Abdou

Communiqué du Parti RADHI

logoRadhi2

COMMUNIQUE

du parti RADHI suite au meeting du 26/10/14

Vous avez été plus de 1400 personnes à avoir assisté au meeting du Rassemblement pour une Alternative de Développement Harmonieux et Intégré (RADHI) tenu dimanche 26 octobre 2014 au Palais des Congrès de Montreuil en Seine Saint-Denis.

Le parti RADHI, ses militants et ses sympathisants vous remercient pour avoir honoré de votre présence ce premier rendez-vous en France de notre jeune formation politique.

Les leaders venus des Comores parmi lesquels son Secrétaire Général, Houmed Msaïdié, Mihidhoire Sagaf, Abdou Soefo et Ali Abdallah ont été particulièrement sensibles à  l’engouement observé  à l’occasion de ce meeting dont l’objet était d’exposer à la diaspora les grandes lignes du projet en cours d’élaboration au sein du parti RADHI.

Les échanges avec la diaspora au cours de cette rencontre, et entre autre  avec un groupe de jeunes venus présenter leur vision,  ont été des plus fructueux.

Oui RADHI continuera à grandir, s’il demeure ouvert, tolérant, à l’écoute, et  capable  de susciter toujours le débat avec les comoriens de  l’intérieur et de sa diaspora.

Le parti RADHI, ses militants et ses sympathisants se félicitent donc de la participation massive de la diaspora comorienne, notamment en Région parisienne, toute catégorie sociale confondue, et s’engagent à consolider et amplifier cette force née de ce rassemblement. Le RADHI s’engage également à relever les défis avec clarté, lucidité et sérénité afin de promouvoir au comorien partout où il se trouve un cadre de vie harmonieux et préserver la paix et la cohésion sociale.

Le Parti RADHI et ses sympathisants vous réitèrent leurs chaleureux remerciements et comptent sur votre engagement pour construire ensemble les Comores.

Nous donnons rendez-vous aux Comoriens de Marseille dimanche prochain, 2 novembre, pour un meeting qui se tiendra dans la salle Les Dauphins au 85 boulevard de Casanova 13014 Marseille, à partir de 14h00.

Ensemble construisons les Comores.

Le Parti RADHI en France

Le gouvernement comorien continue à mettre la pression sur les journalistes

Le gouvernement comorien continue à mettre la pression sur les journalistes

El-Had Said Omar, Directeur de La Gazette des Comores

El-Had Said Omar, Directeur de La Gazette des Comores

Mohamed Youssouf, journaliste à La Gazette des Comores

Mohamed Youssouf, journaliste à La Gazette des Comores

Après la mise en garde en vue de l’artiste Cheikh-MC, il ya quelques jours, ce mardi 11 juin ce fut le tour du Directeur de publication de La Gazette des Comores, El-Had Saïd Omar d’être appelé à la gendarmerie pour un interrogatoire en bonne et due forme. Au cours de cet interrogatoire, il a dû appeler le journaliste Mohamed Youssouf, pour venir lui aussi être entendu en tant qu’auteur de l’article.

Tout cela à cause d’un article paru la veille et intitulé : « Vente de boissons alcoolisées : L’Etat doit-il rembourser les 2 milliards d’Amine Kalfane ? » Mohamed Youssouf explique l’imbroglio qu’il y a eu ces derniers jours à propos des licences accordées à certaines entreprises par le gouvernement pour vendre de l’alcool dans le pays. Bien que la constitution, modifiée sous la présidence Sambi, proclame que l’Islam est religion d’Etat, l’alcool est un produit clef dans le budget de l’Etat par le reversement de taxes.

Jusque-là, le Ministère des finances avait accordé une seule licence à la société Nicom de Shemir Kamoula. Les médias comoriens de l’extérieur n’ont cessé alors de dénoncer ce monopole qui aurait été offert à « un ami » selon plusieurs bloggeurs comoriens. Mais, il y a quelques jours, le gouvernement décide de mettre fin au monopole en accordant une deuxième licence de vente à une deuxième entreprise, AGK d’Amine Kalfane. Toutefois, l’Assemblée de l’Union a constaté des irrégularités et a fait annuler cette deuxième licence. Mais, le gouvernement décide d’annuler la première licence également, alors que ses recettes sont prévues au budget, ce qui rend furax certains députés qui menacent de ne pas voter la loi de finance rectificative de ce mois de juin.

