien Ministre

Le Ministre de l’Intérieure a réaffirmé la position du Gouvernement : les prochaines élections présidentielles se dérouleront dans le respect de la tournante et des principes appliqués en 2002, en 2006 et en 2010.

Le parti JUWA évoque l’organisation d’un référendum comme en 2009 et affirme que c’est le seul moyen d’éviter une « guerre civile », en d’autres termes il se dit prêt, par tous les moyens, à imposer la candidature de l’ancien président de l’Union des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Le Parti Juwa et ses alliés font semblant d’ignorer les limites financières du pays mais aussi les multiples problèmes d’ordre social auxquels le peuple comorien doit faire face.

De son côté, le Gouvernement prendra toutes les dispositions nécessaires afin de garantir la stabilité et la sécurité des citoyens. Il ne s’agit pas d’influencer la Cour Constitutionnelle, mais plutôt de prendre des mesures préventives, sachant que c’est aussi le rôle de l’Etat de préserver la paix et la stabilité du pays.

Le porte parole du Gouvernement a révélé aux partis politiques que la tournante revient à l’île de Ngazidja. Il a ajouté que l’Etat prendra toutes les dispositions nécessaires pour maintenir la stabilité du pays.

Moroni, le 3 juillet 2015

Yasmina Mohamed Chaihane

Service Presse du Ministère de l’Intérieur

Houmed Msaïdié : de l’Intérieur à la Présidence de la République ?

Houmed Msaidié peut-il passer du Ministère de l’Intérieur à la présidence de la République comme l’a fait Sarkozy ?

Alors que plusieurs personnalités politiques se positionnent pour les présidentielles, la coalition UPDC/RADHI/ORANGE n’a pas encore officialisé la candidature de celle ou celui qui doit porter le flambeau pour 2016. Dans les rangs de cette coalition la question n’est pas tabou. Mais les discussions se poursuivent dans les grandes instances, dans la grande discrétion et le respect mutuel de chaque partie prenante. Ce sont les chefs des différents partis qui sont chargé de faire une proposition sur les présidentiables.

Houmed Msaidié lors du 1er anniversaire du Parti RADHI à Ivembeni

Houmed Msaidié lors du 1er anniversaire du Parti RADHI à Ivembeni

L’UPDC a tenu son congrès le week end dernier pour élire des nouveaux responsables devant affronter une campagne qui s’annonce rude avec plein de surprises. Les nouveaux membres se sont fixés entre autres comme objectifs la préparation du dispositif à la désignation de ses candidats aux prochaines élections.

Choisir le bon candidat parmi plusieurs personnes n’est pas une chose aisée. La qualité du candidat à la présidence de l’Union ne s’improvise pas. Pour être élu il faut une expérience politique de très haut niveau et bénéficier d’un soutien d’une grande coalition. La plupart sont des personnalités qui ont occupé des fonctions de ministres, de directeurs ou de députés et qui connaissent très bien le système. Au-delà de cette considération politique, la personnalité de candidat et sa façon de battre campagne peut booster rapidement ses chances de réussir. La coalition a des personnalités qui peuvent incarner ce personnage. L’actuel ministre de l’intérieur qui a le vent en poupe au pays et dans la diaspora pourrait devenir le candidat de la coalition. A Ndzuani où il a assisté à un pique nique organisé par la fédération RADHI-Anjouan ce dimanche 14 juin, les militants venus de toutes les préfectures ont demandé au ministre de l’intérieur d’annoncer officiellement sa candidature aux prochaines présidentielles. Pour eux, il est la seule personnalité qui soit aujourd’hui capable de rassembler la coalition et les électeurs autour des idées et d’un projet de société pouvant améliorer le quotidien des Comoriens ». Son expérience dans la politique fait de lui un homme d’État disposant d’une vision pour les Comores.

Mbaraka Djoumbe

Comores. Présidentielles 2016. Deuxième partie. Une tournante qui ne tournerait pas ?

Comores. Présidentielles 2016. Deuxième partie. Une tournante qui ne tournerait pas ?

(première partie : Des appétits de pouvoir du président Sambi)

 

Photo officielle du Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi (2006-2011)

Photo officielle du Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi (2006-2011)

Pour les militants du parti Juwa qui pensent honnêtement et sans arrières-pensées qu’il y a dans la Constitution comorienne des éléments qui permettent à l’ex-président Sambi de se représenter pendant le tour de Ngazidja, je les invite à relire l’article 13, qui, à mon humble avis, a été trop souvent lu trop rapidement par certains juristes comoriens, mais surtout à revenir plus attentivement à l’histoire récente des Comores.

L’article 13 de la Constitution

Le premier alinéa du fameux article 13 est à l’origine ainsi rédigé :

« La Présidence est tournante entre les îles. Le Président et les Vice-Présidents sont élus ensemble au suffrage universel direct majoritaire à un tour pour un mandat de quatre (4) ans renouvelable dans le respect de la tournante entre les îles. Une élection primaire est organisée dans l’île à laquelle échoit la présidence et seuls les trois candidats ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés peuvent se présenter à l’élection présidentielle. »

On rappellera que le Président Sambi a fait modifier cet article en rallongeant la durée du mandat du président de quatre à cinq ans.

