Abdallah

Le Président de la FCC à Paris

Le Président de la FCC à Paris

Ce samedi 29 juin, Mohamed Saïd Abdallah Mchangama (MSAM), Président de la Fédération des Consommateurs Comoriens (FCC), de passage en France après le sommet de l’ICANN à Londres (http://www.mchangama.com/?p=622), a rencontré les membres de la Fédération des Consommateurs Comoriens en France (FCC-F) en région parisienne.

La présidente de FCC-F, Naïma Mdoihoma a invité MSAM à venir apporter aux membres de son association les nouvelles sur les combats des consommateurs comoriens.

À l’aide d’un document projeté, MSAM est revenu sur la définition de ce qu’est un « consommateur » en s’appuyant sur la définition de l’OHADA. Il a ainsi montré que le consommateur est pour le moment vu par cette organisation panafricaine comme une personne physique qui reçoit ou utilise un produit dans le cadre privé et familial. Mais, au-delà de cette définition qui n’est pas la même partout en Afrique, le Président-fondateur de la FCC a montré que le consommateur se place nécessairement dans le cadre d’un combat et qu’il doit donc considérer comme un impératif l’apprentissage et la formation.

Les membres de la FCC avec Mchangama

Les membres de la FCC avec Mchangama

A partir de cette réflexion, MSAM est revenu sur des thèmes qui lui tiennent à coeur depuis un certain nombre d’années comme la mise en place de normes de référence dans tous les domaines, aussi bien dans le commerce (mise en place et contrôle des mesures, indication des prix…), mais aussi dans l’administration ou l’éducation où les diplômes sont tellement galvaudés qu’on ne sait plus qui est véritablement capable d’exercer certaines fonctions. L’objectif reste pour lui de refuser le poids des villages, des familles et surtout du nkalizi ou l’éloquence en public qui vise à s’imposer par la tromperie.

Il a insisté à plusieurs reprises sur le fait que les plus compétents ne devaient pas avoir peur d’entrer dans le combat ou de dénoncer mais qu’ils ne peuvent se contenter de dénoncer et qu’ils doivent s’engager dans la mise en place de critères par lesquels on peut juger la valeur des compétences et du travail accompli. Pour lui, c’est par le recours à des critères, à des normes que les jeunes cadres peuvent se différencier de ceux qui n’ont aucune formation mais veulent quand même s’imposer par d’autres mécanismes.

La FCC-F existe depuis à peu près un an, et depuis quelque mois comme association sous statuts « loi 1901 ».

Mahmoud Ibrahime

Ali Soilihi : athée ou musulman progressiste ?

Ali Soilihi : Athée ou musulman progressiste ?

Ali Soilihi un peu avant sa mort

Ali Soilihi un peu avant sa mort

La mort atroce du Président Ali Soilihi a été perçue comme une libération par l’immense partie de la population comorienne. Des manifestations de joie ont été organisées dans les grandes villes comoriennes ainsi que dans les hameaux pour fêter la fin du régime du « kafir » et célébrer le retour d’Ahmed Abdallâh et ses chiens de guerre, lesquels furent cornaqués par un certain Bob Denard. Accueilli en libérateur, invité dans toutes les fêtes organisées à l’occasion, Bob Denard, sera baptisé à la hâte Mustapha Mhadjou par les chefs religieux. Prénom musulman et nom typiquement comorien qui connote l’enracinement à la terre et la longévité. Cet accueil plus que chaleureux fut interprété par Denard comme un feu vert qui lui fut offert par la population comorienne pour régler ses comptes avec Ali Soilih. Vindicatif, Denard n’aurait en aucun cas raté cette occasion en or pour se venger d’Ali Soilih, lequel s’est bien servi de lui pour chasser Abdallah au pouvoir. Dès l’arrestation du Mgongozi, ses collaborateurs (membres des comités et Bawa mwassi) ont été cloués au pilori et ont subi la hargne d’une population déchaînée. Certains furent emprisonnés, d’autres furent contraints de balayer les rues de la capital. Des histoires abracadabrantesques les unes des autres furent inventées pour le dénigrer et discréditer l’action du Mongozi. Sans exception, toutes les classes élitaires se sont coalisées pour célébrer leur victoire sur Ali Soilih et ses jeunes « Imberbes ». Les politiciens ont fêté la disparition du despote qui les a emprisonnés durant son règne (1975 -1978). Les notables, éternels gardiens du « Anda na Mila » se sont réjouis de l’assassinat du Comorien qui a voulu faire table rase de cette tradition plus que séculaire. Plus surprenant, un troisième larron tapi derrière cette mort tragique : le religieux. Celui-ci a applaudi l’assassinat du « kafir » et a refusé catégoriquement de lui offrir un enterrement (lavage et prière) digne d’un musulman.
Mais, pourquoi Ali Soilihi avait mauvaise presse auprès de la classe religieuse de l’époque ? Quelles sont les raisons qui ont poussé les religieux traditionalistes à le taxer d’ « athée « , libéral même « apostat » allant jusqu’à lui refuser les rites de tout mort musulman, alors que tous les Comoriens le voyaient prier ? Avait-il renoncé à la fois musulmane ?

En effet, courageux et déterminé à changer la société comorienne, le fils du Grand notable Soilihi Mtsachiwa n’avait en aucun cas peur de ferrailler avec certaines forces solidement installés aux Comores. Dès son arrivée au pouvoir, les attaques contre l’instrumentalisation de la religion par certains guides religieux furent récurrentes. En Chevalier blanc des opprimés et hercule des exclus, Ali Soilih ne ménageait aucun effort pour ériger une société égalitaire. Son maître mot « égalité » ! Rien que l’égalité ! Pas de classe sociale ! Ni dominant, ni dominé « Si yassa ya ou fakouzi na oussawa »! Égalité entre homme et femme ; égalité entre descendants des bantous et des arabes (Sharifs et Daroueche). En sus de cela, le Président Soilihi, fut Convaincu que la religion de Mahomet, censée être celle des va-nu-pieds, des lépreux, des sans caleçons, des sans titres, enfin des laissées-pour – compte ne doit pas être instrumentalisée pour privilégier certaines classes sociales. Débatteur hors norme, méprisant la langue de bois, doté d’un charisme incommensurable et d’une éloquence inégalée, il s’est attaqué avec virulence aux guides religieux qui se servaient de la religion pour s’embourgeoiser au non d’une affiliation honorifique au détriment des préceptes de l’Islam dictés par le Coran (verset 13 AL HUJRAT) et la conduite prophétique (Sunna). Adabu Mbali ! Matsodzi Mbali ! Telle est la pierre angulaire de sa philosophie. C’est ainsi, qu’il déclara en Octobre 1977 « je ne suis pas un ennemi de l’Islam, ce sont eux les vrais ennemis de cette religion par leurs comportements et leurs propos, car ils veulent que la religion ce soit eux, et eux la religion ce qui contrarie la philosophie prophétique ; s’il y a une mésentente entre le chef religieux et le chef de la révolution, cela suppose qu’il y en a, au moins, un qui ignore ses obligations et ses limites ». Autrement dit, ces deux personnalités devraient avoir le même combat : la lutte contre les classes sociales, contre le paganisme préislamique, contre les dépenses ostentatoires et surtout la sorcellerie, pratique vivement condamnée par l’Islam et qui est érigée en sport national aux Comores. Sans doute, il a voulu façonner le religieux comorien à l’image d’un bon guide religieux au service de la gloire divine bien expliquée par l’Imam Al ghazal dans son fameux et sacré livre « Ihaya ou ouloumou dini : la revivification des sciences religieuses » et Imam Al Haddad dans son Nassa-ihou adiniya. La fougue de la jeunesse aidant, Ali Soilihi fut un homme aux convictions fixées, mais aussi un provocateur hors norme. Croyant en la droiture de ses convictions et donc imbu de la cause révolutionnaire, il ordonna en 1977 aux chefs religieux de choisir librement leur groupe socioprofessionnel : ledjougou tsihou nne tou : mongozi wadini ou mongozi wa mila natsi woungagui ou mongozi wassiyassa : « vous avez quatre jours pour choisir librement votre groupe socioprofessionnel : guide religieux, politiciens, ou charlatans mais pas les trois à la fois …, que chacun travaille pour gagner sa vie, car le maître par excellence, le prophète, était un travailleur acharné ; il ne vivait pas ni de la sorcellerie ni des invocations soufflées ici et là ». Tels propos n’aurait jamais plu aux chefs religieux mais plutôt suscitaient leurs ires contre le guide révolutionnaire et accentuaient par conséquent leurs divergences.