Le journaliste de la Gazette nous apprend qu’en fait Amine Kalfane avait déjà payé deux milliards FC en prévision des taxes qu’il aurait à verser et que cet argent a servi à payer des fonctionnaires. La phrase qui a valu aux deux journalistes de passer la matinée à la gendarmerie est celle-ci : « L’Etat a-t-il peur des 2 milliards d’Amine Kalfane qui ont servi à payer les fonctionnaires ? »

Le plus étonnant c’est que pas une fois le gendarme qui les interrogeait n’a dit à El-Had Said Omar ou à Mohamed Youssouf qui portait plainte contre eux.  » j’ignore l’auteur de la plainte ! et c’est une pratique scandaleuse » affirme le Directeur de la Gazette. C’est donc la version « lettre de cachet » aux Comores : par un coup de téléphone, un gendarme reçoit l’ordre d’interroger un citoyen et éventuellement de l’enfermer sans qu’il ne sache qui porte plainte.

En fait, les journalistes de la Gazette auront plus de précision quand ils recevront dans l’après-midi un droit de réponse émanant du Docteur Ali Abdou Mdahoma, « Conseiller politique du vice-président Mohamed Ali Soilih ». Ainsi l’histoire retiendra que la première sortie politique du Dr Ali Abdou Mdahoma, un intellectuel issu de la Diaspora comorienne en France, où pendant des années il a critiqué les pratiques injustes et illégales des hommes politiques comoriens, fut un acte contre la liberté de la presse.

Dans ce droit de réponse qui sera publié ce matin par La Gazette des Comores avec un commentaire de la Rédaction, notre Docteur en Lettres accuse le jeune journaliste qui n’a jamais fait de politique de « porter atteinte à l’honorabilité et au professionnalisme de (ses) adversaires politiques ». Il va encore plus loin en prétendant que le journaliste Youssouf Mohamed n’est qu’une invention et qu’en fait il a écrit son article « sur commande ». Pourtant, le droit de réponse qui part dans tous les sens, ne nie pas le fait principal, le versement de 2 milliards par AGK à l’Etat, mais seulement que l’argent n’a pas été utilisé pour payer les fonctionnaires.

Le Directeur de la Gazette des Comores, journal indépendant, est habitué à ce genre de manoeuvres des pouvoirs publics cherchant à faire pression sur les journalistes. Le jeune Mohamed Youssouf un peu moins, il a donc reçu une leçon de ce qu’est le journalisme aux Comores aujourd’hui.

C’est une tentative de pression qui vient après la mise au pas du journal Alwatwan, consécutive à la nomination à sa tête de celui qui apparaît comme le théoricien du journalisme d’Etat, Abdou Soimadou.

Il reste à savoir pourquoi les pouvoirs publics multiplient ces derniers temps ce genre d’opérations qui n’ont d’autres résultats que d’impacter d’une manière négtive le classement des Comores au niveau des droits de la presse dans les enquêtes mondiales.

Mahmoud Ibrahime

Houmed Msaïdié : « il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement »

Houmed Msaidie : « il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement »

Houmed Msaïdié, ancien député, ancien Ministre

Houmed Msaïdié, ancien Ministre

Les anciens ministres Houmed Msaidié, Kamar Ezzamane et leurs amis ont lancé ce samedi 24 mai un nouveau parti : le RADHI (Rassemblement pour une Alternative de Développement Harmonieux et Intégré). Les organisateurs affirment avoir réuni près de 5000 personnes au foyer des femmes de Moroni, trop petit pour accueillir tout le monde. Du coup, selon certains témoignages, il y avait autant de monde dedans qu’à l’extérieur. Le Secrétaire Général du nouveau parti, Houmed Msaidié, a accepté de répondre aux questions de la rédaction de Mlimengu.

Mlimengu – Vous avez mobilisé un grand nombre de Comoriens au Foyer des Femmes samedi dernier pour l’AG constitutive de votre nouveau parti, vous attendiez-vous à un tel succès ? Comment l’expliquez-vous ? 

Houmed Msaïdié – Cela fait des années que nous sommes sur le terrain et que nous nous battons pour tout ce qui touche la vie quotidienne de nos concitoyens, c’est pour cela que nous avons pu mobiliser autant. Nous sommes donc satisfaits. Ce fut un plaisir de voir autant de monde, plus de 5000 personnes venues assister à notre Assemblée Générale constitutive.

