Abbas

LE GOUVERNEMENT ISRAELIEN DECIDE DE CONTINUER LE MASSACRE DE LA POPULATION DE GAZA

LE GOUVERNEMENT ISRAELIEN DECIDE DE CONTINUER LE MASSACRE DE LA POPULATION DE GAZA

    Samedi 2 août au soir, par la voix de son Premier ministre Benyamin Netanyahou, le gouvernement israélien a décidé de poursuivre les hostilités sur Gaza pour, selon lui, atteindre ses objectifs. Le plus fort, surtout quand il est soutenu par des puissances mondiales, peut changer les règles internationales, ignorer les valeurs humaines en massacrant tout un peuple sans être condamné. Cette décision d’Israël de poursuivre le combat a été prise après la mort au combat d’un jeune soldat israélien Hadar Goldin, âgé de 23 ans. Il est le 64e soldat israélien mort au combat contre près de 1800 palestiniennes dont 98% de civils.

     Pour justifier ses actes barbares et inhumains contre Gaza  et mentir aux parents des jeunes soldats israéliens morts au combat, le gouvernement israélien reste toujours dans le mensonge en supposant que ces jeunes soldats sont d’abord enlevés avant d’être exécuter par le Hamas.

     Des suppositions basées sur des arguments mensongers pour mettre fin au cessz-le-feu de 72 heures pour une éventuelle rencontre entre belligérants prévue au Caire. Benyamin Netanyahou n’en demeure pas moins inflexible, il a ordonné aux soldats de TSAHAL qui poursuivre la guerre.

    

Gaza, des immeubles d'habitation bombardés

Gaza, des immeubles d’habitation bombardés

C’est la deuxième fois que le gouvernement israélien ment à la communauté internationale, à l’Union européenne, à la Ligue des Etats Arabe, bref, aux quelques gouvernements qui le soutiennent dans sa barbarie. C’est la deuxième fois, car, nous nous rappelons encore de la cause qui a déclenché ces hostilités le 8 juillet dernier. Israël avait porté des accusations contre le Hamas l’accusant d’avoir assassiné trois jeunes israéliens. Des accusations très tôt vitupérées par le journaliste allemand Christian Sievers après une minutieuse investigation. Les résultats de ses investigations ont prouvé que les trois jeunes israéliens ont été tués « par un juif comme-eux pour des motifs économiques ». Il a affirmé les résultats de ses investigations lors de l’émission « Auslands journal » de la chaîne de télévision allemande ZDF, le mardi 23 juillet 2014.

       Alors qu’hier le gouvernement de Benyamin Netanyahou parlait d’enlèvement, les soldats israéliens avouent aujourd’hui que le jeune soldat est mort au combat et non kidnappé par le Hamas. Ils ont trouvé le reste de son corps dans la zone des combats au Sud de Gaza.

           Comment l’ONU peut se taire sur de tels mensonges, basés sur des coups montés qui coûtent la vie de tout un peuple désormais. Comment les Etats-Unis d’Amérique peuvent fermer les yeux et laisser cet Etat terroriste tuer des femmes et des enfants ? L’argument que Barak Obama avance est qu’Israël est en train de se défendre. Mais se défendre contre des gens non-armées ? C’est triste comme argument, surtout venant d’une personne qui reçu le prix Nobel de la paix.

Où est le philosophe Henry Lévy qui s’est auto-proclamé défenseur des droits de l’homme ? Henry Lévy qu’on a vu en Egypte, en Lybie et en Syrie pour soit disant défendre les peuples opprimés ? Est-il vraiment un défenseur du droit et des valeurs humains ou bien défenseur des intérêts israéliens ? On voit visiblement l’indignation sélective de Bernard Henry Lévy.

       Aujourd’hui, des musulmans comme des juifs ont compris et montré par des manifestations que le problème n’est pas religieux. Ils ont montré qu’ils peuvent cohabiter. Mais l’ONU et ceux qui soutiennent le gouvernement israélien ne veulent pas entendre toutes ces voix qui se lèvent de partout dans le monde pour dénoncer l’inhumanité.

       Le problème est territorial. L’ONU le sait très bien, les dirigeants de l’Union européenne et de la Ligue des Etats Arabe le savent aussi. Les dirigeants israéliens en sont conscients eux aussi. Mais, l’injustice et l’oppression priment sur la justice et l’égalité entre les peuples.