N’en déplaise à ses détracteurs, Ali Soilih s’est attaqué à certains tabous de la tradition comorienne, à l’instar de la place de la femme comorienne dans la société. Jadis, calfeutrée chez elle comme une perle rare (surtout l’aînée destinée au grand mariage : mwanazidakani), sans éducation, ni perspective d’avenir que celle d’obéir et de se faire aimer par son futur mari, le Mongozi a eu le courage de briser les carcans préhistoriques qui enchaînaient les femmes comoriennes et les a mises sur les railles de l’émancipation. Forcées d’apprendre un métier, de suivre des cours d’alphabétisation, voire de se marier après plus 20 ans de fiançailles, aujourd’hui la plupart d’entre elles lui en sont très reconnaissantes.

Mais dans cette bataille lequel était plus religieux que l’autre ? Ali Soilihi qui ferraillait pour instaurer une République égalitaire ou certains de ses détracteurs qui furent, à la fois, notables, sorciers et guides religieux ? A chacun d’entre nous de juger ! Mais l’Histoire semble plaider en faveur d’Ali Soilihi.

Par ailleurs, loin d’être Mustapha Kemal Attaturk, Ali Soilihi n’a jamais été un partisan d’une occidentalisation à outrance de la société comorienne. Il n’a jamais rejeté l’islam. Il a œuvré pour une religion toilettée d’une lecture passéiste ce qui lui permettait d’en faire une interprétation plus en phase aux réalités modernes, tout en se forçant d’authentifier ses décisions auprès de certains religieux qui soutenaient son combat.

Dans un entretien avec Said Ahamada Mbaé, journaliste de la Radio Comores, en Octobre 1977 il déclara « le président est le garant de toutes les religions cohabitant aux Comores, dans ce cas, il n’a pas de religion particulière, mais Ali fils de Soilihi Mtsachiwa a sa religion qui est l’Islam et s’efforce avec ses frères à la défendre partout ou besoin sera ». C’est à l’issu de ces propos que ses détracteurs l’on qualifié d’apostat. Mais, soyons objectifs et examinons les faits historiques. N’était-il pas le seul et unique président, qui a organisé et valorisé l’enseignement coranique, en payant les maîtres coraniques ? N’a t- il pas exigé que le discours du vendredi soit traduit en comorien afin que les Comoriens comprennent mieux leur religion ? N’a t’il pas ordonné aux comités révolutionnaires de veiller à ce que les jeunes observent le ramadan et accomplissent leurs cinq prières ? N’a –t- il pas fait la lutte contre la sorcellerie et les dépenses excessives une obsession personnelle ? Quel Président apostat aurait eu une telle attitude ? Amon sens, Ali Soilih n’était pas ni athée ni apostat mais un intellectuel musulman progressiste comme tant d’autres : Avicenne, Ibn Rushd, Fakhr al-din –al Razi, Jamel-eddine al –afghani, Nasser, Bourguiba, Mohamed Talbi, Mohamed Arkoun et consort. Certes, il a commis des erreurs inhérentes à l’exercice de son pouvoir comme tous les présidents qui ont gouverné les Comores. Il pourrait être qualifié d’un despote comme ses successeurs. Cependant, son despotisme fut éclairé et éclairant. Il se battait, peut être maladroitement, pour l’honneur, l’intégrité, la dignité et surtout le développement des îles Comores au grand dam des parangons du néocolonialisme. Ceux qui ont accueilli avec faste, Bob Denard, rebaptisé par eux même « babou nar : la porte de l’enfer » se sont mordus les doigts. En somme, pour honorer ce grand patriote, tombé en martyre, les autorités comoriennes devraient décréter le 29 Mai date de son assassinat jour de prières et de recueillements en sa faveur. Conscient que ses jours étaient comptés, il répétait sans cesse : (Ye tarehi ndo hakimu !) L’Histoire n’est-il- pas le juge parfait ? Libres aux Comoriens de le juger après son assassinat par la coalition bringuebalante constituée par les notables, les guides religieux et les mercenaires

Abdou Katibou

Ainoudine Sidi a quitté le CNDRS

Ainoudine Sidi a quitté le CNDRS

ainou2

Mme Lacoste, chercheuse affectée à l’UDC et femme de l’Ambassadeur de France et Ainoudine Sidi ex-Directeur du CNDRS

Ils étaient nombreux au Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique (CNDRS) samedi 17 mai pour rendre hommage au Docteur Ainoudine Sidi, remplacé à la tête de cette institution par  Nourdine Abdallah par un décret du Président de la République.

Les personnels du CNDRS étaient présents à la cérémonie. Les différentes personnalités de l’institution ont rappelé à tour de rôle les travaux réalisés par le directeur sortant. Ainsi, Toiwilou a prononcé un grand discours en français pour honorer Ainoudine en rappelant toutes les bonnes choses qu’il a réalisées pendant ses quinze ans de directions du CNDRS. Il a indiqué, entre autres, qu’Ainoudine n’a jamais renvoyé un employé du CNDRS durant sa période de direction. Au contraire, il a tissé des liens avec tous les personnels. C’est pourquoi, à la fin de son propos, il a conseillé à Ainoudine de rester pour toujours un enfant du CNDRS car l’institution aura toujours besoin de lui.