Mlimengu – Certains ont dit que c’étaient essentiellement des gens du Mbude et ont donné à ce rassemblement un caractère régionaliste…

Houmed Msaïdié – Qu’ils sachent que j’en suis fier ! Un homme politique qui n’a pas un fief ne peut pas s’imposer sur la scène politique. Que des citoyens qui m’ont élu à trois reprises député pour les représenter à l’Assemblée Nationale (les habitants du Mbude, et ceux du Mitsamihuli en plus pour la troisième fois) soient avec moi pour un tel événement, je ne peux qu’en être fier. Je vous avoue que cela m’a fait plaisir. Ils représentaient environ un tiers des présents. Et s’ils n’avaient pas été là ? Les mauvaises langues auraient alors dit : « Il n’est même pas capable de mobiliser dans son fief ». Et bien, ils étaient présents et j’en suis heureux !

 

AG du Parti RADHI (Ph. Oustadh Padré)

AG du Parti RADHI (Ph. Oustadh Padré)

Mlimengu – Pourquoi un nouveau parti au lieu de recomposer le paysage et ainsi réduire le nombre de partis qui est encore trop élevé ?

Houmed Msaïdié – Il faut avoir en tête que les leaders qui étaient dans cette Assemblée Générale représentaient quatre mouvements ou partis politiques. Et nous avons discuté, au total avec huit partis politiques, mais seulement quatre ont répondu à notre appel. Donc, nous n’avons pas ajouté un parti, nous avons diminué le nombre ! Mais, nous n’allons pas nous arrêter là. Nous pensons qu’il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement. RADHI regroupe quatre partis existant et vise à en regrouper d’autres.

Mlimengu – Quelles sont les grandes lignes des idées de ce parti ? En quoi diffère-t-il des autres partis ?

Houmed Msaïdié – Nous voulons un parti pragmatique, avec des idées qu’on peut mettre en pratique rapidement.

Par exemple nous pensons qu’il faut réduire le train de vie de l’État et le rendre crédible auprès des citoyens. Il y a un train de vie inacceptable. On ne peut pas comprendre que le Président ou les ministres restent si longtemps à l’extérieur, à tel point que dans les conseils des ministres on n’a parfois que quatre ou cinq ministres parce que les autres sont en voyage. Le président ne devrait faire que trois voyages obligatoires : à l’Assemblée Générale de l’ONU et aux deux sommets de  l’Union Africaine que nous voulons renforcer pour en faire une fédération de type Union européenne. Le président pourrait également se rendre à l’extérieur pour signer des contrats importants qui apportent des bénéfices au pays. Il n’y a pas de raison que le président se déplace plus de huit fois dans l’année.

Nous voulons donner une importance particulière à la Justice. Cela passe par la désignation de magistrats conscients de leur rôle et décidés à travailler correctement. C’est pourquoi nous proposons de rendre plus libres ces magistrats en associant les élus de l’Assemblée de l’Union à leur désignation. Le Président de la République pourrait ainsi soumettre une liste à l’Assemblée qui la validerait ou non. Les deux instances pourraient aussi, sous le contrôle du Conseil de la Magistrature, engager une procédure pour démettre un magistrat qui a failli à sa mission.

L’éducation doit aussi être parmi nos priorités. Nous voulons qu’au niveau de l’enseignement secondaire, on puisse initier les jeunes à des métiers afin que s’ils sortent du système scolaire trop tôt, ils puissent exercer un métier. Au niveau universitaire, nous devons privilégier la recherche fondamentale basée sur notre environnement et arrêter de fonctionner comme une université d’un grand pays développé tout en mettant sur les places publiques de plus en plus de chômeurs.

On pourrait par exemple développer le tourisme, en comptant sur nos propres potentialités. Cela pourrait résoudre en partie le problème du chômage des jeunes.

 

Mlimengu – Quelle est votre position sur la question de l’île comorienne de Mayotte ?

Houmed Msaïdié – Nous espérons fortement que lorsqu’il sera ici cet été, François Hollande engagera les trois parties dans un véritable processus de réconciliation et de règlement du conflit franco-comorien. Et cela passe nécessairement par la suppression du « visa Balladur ».

 

Foyer des Femmes plein (source facebook Radhi)

Foyer des Femmes plein (source facebook Radhi)

Mlimengu – Pensez-vous pouvoir participer aux prochaines élections ? Pour les présidentielles, quel sera le processus de désignation de votre candidat ?

 

Houmed Msaïdié – Nous comptons participer aux prochaines élections et cela à tous les échelons. En ce qui concerne le mode de désignation de notre candidat aux prochaines élections présidentielles, nous allons instituer  un système de primaires, un système démocratique qui puisse permettre aux militants de désigner leur candidat, s’il y a plus d’un candidat à la candidature.

 

Mlimengu – Votre parti est-il représenté dans la diaspora ?