   Mahmoud Abbas disait :  « il n’y a pas un Etat de trop en Moyen-Orient, mais un Etat de moins ». Plus que jamais cette phrase prend sens aujourd’hui.

Abdourahim Bacari

Le 3 août 1975 : un coup d’Etat pour l’unité et la démocratie

 

Le 3 août 1975 : un coup d’État pour l’unité et la démocratie

 

Ali Soilihi Mtsachiwa, révolutionnaire comorien

Ali Soilihi Mtsachiwa (1937-1978), révolutionnaire comorien, chef d’État de 1976 à 1978.

Le 3 août 1975, moins d’un mois après la déclaration unilatérale d’indépendance des Comores, les leaders de l’opposition comorienne, regroupés au sein du Front National Uni (FNU) s’emparent du pouvoir par les armes et mettent fin à la présidence d’Ahmed Abdallah qui était alors à Anjouan.

Si l’on en croit les principaux acteurs, Ali Soilihi, à la tête d’une dizaine ou d’une vingtaine de militants a pris le contrôle de la caserne de la Garde des Comores à Moroni avec l’accord de son commandant. Le coup d’État aurait été accompli avec « deux voitures R4, quatre fusils de chasse et cinq pistolets » selon Ali Soilihi. La prise de pouvoir se poursuit les jours suivants par le ralliement de l’île de Mohéli le 7 août. Mais des négociations directes à Mayotte n’aboutissent pas au retour de l’île dans le giron comorien. À la Grande-Comore, c’est Ali Soilihi lui-même qui se rend dans le Hamahame avec 12 hommes pour mettre fin à la rébellion takiste, le 2 septembre. Bob Denard arrive dans le pays en septembre et il est chargé, le 21 septembre, d’aller à Anjouan pour capturer Ahmed Abdallah. Après cela, l’île d’Anjouan se rallie au nouveau régime.

Le coup d’État du 3 août 1975 est la conséquence directe de la manière dont l’indépendance des Comores a été préparée depuis 1972 et du mode opératoire qui a finalement prévalu : la déclaration unilatérale.

Il faut d’abord noter que jusqu’à aujourd’hui, aucune étude sérieuse n’a été menée par les historiens sur ce putsch et qu’on se contente souvent soit des explications des acteurs (particulièrement Ali Soilihi) ou des opposants (essentiellement l’ASEC et les chefs du parti Udzima qui avaient besoin de justifier le coup d’État qu’ils ont eux-mêmes commis en 1978).

« Le 3 août » est souvent perçu comme le coup d’État d’Ali Soilihi car c’est lui qui a incarné par la suite la révolution comorienne, par ses actions sur le terrain et ses discours à la radio. Mais, il s’agit d’un raccourci qui n’est pas conforme à la vérité historique. Ce coup d’État a été mené par l’ensemble de l’opposition au pouvoir d’Ahmed Abdallah. En grande majorité, ce sont de jeunes des grandes villes, souvent issus de la notabilité qui est alors au pouvoir depuis le début de l’autonomie interne et mieux formés que leurs prédécesseurs. Ils se sont opposés aux « Accords du 15 juin 1973 », conclus entre l’exécutif français (représenté par B. Stasi, secrétaire d’État aux DOM-TOM) et Ahmed Abdallah (président du Conseil de Gouvernement). Ces accords prévoyaient qu’après l’indépendance tous les pouvoirs seraient entre les mains d’Ahmed Abdallah et du parti vert. Or, l’opposition avait subi les excès de pouvoir des dirigeants du « parti vert » depuis le début de l’autonomie interne (1961) et savait que dans le cadre d’un État indépendant, ces excès qui étaient encore contrôlés par l’État colonial pouvaient se transformer en dictature. A ce propos, elle avait vu juste puisqu’après la restauration, le « parti vert » a mis en place une dictature soutenue par les mercenaires de Bob Denard, payés par le régime de l’Apartheid, de 1978 à 1989.

L’autre danger, soulevé depuis 1958 avec la décision de procéder au transfert du chef lieu de Dzaoudzi (Mayotte) à Moroni (Grande-Comore) était la possible sécession de l’île de Mayotte, dont les habitants avaient subi des vexations pendant toute l’autonomie interne et dont les dirigeants politiques avaient clairement exprimé, pour le moins, leur méfiance envers Ahmed Abdallah. Le Mouvement populaire Mahorais (MPM) avait d’ailleurs rejoint l’opposition pour trouver une « solution comorienne » et éviter la dictature et la sécession.