Ensuite madame Lacoste, chercheuse affectée à l’Université des Comores et femme de l’Ambassadeur de France aux Comores, a pris la parole pour parler largement de l’oeuvre de Ainoudine sur le plan national et international, ainsi que ses multiples occupations. Elle a aussi souligné que Ainoudine était la première personne qu’elle a rencontrée à son arrivée aux Comores grâce à ses écrits précieux et parfois sévères. Elle a ajouté la réalisation de la revue scientifique Ya mkobé.

Après Mme Lacoste, la parole est passée à Ainoudine Sidi. Il a longuement remercié tous les gens avec lesquels il a travaillé pendant ces quinze ans de fonction. « Vous étiez mes collègues, aujourd’hui vous êtes tous mes amis, wanama, wadzani » a-t-il souligné,  » et maintenant, je m’engage à l’université et sur les travaux de terrain avec mes étudiants ». A la fin de la cérémonie, Damir Ben Ali, est revenu sur la publication de la revue scientifique Ya mkobé en précisant qu’Ainoudine ne cessait de le consulter avant chaque publication. Enfin, il a souhaité la bienvenue à Nourdine Abdallah, nouveau directeur général, présent dans la salle, mais qui n’a pas pris la parole.

Abdillah Ali

Mes quatre questions à Maître Mafoua Badinga

  • Mes 4 Questions à Maitre Mafoua Badinga (avocat au barreau de Seine St-Denis)

  • Moi : Bonjour Maitre Mafoua Badinga. Je rappelle que vous êtes l’avocat de M. Mahamoud Abdallah, de M. Joris Nkombé et de M. Alamine Mustapha, tous les 3 sont detenus aux Comores, accusés de tentative de coup d’Etat, d’atteinte à la sureté de l’Etat et de tentative d’assassinat du président Ikikilou et de son chef d’Etat-major.
  •  Maitre Mafoua Badinga : Bonjour monsieur Irchad Abdallah
  • Me Badinga lors de la manifestation organisée devant l’Ambassade des Comores à Paris

    1– Moi : Cher maitre, comment, en tant qu’avocat, êtes-vous en mesure d’assurer la défense de prévenus, bien que présumés innocents, dans une procédure la plus complexe qui puisse exister, notamment celle dont la principale charge retenue est l’atteinte à la sureté de l’Etat, tout en vous trouvant à 9.000km de la maison d’arrêts?

  •  
  • 1- Maitre Mafoua Badinga : Ma présence sur place n’est pas nécessaire. Avec internet, je peux prendre un acte et l’envoyer dès demain. J’ai le mail du juge d’instruction, je peux via ce canal lui demander des actes. Sachez qu’en matière de procès, c’est une relation. Vous avez le juge d’un coté, vous avez l’avocat et le commissaire du gouvernement. C’est un échange en quelque sorte, or en ce moment, je peux vous dire qu’actuellement cet échange ne se fait pas sous de bonnes conditions. Les droits de la défense sont bafoués aux Comores. Tous les actes, toutes les demandes de pièces et même toutes les demandes de mise en liberté ont été rejetées sans argumentations
  •  
  • Moi : Sans motivations ?
  •  Me Mafoua Badinga : Sans argumentations ! Il peut y avoir motivations mais elles doivent être bien argumentées ! Sachez qu’en matière de droit, il y’a la réitération des faits, le risque de réitération, le risque de concertation, tout doit être fait pour éviter que les personnes mises en cause s’échappent.

    Je vais vous faire une révélation. On avait même proposé à Joris Nkombé de s’évader. Lorsqu’il m’a fait part de ce projet, je lui ai tout de suite dit, non pas question! Ca va être un motif pour t’abattre et ils diront, voilà il a voulu faire un coup d’Etat, c’est pour cela qu’il voulait s’évader. Ils lui ont ensuite proposé des voitures, de le corrompre pour qu’il maintienne sa position.

  •  
  • Moi : Mais qui lui a proposé tout cela? Avez-vous des noms?
  • Me Mafoua Badinga : Je vous donne une information, et c’est d’après ce que m’a dit mon client, à moi son avocat, qu’il a eu cet appel du pied parce que le gouvernement, les autorités comoriennes cherchent à tout prix à crédibiliser l’idée d’un coup d’Etat. Donc il faut que ce soit Joris Nkombé qui le dise. Je peux même vous dire qu’il y’a eu comme une tentative de le soudoyer. …………..
  •  
  • 2– MOI: La dimension psychologique est aussi importante sinon plus importante que la personne elle-même dans pareille situation. Comment entendez-vous être efficace dans le suivi même de la procédure au quotidien? Depuis l’incarcération de vos clients aux Comores, ils ont été interrogés à plusieurs reprises par le magistrat instructeur comorien. Etant à Paris, êtes-vous informés de ces interrogatoires, avez-vous accès aux dossiers de vos clients et êtes-vous en contact avec des confrères comoriens qui représentent vos clients sur place.
  •  
  • 2- Me Mafoua Badinga : Je ne suis pas le seul avocat dans cette affaire. J’ai des confrères sur place. Ma part de contribution a été de comprendre ce dossier de fond en comble. Notez que j’ai effectué deux voyages aux Comores, je l’ai vu le dossier. La distance avec les moyens de communication actuels ne pose pas de problème. On échange. À chaque fois que mon confrère Maitre Atiki, avec lequel nous sommes avocats de Joris Nkombé intente une action, il m’en réfère, je lui fais un retour en lui donnant mes idées. Je vous assure que nous travaillons en synergie. Mes confrères sont informés de toutes les déclarations dont je serai emmené à vous faire part aujourd’hui parce que je suis comme leur porte parole en Europe. Ils sont sur le terrain, ils se battent pour que la vérité éclate malgré les moyens limités à leurs dispositions. Le jour où il faudra bâtir une stratégie de plaidoirie, je serai bien évidemment sur place.
  •  
  • 3- Maitre, je veux bien me faire l’avocat des prévenus, mais, admettons qu’il n y’ait aucun élément moral dans ce dossier, « j’entends par là, la résolution, la concertation, la préméditation ou même l’intention », et que tout ceci ne soit qu’un montage, un complot ou in-fine une macabre mise en scène. Selon vous, à qui profiterait le crime?
  •   
  • 3-Me Mafoua Badinga : Toute la question réside à ce niveau. Vous connaissez les Comores mieux que moi. On a parlé du fameux Boléro qui est, je crois, directeur de cabinet à la présidence et en charge de la défense. On n’oublie pas que le mandat du président Ikililou s’achève dans moins de 2 ans, sans aucune réalisation visible. Selon mon hypothèse, au niveau des autorités comoriennes, tout le monde savait que le président de la république devait voyager, il fallait donc absolument faire capoter ce voyage. Il y’a donc eu une manipulation à la base, et ce sont des éléments issus de l’enquête. On nous a parlé de plusieurs choses, on nous a parlé d’un fameux hélicoptère qui a soi-disant exfiltré un agent franco-comorien. Ces éléments là, vous ne trouverez aucune photo ! Les enquêteurs, avancent des hypothèses sans jamais apporter le moindre début de preuves. Je peux même vous dire que parmi les enquêteurs, il y’a des personnes qui étaient dans une histoire de trafic d’armes. Ce sont des éléments que nous allons verser dans le dossier pour démontrer que tout cela est une grosse machination au sein du pouvoir. Il y’a un problème de règlements de comptes entres eux, ils ont saisi cet alibi pour mettre en prison des personnes qui n’ont rien à voir avec la politique aux Comores.
  •  
  • Moi : Donc, maitre, vous pouvez nous dire que le dossier est strictement vide ? Quand je dis dossier vide, cela signifie que le dossier d’accusation ne contient pas d’éléments matériels pouvant caractériser ne serait-ce qu’un début de preuve.
  •  
  • Me Mafoua Badinga : En droit, il faut qu’il y’ait des indices concordants faisant présumer ou tendant à faire présumer qu’une infraction allait se réaliser. Quand on parle d’atteinte à la sureté de l’Etat, c’est une notion juridique qui a un sens. Quand on parle de coup d’Etat et tentative d’assassinat, cela nécessite une certaine organisation pour faire un guet-apens et il n’en est rien dans ce dossier.