Si on analyse cet article, il n’est pas précisé qui doit être président, par contre le législateur dit de quelle île doit être le président. En effet, il me semble que jusqu’à présent tous ceux qui sont intervenus dans ce débat ont oublié ces quelques petits mots : « l’île à laquelle échoit la présidence ». Cette expression veut dire clairement que chaque île doit tour à tour donner un de ses ressortissants à la présidence.

Peut-on imaginer que « l’île à laquelle échoit la présidence » ne soit pas, au final, celle qui exerce la présidence ? Cela n’aurait aucun sens. De même comment comprendre la phrase qui ouvre cet article 13 : « La Présidence est tournante entre les îles » si finalement on donne la possibilité qu’un ressortissant de la même île reste président trois ou quatre fois de suite ? Où serait alors la tournante ? juste dans l’organisation des élections ?

Une revendication anjouanaise

Je pense que ceux qui sont arrivés à cette idée que tout Comorien, quelle que soit son île d’origine peut se présenter au premier tour des élections présidentielles ne respectent pas cette constitution et surtout oublient le contexte dans lequel elle a été élaborée.

Certains membres du Parti Juwa (Ahmed Jaffar, Mohamed Dossar, Ahmed Bourhane…) font semblant d’oublier pourquoi en 2001 nous étions opposés à cette constitution (avant de l’accepter pour mettre fin aux exactions et tortures qui étaient commises à Anjouan). Ils oublient que les séparatistes anjouanais avaient conditionné leur accord pour une constitution à l’acceptation par les Wangazidja qu’après qu’un des leurs ait été élu président, il laisserait la place à un autre ressortissant d’une autre île et ainsi de suite. C’est ainsi qu’Abdallah Mohamed, Abeid et autres définissaient d’une manière claire la « tournante », c’était leur principale revendication, persuadés qu’après la mort d’Ahmed Abdallah, les Wangazidja n’éliraient plus que des Wangazidja et que le président comorien serait toujours issu de l’île la plus grande. Ils ont été soutenus en cela par les délégations mohéliennes, dont l’île n’avait jamais vu un de ses enfants à la tête du pays.

Alors tous ces gens sont soudainement devenus amnésiques et ne savent plus que les patriotes ont perdu face aux revendications séparatistes et que justement cette constitution a été le symbole de leur défaite ? Est-ce qu’à force d’avoir travaillé avec des séparatistes alors qu’ils avaient le pouvoir fait que nos amis sambistes ont oublié les conditions dans lesquelles cette constitution a été élaborée ?

Une citoyenneté de l’île ?

Le seul problème reste à définir qui est Mgazidja, Mdzuani et Mmwali. Là-dessus, il faut d’abord intégrer qu’il n’y a que la constitution d’Anjouan qui définit dans son article 5 qui est Mdzuani (Article 5 : « Est citoyen comorien d’origine anjouanaise toute personne de nationalité Comorienne née au moins d’un parent d’origine Anjouanaise »). Les dirigeants du parti Juwa ferait donc mieux de commencer par modifier cette constitution.

Mais, nous sommes des unionistes et nous pensons que tout comorien a le droit de s’installer où il veut et d’adopter l’île qu’il aime le plus. Autrement dit, puisque la Constitution actuelle l’exige, c’est à chacun de dire au Législateur de quelle origine il est. Mais, une fois qu’il l’a dit, il ne faudrait pas qu’à l’élection suivante, il change d’origine pour des intérêts électoraux.

Or que constate-t-on ? Le président Azali, Saïd Ali Kemal (bien qu’il rentre dans la définition de ce qu’un Anjouanais selon la constitution de cette île) et tous les autres candidats aux présidentielles de 2002 ont déjà dit au Législateur qu’ils sont des Wangazidja. Le président Sambi, Abdouroihamane Mohamed ben Ali (bien qu’il aurait pu se considérer comme MGazidja)  et les autres concurrents de 2006 ont déjà signifié au Législateur qu’ils sont Anjouanais. Le président Ikililou, Hamada Madi Boléro (qui pouvait aussi prétendre qu’il était Mgazidja) et tous leurs concurrents en 2010  ont clairement dit qu’ils étaient des Comoriens de Mohéli.

En 2016, tous ceux qui se considèrent comme Wangazidja peuvent se présenter et le dire clairement au Législateur. Mais, on ne peut comprendre qu’une personne nous dise une fois qu’il est d’origine anjouanaise et qu’aux élections suivantes il devienne soudainement d’origine grand-comorienne ! A moins de vouloir tricher avec la loi.

Maintenant, si la grande majorité des Comoriens a compris qu’il ne fallait plus maintenir un tel système, il faut le changer pour le bien des Comores. Le peuple est souverain. Que les élus Sambistes suivent la procédure pour faire changer la Constitution (comme ils l’ont déjà fait en 2009) mais n’essayent pas de ruser avec les principes législatifs.

Mahmoud Ibrahime