C’est donc toute l’opposition à Ahmed Abdallah, regroupée au sein du Front National Uni (FNU) qui prépare et  accomplit le putsch du 3 août 1975. Il est probable qu’Ali Soilihi n’a pas eu le rôle le plus important pendant ce putsch, au cours duquel des personnalités comme Abbas Djoussouf, Saïd Bakar Tourqui ou Naçr-Eddine Saïd Ibrahim… se sont illustrées. Malgré ce qu’on peut lire ici et là, souvent repris des slogans de l’ASEC, ce putsch n’a pas pour objectif de donner le pouvoir à Ali Soilihi. Au lendemain du coup d’État, le pouvoir est donné provisoirement au prince Saïd Mohamed Djaffar et de Paris, le prince Saïd Ibrahim se déclare solidaire des putschistes et prêt à assumer le pouvoir.

Prince Saïd Ibrahim (1911-1975), président du Conseil de Gouvernement de 1972 à 1975.

Prince Saïd Ibrahim (1911-1975), président du Conseil de Gouvernement de 1972 à 1975.

Saïd Ibrahim est en fait attendu par la grande majorité de l’opposition pour incarner le nouveau pouvoir. Depuis qu’il a été évincé par une motion de censure menée par Ahmed Abdallah et le parti vert, il cherche les moyens de revenir aux affaires et il travaille ses réseaux en France (c’est un gaulliste véritable et il a été député des Comores à l’Assemblée nationale française). C’est sans doute lui qui met en relation Ali Soilihi, Saïd Bakar Tourqui et Marcel Henry avec certains réseaux français qui vont appuyer ce coup d’État. Il symbolise alors l’unité du pays. Il est soutenu par un parti (UMMA), il peut compter sur le soutien de toute la nébuleuse autour d’Ali Soilihi et son parti (MRANDA) car le révolutionnaire comorien a un profond respect pour cet homme. Mais l’avantage du Prince sur Ahmed Abdallah, c’est qu’il a toujours eu des relations très cordiales avec les Maorais et leurs dirigeants. Après la mort de Saïd Mohamed Cheikh (1970), il a su leur parler et leur faire oublier, pour un moment, les vexations subies. Le MPM, intégré dans l’opposition à Ahmed Abdallah se dit prêt à travailler pour un État comorien dans l’indépendance si Saïd Ibrahim est au pouvoir.

Or, n’en déplaise à ceux qui disent que le coup d’État du 3 août 1975 a provoqué le départ de Mayotte, dès le 9 juillet 1975, trois jours après l’indépendance, Mayotte ne fait plus partie de l’Etat comorien. Le gouvernement français a accepté l’indépendance des Comores formé de trois îles, mais a affirmé que Mayotte restait française. Du coup, le MPM refuse de participer à l’élaboration d’une nouvelle constitution et confirme que Mayotte demeure française. La rupture est faite entre Mayotte et « l’Etat Abdallah » dès ce 9 juillet.

Donc, que l’on croit ou non à la sincérité des putschistes, les objectifs du coup d’État sont clairement affichés : empêcher Ahmed Abdallah de s’emparer de tous les pouvoirs et rétablir l’unité de l’État comorien, en permettant aux Maorais de retrouver leur place dans un État fédéral avec une autonomie large accordée aux îles.

Malheureusement, Saïd Ibrahim décéda sur le chemin du retour en décembre 1975 et le MPM avait ressérré les liens entre Mayotte et la France, contrairement aux engagements pris avant le putsch. Sans parler du fait que les jeunes notables et bourgeois qui avaient fait le coup d’État pensaient pouvoir user des honneurs et des prérogatives de l’État exactement comme ceux qu’ils venaient de renverser. Or, à la sortie de la colonisation, les changements étaient nécessaires, ne serait-ce que du point de vue économique. Ali Soilihi et quelques leaders l’avaient compris, ce sont ceux-là qui allaient transformer « le 3 août » en un geste révolutionnaire, en prenant le pouvoir en janvier 1976, cette fois par une élection régulière.

Mahmoud Ibrahime