    Je vais vous raconter une anecdote. Lors de mon dernier voyage aux Comores, je me suis rendu dans la propriété de M. Babataye, située sur la route de l’aéroport. Et le hasard a fait qu’à ce moment là, le président Ikililou allait voyager. Ils ont placé des militaires sans armes, tous les 500m le long de la voie sous un soleil de plomb! Franchement, un commando bien organisé aurait-il peur de ça ? Ce n’est pas parce que la maison de M. Babataye se situe sur l’axe menant à l’aéroport que c’est là que mes clients allaient attendre pour passer à l’acte. Je vous le dis, des vrais professionnels ne feraient pas ça !

  •  
  • 4- Moi : Alors comment expliquez-vous que deux de vos clients (NDLR Alamine Mustapha un tchadien et Joris Nkombé un congolais) se soient trouvés à un moment précis, avec des personnes précises, dans une posture précise, à un lieu précis à l’autre bout du monde. Est-ce un pur hasard?
  •  
  • 4-Me Mafoua Badinga: Il n’y pas de hasard. Joris Nkombé a connu Mahamoud Abdallah en prison et non à l’extérieur. Ils n’avaient aucun contact. Quand mon client a été arrêté il était 16H00, il avait rendez-vous avec un commissaire de police qui devait lui permettre de rencontrer le ministre de l’intérieur le lendemain pour lui solliciter des agréments pour son business. Il voulait avoir un marché de riz. Et l’autre (Alamine Mustapha) qui effectivement connaît Patrick Klein a accompagné Joris Nkombé, c’est tout. Mais je peux vous assurer qu’il n’y avait pas concertation.

    Imaginons que l’hypothèse était sérieuse. Mais ils auraient du les arrêter depuis longtemps ! Mon client, Alamine Mustapha a été arrêté à la sortie de la mosquée. Il revenait de la prière. Soyons sérieux ! Des gens qui seraient en phase de faire un coup d’Etat, qui traine des jours sans être inquiétés et qu’on arrête par des simples circonstances … des circonstances purement hasardeuse.

  •  
  • Moi : Vous venez de citer le nom de Patrick Klein. Permettez moi une question complémentaire maitre. Parlez-nous de la commission rogatoire émise par le magistrat instructeur comorien qui aurait abouti ces derniers jours à l’ouverture d’une enquête préliminaire et d’information judiciaire auprès du parquet de Paris.
  •  
  • Me Mafoua Badinga: Ce dossier là, je ne le maitrise pas. Je ne suis pas l’avocat de Patrick Klein. Sachez que la commission rogatoire, c’est en quelque sorte une plainte contre X. Moi j’ai appris l’existence de cette procédure à travers la compagne de Joris Nkombé. Au départ, je pensais que c’était en relation avec la procédure lancée aux Comores et j’ai finalement compris que c’était une association qui aurait eu à déposer plainte et malheureusement, ce dont je peux présager, cette plainte n’aboutira nulle part. Si cette association a droit à agir, elle n’a pas intérêt à le faire, à agir car elle n’a pas été habilitée à défendre les intérêts de l’Etat comorien.
  •  
  • Moi : Est-ce l’association présidée par Me Larifou dont il s’agit ici ?
  •  Me Mafoua Badinga : Je ne sais pas. Je rapporte des éléments qu’on m’a communiqués ici et là. Donc, je peux vous dire qu’aujourd’hui il y a pas peut être l’ouverture d’une information judiciaire, mais il n’y pas de juge d’instruction désigné.
  •  
  • Moi : Donc, vous pouvez nous assurer que de bout en bout, nous sommes en présence d’une grosse machination, que ce dossier est vide ?
  • Me Mafoua Badinga : Mon propos est encore plus fort. C’est un dossier mort-né ! Ce dossier ne devait même pas exister. Dès les premiers jours, on devait constater que ce dossier là n’existe pas, qu’ils se sont trompés en empruntant une mauvaise piste. Aujourd’hui, nous avons des familles moralement, physiquement et matériellement dévastées. Ces personnes incarcérées ne devraient pas se trouver là.

    Nous avocats, demandons la clôture immédiate du dossier. Nous avons formulé plusieurs demandes de mise en liberté qui n’ont pas abouti. Donc, nous sommes face à une situation où nous pouvons rien faire. La justice comorienne fonctionne très mal. Je vais vous dire un élément révélateur ; mon confrère Akiti a eu une petite altercation avec un juge, il a été mis en dépôt alors qu’il était dans l’exercice de ses fonctions. Un avocat ne peut pas être placé en mandat de dépôt tant que l’ordre des avocats n’a pas statué et levé une sorte d’immunité or aux Comores, c’est possible de le faire subir à un avocat. À l’allure où les choses vont, si le gouvernement comorien ne se décide pas vite, je pense qu’il y’aura beaucoup d’échos, parce que je peux éventuellement être emmené à déposer plainte contre le gouvernement pour torture de mon client. Je vous le dis, M. Joris Nkombé a été bel et bien torturé. Il faut que ces personnes soient libérées le plus vite possible. Nous sommes à même de donner des garanties que nos clients resteront aux Comores jusqu’à l’ouverture de leur procès. On ne doit éternellement les maintenir en détention.

  •  
  • Moi : Je vous remercie maitre, d’avoir accepté de répondre à mes questions.
  •  
  • Maitre Mafoua Badinga : C’est moi qui vous remercie et publiez tout ..
  • Propos recueillis par Irchad Abdallah

Comores. Présidentielles 2016. Deuxième partie. Une tournante qui ne tournerait pas ?

Comores. Présidentielles 2016. Deuxième partie. Une tournante qui ne tournerait pas ?

(première partie : Des appétits de pouvoir du président Sambi)

 

Photo officielle du Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi (2006-2011)

Photo officielle du Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi (2006-2011)

Pour les militants du parti Juwa qui pensent honnêtement et sans arrières-pensées qu’il y a dans la Constitution comorienne des éléments qui permettent à l’ex-président Sambi de se représenter pendant le tour de Ngazidja, je les invite à relire l’article 13, qui, à mon humble avis, a été trop souvent lu trop rapidement par certains juristes comoriens, mais surtout à revenir plus attentivement à l’histoire récente des Comores.

L’article 13 de la Constitution

Le premier alinéa du fameux article 13 est à l’origine ainsi rédigé :

« La Présidence est tournante entre les îles. Le Président et les Vice-Présidents sont élus ensemble au suffrage universel direct majoritaire à un tour pour un mandat de quatre (4) ans renouvelable dans le respect de la tournante entre les îles. Une élection primaire est organisée dans l’île à laquelle échoit la présidence et seuls les trois candidats ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés peuvent se présenter à l’élection présidentielle. »

On rappellera que le Président Sambi a fait modifier cet article en rallongeant la durée du mandat du président de quatre à cinq ans.

Si on analyse cet article, il n’est pas précisé qui doit être président, par contre le législateur dit de quelle île doit être le président. En effet, il me semble que jusqu’à présent tous ceux qui sont intervenus dans ce débat ont oublié ces quelques petits mots : « l’île à laquelle échoit la présidence ». Cette expression veut dire clairement que chaque île doit tour à tour donner un de ses ressortissants à la présidence.

Peut-on imaginer que « l’île à laquelle échoit la présidence » ne soit pas, au final, celle qui exerce la présidence ? Cela n’aurait aucun sens. De même comment comprendre la phrase qui ouvre cet article 13 : « La Présidence est tournante entre les îles » si finalement on donne la possibilité qu’un ressortissant de la même île reste président trois ou quatre fois de suite ? Où serait alors la tournante ? juste dans l’organisation des élections ?

Une revendication anjouanaise

Je pense que ceux qui sont arrivés à cette idée que tout Comorien, quelle que soit son île d’origine peut se présenter au premier tour des élections présidentielles ne respectent pas cette constitution et surtout oublient le contexte dans lequel elle a été élaborée.

Certains membres du Parti Juwa (Ahmed Jaffar, Mohamed Dossar, Ahmed Bourhane…) font semblant d’oublier pourquoi en 2001 nous étions opposés à cette constitution (avant de l’accepter pour mettre fin aux exactions et tortures qui étaient commises à Anjouan). Ils oublient que les séparatistes anjouanais avaient conditionné leur accord pour une constitution à l’acceptation par les Wangazidja qu’après qu’un des leurs ait été élu président, il laisserait la place à un autre ressortissant d’une autre île et ainsi de suite. C’est ainsi qu’Abdallah Mohamed, Abeid et autres définissaient d’une manière claire la « tournante », c’était leur principale revendication, persuadés qu’après la mort d’Ahmed Abdallah, les Wangazidja n’éliraient plus que des Wangazidja et que le président comorien serait toujours issu de l’île la plus grande. Ils ont été soutenus en cela par les délégations mohéliennes, dont l’île n’avait jamais vu un de ses enfants à la tête du pays.

Alors tous ces gens sont soudainement devenus amnésiques et ne savent plus que les patriotes ont perdu face aux revendications séparatistes et que justement cette constitution a été le symbole de leur défaite ? Est-ce qu’à force d’avoir travaillé avec des séparatistes alors qu’ils avaient le pouvoir fait que nos amis sambistes ont oublié les conditions dans lesquelles cette constitution a été élaborée ?

Une citoyenneté de l’île ?

Le seul problème reste à définir qui est Mgazidja, Mdzuani et Mmwali. Là-dessus, il faut d’abord intégrer qu’il n’y a que la constitution d’Anjouan qui définit dans son article 5 qui est Mdzuani (Article 5 : « Est citoyen comorien d’origine anjouanaise toute personne de nationalité Comorienne née au moins d’un parent d’origine Anjouanaise »). Les dirigeants du parti Juwa ferait donc mieux de commencer par modifier cette constitution.

Mais, nous sommes des unionistes et nous pensons que tout comorien a le droit de s’installer où il veut et d’adopter l’île qu’il aime le plus. Autrement dit, puisque la Constitution actuelle l’exige, c’est à chacun de dire au Législateur de quelle origine il est. Mais, une fois qu’il l’a dit, il ne faudrait pas qu’à l’élection suivante, il change d’origine pour des intérêts électoraux.

Or que constate-t-on ? Le président Azali, Saïd Ali Kemal (bien qu’il rentre dans la définition de ce qu’un Anjouanais selon la constitution de cette île) et tous les autres candidats aux présidentielles de 2002 ont déjà dit au Législateur qu’ils sont des Wangazidja. Le président Sambi, Abdouroihamane Mohamed ben Ali (bien qu’il aurait pu se considérer comme MGazidja)  et les autres concurrents de 2006 ont déjà signifié au Législateur qu’ils sont Anjouanais. Le président Ikililou, Hamada Madi Boléro (qui pouvait aussi prétendre qu’il était Mgazidja) et tous leurs concurrents en 2010  ont clairement dit qu’ils étaient des Comoriens de Mohéli.

En 2016, tous ceux qui se considèrent comme Wangazidja peuvent se présenter et le dire clairement au Législateur. Mais, on ne peut comprendre qu’une personne nous dise une fois qu’il est d’origine anjouanaise et qu’aux élections suivantes il devienne soudainement d’origine grand-comorienne ! A moins de vouloir tricher avec la loi.

Maintenant, si la grande majorité des Comoriens a compris qu’il ne fallait plus maintenir un tel système, il faut le changer pour le bien des Comores. Le peuple est souverain. Que les élus Sambistes suivent la procédure pour faire changer la Constitution (comme ils l’ont déjà fait en 2009) mais n’essayent pas de ruser avec les principes législatifs.

Mahmoud Ibrahime

Comores. Les élections présidentielles de 2016. Première partie : des appétits de pouvoir du président Sambi

Présidentielles 2016. Première partie. Des appétits de pouvoir du président Sambi

 

Photo officielle du Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi (2006-2011)

Photo officielle du Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi (2006-2011)

Au fil des ans, la Constitution de 2001, comme toutes les constitutions depuis l’avènement de la démocratie en 1990 continue à poser des problèmes. Pourtant, il apparaît que ce ne sont pas les textes qui sont mal rédigés, mais les hommes qui crient « Démocratie ! Démocratie ! » mais qui ne veulent pas les appliquer dès qu’ils ne satisfont pas leur soif de pouvoir.

A cela il faut ajouter le fait que nos textes fondamentaux sont rédigés dans une langue que peu de nos juristes et hommes politiques manient correctement, ce qui rajoute des incompréhensions et des contradictions inutiles.

Donc, après le débat pour savoir quand devaient se tenir les élections législatives, débat conclu assez rapidement par un arrêt de la Cour Constitutionnelle, mais qui a continué à se répandre, comme si cette Haute Cour n’avait pas parlé, nous en sommes maintenant à nous demander si la loi autorise ou non le Président Sambi à se présenter aux prochaines élections présidentielles qui doivent se tenir à Ngazidja, après Anjouan et Mohéli.

Les Sambistes, les meilleurs juristes que nous avons depuis une dizaine d’années (ce sont eux qui ont pensé qu’une Assemblée pouvait prolonger le mandat d’un président élu par exemple) ont déjà tranché. Pour eux, la Constitution ne se prononce pas et donc tout comorien peut se présenter au premier tour des élections présidentielles, et encore plus celui qui a déjà été président : Ahmed Sambi.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le premier à avoir développé cette idée est leur ennemi le plus intime : Hamada Madi Boléro, actuel directeur de cabinet du président Ikililou. Il en avait parlé il y a de cela quelques années, donc bien avant le débat actuel. Ce juriste, qui était dans les négociations avec les séparatistes au moment de la rédaction de cette constitution, était clair lui aussi : tout comorien, quelle que soit son île d’origine peut participer au premier tour des élections présidentielles. Il s’appuie pour cela sur l’article 13 de la Constitution. Soit.

C’est sur ce genre de déclarations que se sont appuyés les Sambistes pour fonder leur volonté d’un retour en politique de l’ancien président, après ce qu’il considère comme une trahison. Mais, en réalité, le président Sambi reste un amoureux du pouvoir, il ne peut plus s’en passer et (cela n’arrange pas les choses) il est imbu de lui même, persuadé que personne dans l’archipel ne le vaut.

On se rappelle qu’à la fin de son mandat en 2010, il a refusé de quitter la présidence, a réclamé 18 mois supplémentaires, a fait changer la constitution pour pouvoir se maintenir et a reçu un désaveu cinglant de la Cour Constitutionnelle qui lui a rappelé qu’il était élu pour quatre ans et qu’il devait partir au bout de ces quatre années. Qu’à cela ne tienne ! Il a trouvé les mécanismes notabilaires, hors de tout processus légal donc, pour prolonger quand même son mandat d’un an.

Ses partisans n’avaient à cette époque aucune honte à dire à qui voulait bien les entendre que dans l’île de Mwali, il n’y avait personne qui était capable de diriger les Comores. C’est avec le même mépris qu’il pensait qu’en faisant campagne pour le candidat Ikililou Dhoinine, il pourrait par la suite en faire une marionnette et continuer à diriger le pays en attendant d’être réélu. Après avoir fait patienter le président élu pendant un an, avant de lui transmettre le pouvoir, l’ex-président Sambi ne s’en remet toujours pas du fait que le Président Ikililou a décidé d’exercer véritablement, en son nom propre, le mandat que lui a confié le peuple comorien.

Cette fois les partisans de l’ex président n’iront pas jusqu’à dire qu’il n’y a personne à Ngazidja qui soit capable de diriger le pays, mais c’est avec la même avidité et le même mépris qu’ils pensent qu’au sein du parti Juwa, aucun Comorien de Ngazidja ne peut être un représentant valable face au « chef ».

Mahmoud Ibrahime

Tentative de Coup d’Etat. Une justice fondée sur une présomption de culpabilité

Tentative de Coup d’Etat, Une justice fondée sur une présomption de culpabilité

AccusesLes juges honnêtes doivent décider de balayer devant la porte de notre justice. Les éléments indésirables qui, depuis trop longtemps, ont terni l’image de celle-ci en condamnant souvent des innocents nous n’en voulons plus.  Que pouvons-nous dire d’autres ? Oui, des innocents dans la mesure où les politiques qui manipulent cette affaire et, qui ont leurs mains sur notre justice depuis des lustres n’ont pas encore donné la faveur aux juges corrompus de juger les présumés coupables de la soit disant tentative de coup d’Etat. Ces juges qui oublient habituellement l’exigence de leur noble profession, celui de dispensateurs impartiaux de la justice ne doivent pas continuer à exercer cette fonction.

Depuis 10 mois, des jeunes comoriens se trouvent en prison et aucun jugement n’est prévu dans les mois qui viennent pour que lumière soit faite sur cette affaire. Un acte du gouvernement qui soulève de graves inquiétudes sur l’illégalité et la partialité de la justice comorienne. Vous avez pu le constater. Récemment ABOU ACHIRAFI ALI, ancien directeur de la DNST est libéré sous caution par notre justice, alors que des preuves tangibles l’impliquant dans l’affaire de vente illégale de nos documents officiels existent.

Une justice à double vitesses. Quand on a les moyens ça passe, dans le cas contraire on périt dans les alvéoles de la prison de Moroni. C’est ce qui arrive en ce moment même à :

–       IBRAHIM ALI IBOUROI (Babatay),

–       TOYIB MAAROUF,

–       AHMED ABDALLAH,

–       AMDJAD SATOULOU,

–       ZAROUK et 9 autres personnes.

Dans notre pays personne n’est épargnée par une injustice d’une justice fondée sur une présomption de culpabilité. On voit bien une manipulation politicienne visant à détruire la vie d’autrui.  L’avenir proche nous dira le plan que nos actuels dirigeants envisagent pour ces jeunes. Qu’ils nous disent si ces jeunes sont désormais des « détenus perpétuels » dans l’enfer carcéral des Comores.

Voici  des faits qui  provoquent encore une vague d’indignation, une partie de l’opinion publique ayant la sensation que ce sont des innocents  que l’on poursuit, elle demande à la justice de relâcher les victimes, mais le tribunal de Moroni n’a donné aucune réponse sur le sort de ces personnes prises pour proies faciles. Nous nous rappelons du début de cette affaire, il y a encore 10 mois ; avec une certaine virulence, le gouvernement a tenté de persuader le peuple comorien que l’armée et la justice ont fait leur boulot en arrêtant des voyous qui voulaient renverser le pouvoir en place. Plusieurs noms des hautes personnalités y compris même du gouvernement ont été cités. Mais, comme c’était un coup monté, il va falloir pour le gouvernement garder certains individus pour que personne ne parle.

Sans vouloir faire le travail de la justice, nous nous permettons de dire que ces hommes sont gardés en prison pour rien car jusqu’à preuve du contraire la justice n’est pas prête à juger ces accusés, puisqu’il n’y a aucune preuve. Dans notre pays, les vrais organisateurs de coups d’Etat ont été honorés par notre justice.

Que la justice comorienne nous dise clairement qu’elle est là pour punir les faibles seulement ou bien si elle compte un jour faire son travail comme elle devrait le faire. Dans beaucoup de pays, des mouvements brutaux ont fait couler beaucoup de sang à cause de l’injustice sociale, mais souvent aussi contre une justice partiale et partielle.

Nous ne souhaitons pas que pareilles choses arrivent chez nous car ce sera pire. Notre pays souffre de ne pas avoir une vraie justice. Tout le monde en parle, mais personne n’est prêt à engager un mouvement véritable pour changer cette pratique hideuse qui ne cesse de gangréner notre société.

Nos dirigeants doivent mettre dans leur tête qu’ « une frustration encourue au cours de longues années engendre la révolte, la soif de liberté ». Et quand cela arrivera ce ne sera pas la révolte en elle-même qui sera noble, mais plutôt ce qu’elle exigera.

Abdourahim Bacari (Papadjo)

De Bolero, Saïd Mohamed Cheikh et Ali Soilihi

Hamada Madi Bolero,           Directeur de cabinet du Président Ikililou et Chargé de la Défense

Hamada Madi Bolero, Directeur de cabinet du Président Ikililou et Chargé de la Défense

Beaucoup de Comoriens sur internet ont réagi contre les propos du directeur de cabinet du Président de la République, Hamada Madi Boléro qui mettaient en cause les présidents Said Mohamed Cheik et Ali Soilihi, en les désignant comme des Wangazidja. Certains demandent sa démission immédiate pour ce dérapage de trop. Il est normal que des voix s’élèvent contre tous les propos séparatistes, surtout quand ils viennent d’un responsable tel que le directeur de cabinet à la présidence, chargé de la défense. Depuis très longtemps, notre pays est confronté à la réalité des guerres de chefs. L’affaire du séparatisme touche beaucoup de nos dirigeants politiques et implique de nombreux intellectuels comoriens.

Cet article ne défend personne, encore moins HAMADA Madi Boléro qui a tenu des propos séparatistes, bien qu’il est vrai SAÏD MOHAMED CHEIKH, président du conseil de gouvernement et ALI SOILIH MTSACHIWA, président révolutionnaire ont respectivement pendant leur règne eu des comportements indignes pour le poste qu’ils occupaient. L’histoire est là. L’histoire ne peut s’empêcher de juger ces deux grands présidents, paix à leurs âmes. L’histoire est différente des juges qui siègent dans les palais de justice de notre pays. L’histoire ne procède jamais au jugement partiel. L’histoire n’ignore personne. L’histoire n’ignore aucun acte. L’histoire n’ignore aucun propos. L’histoire n’a peur de juger telle ou telle personnalité. L’histoire est exigeante. L’histoire nous ouvre grand les yeux pour regarder le passé afin de mieux avancer dans l’avenir sans nul doute sur qui que ce soit.

Donc l’histoire jugera HAMADA Madi Boléro certes. Mais, il est vrai qu’en 1966 SAÏD MOHAMED CHEIKH a ostracisé les Mahorais et a juré de ne jamais mettre ses pieds dans cette île parce que certains Mahorais l’ont hué. C’est un acte indigne pour un président. Oui c’est un acte indigne car il l’a fait. De 1966 jusqu’à sa mort, le président CHEIKH n’a pas remis ses pieds à Mayotte. Il est vrai que le président ALI SOILIH est le premier à organiser un coup d’Etat dans notre pays. Un acte barbare et détestable qui sera utilisé contre lui par AHMED ABDALLAH ABDEREMANE et les mercenaires de BOB DENARD. Ce sont des évènements que l’histoire a enregistré. Donc personne ne peut les effacer. Revenons un peu sur le coup d’Etat orchestré par ALI SOILIHI et les raisons qu’il a donné.

Dans l’interview qu’il avait accordée à Félix Germain et publiée par Libération, à Paris, les 8 et 12 septembre 1975, Ali SOILIHI MTSACHIOI avait déclaré: « Une autre raison majeure du coup d’État a été Mayotte ; Ahmed ABDALLAH allait publier le 4 août son décret sur la nouvelle Constitution et préparait une “solution” pour les trois îles, laissant Mayotte à l’écart… Nous ne pouvions pas rester impassibles. Il fallait lever l’obstacle ABDALLAH à l’intégrité territoriale. Depuis plus de dix ans, l’erreur du clan “vert” [parti conservateur] a été de vouloir imposer à Mayotte un groupuscule en y mettant les moyens contre la majorité qui soutient le Mouvement populaire mahorais. Le 6 août, je suis arrivé à Mayotte et j’ai rencontré Marcel HENRY, que je connais de longue date. Lui et le Conseil de son mouvement semblaient d’accord pour collaborer avec nous. Mais le lendemain, malgré ses promesses, HENRY a fait un discours très dur contre nous, qui m’a fait un coup. On dira que je suis un idéaliste, mais je crois à la parole des amis, et si on ne peut plus croire les gens, inutile de continuer. Je suis donc retourné les voir»[1]. Il est vrai que chez Ali SOILIHI MTSACHIOI, le réalisme allait de pair avec un idéalisme révolutionnaire ouvertement et clairement assumé.

D’ailleurs, en 1975, quand Ali SOILIHI a renversé Ahmed ABDALLAH ABDEREMANE, ce dernier s’était replié sur son île natale (Anjouan), avec la ferme intention de faire de l’île un autre État indépendant. Pour sa part, le ministre de l’Intérieur de l’époque et chef de l’État en 1996-1998, Mohamed TAKI ABDOULKARIM, avait tout simplement proclamé la sécession de sa région natale du Hamahamet, en Grande-Comore. L’histoire nous rappelle des choses ! C’est choquant mais vrai ! Il est vrai que ce sont tous des grands hommes, des hommes qui ont essayé de booster le pays mais n’étant pas des prophètes, acceptons aussi leurs erreurs s’il vous plait. Car c’est en acceptant leurs limites que nous pourrions à notre place tirer les leçons pour que pareils actes ne se répètent dans notre pays.

Avant l’organisation des élections qui ont amené IKILLILOU DHOININE à la tête de l’Etat, beaucoup de nos intellectuels et certains partisans de SAMBI disaient ouvertement qu’à Mohéli personne n’est à la hauteur de présider le pays. Récemment encore ABOUBACAR SAÏD SALIM, que nous respectons beaucoup par rapport à sa contribution dans la culture et littérature comorienne, a qualifié le président de la République « d’un petit président de la toute petite île ». Nous avons tous lu ses propos sur sa page Facebook.  Mais personne n’a réagi pour dire stop. Notre silence permet à certains de nos hommes politiques de dire n’importe quoi, n’importe où et à n’importe quel moment.

Le contexte du séparatisme est encore là. Donc, il est inadmissible d’entendre un dirigeant corroborer un discours qui risque de réveiller les séparatistes. Au stade où nous sommes, le pays a besoin des rassembleurs. Donc, il est temps pour les internautes de veiller sans relâche pour l’unité et l’intégrité territoriale des Comores. Réagir quel que soit la personne, car c’est comme ça que nous pouvons isoler les malfaiteurs de l’appareil de l’Etat. Arrêtons les arguments sélectifs et corporatistes, car, ils ne nous amèneront nulle part. L’amour envers la patrie doit être plus fort que les relations amicales ou entre frères que nous entretenons les uns avec les autres.

Abdourahim Bacari


[1] Cité par Emmanuel et Pierre VÉRIN : Archives de la Révolution comorienne 1975-1978. Le verbe contre la coutume, L’Harmattan, Collection « Archipel des Comores », Paris, 1999, pp. 13-14.

Des grève des collégiens et lycéens aux Comores

Padre1

Elèves manifestant à Moroni en mars 2014

Depuis 1968 on assiste à des grèves de collégiens et lycéens dans notre pays. Certes, les raisons de toutes ces grèves ne sont plus les mêmes. En 1968, les élèves ont manifesté contre les mauvaises conditions liées à leur hébergements et nourriture à l’internat du Lycée Moroni. Cette grève a très rapidement pris une dimension politique car, après le crash d’un avion près du lycée, les élèves avaient été qualifié de pilleurs par un journaliste français de l’ORTF alors que certains avaient risqué leur vie pour sauver des passagers. Cela avait agacé les élèves qui envahirent les rues de Moroni, dès le lendemain, avec des pancartes pour manifester leur colère et demander le départ de ce journaliste.

Au temps d’AHMED ABDALLAH ABDEREMANE, il y a eu peu de grèves contre le gouvernement et pour améliorer l’enseignement sous peine d’être arrêté par les mercenaires de BOB DENARD qui avaient le contrôle de notre pays pendant 12 ans.

Mais à partir de 1990, l’arrivée de DJOHAR et l’avènement de la démocratie dans notre pays bouleverse le système. De 1990 à 2009, c’est-à-dire durant 19 ans, les Comores ont connu 19 grèves des enseignants car chaque année à l’approche des examens nationaux (BAC, BEPC et concours d’entrée en 6e) ils se mettaient toujours en grève.

Ils arrêtaient brusquement les cours et menaçaient de ne pas proposer des sujets ni participer à la surveillance ou à la correction des examens. Cela a permis à des fonctionnaires non enseignants de proposer et corriger des sujets lors du BAC de 1998, tout de suite qualifié de Titanique, faisant allusion au bateaux britannique Titanique qui a fait beaucoup de victimes sauf que ici, 95% des candidats ont obtenu leur baccalauréat. Ces enseignants avaient certes raison car ils accusaient plus de 18 mois d’arriérés de salaires. Mais pourquoi ces enseignants attendent toujours l’approche des examens pour grever ? La réponse est simple. C’est pour se servir de leurs élèves comme bouclier. Une méthode qui fait beaucoup de victimes chez les élèves, souvent tabassés et même blessés à balle réelle. Beaucoup gardent en eux des séquelles de ces grèves. Ce qui est triste, c’est que les dirigeants politiques au pouvoir n’acceptent pas leurs erreurs. Ils accusent toujours les élèves d’être manipulés par leurs opposants. Ces dirigeants refusent toujours de faire leur autocritique.

A partir de 2009, les grèves contre les arriérés de salaires étaient finies. Le Qatar est venu en aide au gouvernement comorien avec une somme considérable qui a permis à ce dernier de payer ses fonctionnaires six mois de salaires d’un coup. Bravo ! Un bon geste louable. Depuis, les enseignants reçoivent leurs payes à chaque fin du mois. Mais au prix de quoi ? Tout le monde le sait très bien qu’il a fallu pour nos dirigeants politiques, précisément SAMBI et les siens, vendre notre nationalités à des étrangers que personne ne connaît.

Aujourd’hui encore, les grèves continuent mais cette fois-ci pour réclamer des avancements. Les enseignants ont encore raison car cela fait plus de 20 ans qu’il n’y a pas eu d’avancement. Là encore, les enseignants ont profité des élèves. Les cours ont repris après une semaine de souffrance infligée aux élèves. Mais quand est-ce que ces enseignants vont-ils grever pour un programme cohérant pour l’ensemble des écoles publiques et privés aux Comores ?

Les enseignants ne doivent pas se limiter aux grèves pour leurs salaires. Ils doivent travailler main dans la main avec leur ministre en proposant une feuille de route vu que le ministère de l’éducation nationale est souvent géré par des personnes qui n’ont aucune expérience ou vision de ce que doit être l’enseignement aux Comores. Jusqu’à maintenant, chaque enseignant a son programme, choisi ses manuel pour assurer ses cours. Un système qui conduit nos élèves à l’échec. Nous le constatons lors des résultats des BAC et BEPC dans lesquels plus de 70% de nos enfants échouent.

   Abdourahim Bacari

Manifestations des lycéens à Moroni

Padre2

Un millier de manifestants

 Au troisième jour des manifestations des élèves des lycées et collèges de Ngazidja, un événement exceptionnel est arrivé puisque le Ministre de l’Education, Mohamed Abdoulkarim a été retenu en otage dans le lycée par les élèves pendant près de 5 heures de temps avant d’être relâché après signature par un Secrétaire Général d’un engagement à résoudre les problèmes actuels.

Il semble que ce soit à la suite d’une demande des élèves que le Ministre s’est rendu au Lycée pour discuter avec eux. Suite à un malentendu, cet acte de courage de la part de ce jeune ministre a été suivi par une prise d’aotage.

On rappelle que lundi, alors que les enseignants avaient décidé de mettre fin à leur sit-in commencé devant le lycée depuis vendredi, ce sont les élèves qui ont soudainement pris la relève pour demander que le gouvernement et les enseignants trouvent une solution pour mettre fin aux arrêts de cours trop fréquents. Les élèves étaient très nombreux dans les rues de Moroni, appelant à la démission du Ministre des Finances, Mohamed Ali Saïd alias Mamadou.

La manifestation, au départ pacifique, s’est poursuivie en fin de matinée par des affrontements avec les gendarmes. Selon de nombreux témoignages, les militaires ont fait un usage disproportionné de la force. Les images diffusées aussitôt sur les réseaux sociaux montraient des gendarmes coursant des enfants dans les rues de Moroni, et obligeant certains d’entre eux à sauter dans la mer. Cela a failli coûter la vie à une jeune fille actuellement hospitalisée à l’hôpital Al-Maaruf.

 

Padre3

Un gendarme poursuivant un enfant ©Oustadh Padre

Selon, le commandant de la gendarmerie, Abdallah Rafick, cité par l’agence HZK, il y aurait eu une trentaine d’élèves interpellés et près de 120 qui se sont rendus spontanément à la gendarmerie en signe de solidarité avec leurs camarades. Aujourd’hui, seulement sept élèves seraient susceptibles de passer devant un juge, mais sans que la police n’explique pourquoi ces sept là sont plus coupables que le millier qui manifestait.

C’est véritablement un coup de semonce que le gouvernement vient de recevoir, mais le comprendra-t-il ? Au-delà de la prise d’otage que personne ne peut valider comme moyen de négociation, nous avons le sentiment que le gouvernement est dans une bulle et pense que la paix dans la société comorienne est un acquis inébranlable. Or il existe trop de motifs de révolte et certains adultes opportunistes et embusqués sont prêts à faire feu de tout bois.

Mahmoud Ibrahime