Houmed Msaïdié – Oui, nous sommes représentés en France. Tous ceux qui veulent nous rejoindre doivent contacter Mme Aniami Mchangama, en région parisienne. C’est une femme volontaire, une femme de conviction, militante du Parti socialiste en France et qui est chargée de mettre en place les structures du parti RADHI en France.

Non seulement nous sommes représentés dans la diaspora, mais nous avons également intégré dans nos statuts la représentation de celle-ci et nous allons soutenir d’une manière claire et avec force les revendications de la diaspora dans les questions cruciales comme celles de son droit de vote ou de ses déplacements vers la mère-patrie.

Nous allons aussi engager un dialogue avec la diaspora pour qu’elle diversifie son investissement au pays dans des secteurs porteurs comme le tourisme et ne pas mettre toutes ses capacités d’investissement uniquement dans les produits de consommation liés au grand-mariage.

propos recueillis par Mahmoud Ibrahime et Idjabou Bakar

Le retour de Soimadou à Alwatwan

Le retour de Soimadou à Alwatwan

 

Par le décret n°14-55 du président de la République, Mohamed Abdou Soimadou, actuel maire de Gnoumassirou-Mbeni, et président des Maires de Ngazidja, a été nommé Directeur Général d’Alwatwan en remplacement de Hassane Moindjié, qui avait pris ses fonctions en avril 2012.

Soimadou

Mohamed Abdou Soimadou, nouveau DG d’Alwatwan

Lundi 21 avril, en milieu d’après-midi l’ex-Directeur a annoncé son départ et c’est dans un silence de mort que le nouveau Directeur a dit quelques mots sans entendre une seule voix lui souhaiter la bienvenue.

La nouvelle a créé un certain émoi dans le milieu des facebookers comoriens qui a toujours tendance à refuser ou à se méfier de toute nomination venant du pouvoir actuel. La nouveauté, c’est que cette fois l’inquiétude a atteint la rédaction du journal de l’État, à l’image du jeune journaliste Toyb Ahmed qui a annoncé dès le début un « lundi noir ».

Mohamed Abdou Soimadou n’est pas un inconnu dans la maison puisqu’il l’a dirigée en tant que Ministre de l’information, puis en tant que DG sous la présidence du colonel Azali Assoumani.

Mais pour les jeunes journalistes d’Alwatwan, le nom de Soimadou est synonyme d’attaques en règle contre eux. C’est en tant que Conseiller du Vice-Président chargé des Finances, Mohamed Soilihi alias Mamadou, originaire de Mbeni comme lui, que dans Alwatwan-mag n°15 (mai 2012), il mène l’attaque contre les journalistes qui ont osé remettre en cause certaines pratiques de l’administration financière depuis des années et connues de tous. Le Ministère des Finances fait un droit de réponse sur cinq pages. Mohamed Abdou Soimadou n’y va pas de main morte avec les journalistes d’Al-Watwan qu’il accuse de vouloir nuire à son patron direct et au Président de la République. Il les accuse aussi d’« abus de confiance » (les mots veulent dire ce qu’ils veulent dire, surtout pour l’ancien professeur de français qu’est Soimadou), de « perfidie », de « propagande », de « désinformation », l’intention de « porter une si grave atteinte aux intérêts du pays », de « malhonnêteté », « de mauvaise foi ». Avec autant et d’aussi gentils qualificatifs, on comprend l’inquiétude des journalistes, mais surtout on se demande comment l’auteur de cette missive peut travailler avec de tels journalistes.

Mohamed Abdou Soimadou c’est, pour les anciens journalistes, le théoricien du journalisme d’État. C’est lui qui la première fois, en tant que Ministre de l’information du colonel Azali, a dit ce que devait être un journaliste travaillant pour un organe de l’État : un serviteur, non pas du peuple, ni de l’État, mais du gouvernement, étant entendu que pour lui, ce n’est pas le peuple qui par ses impôts paye les fonctionnaires, mais le gouvernement. Visant notamment Ahmed Ali Amir, il avait déclaré qu’un journaliste d’Alwatwan devait uniquement véhiculer les idées du gouvernement et qu’autrement, il devait aller chercher du travail dans un journal privé. Cette thèse a été remarquablement reprise par le Ministre de l’intérieur et de l’Information Hamada Abdallah récemment, dans une phrase qui restera longtemps dans les Annales du journalisme aux Comores : « Tout journaliste d’un média d’Etat qui veut avoir la liberté d’écrire ou de parler, a l’obligation de se mettre dans le moule du gouvernement, ou bien il doit avoir l’honnêteté intellectuelle d’aller travailler dans un organe privé ».

Contrairement à ce qu’on peut penser Mohamed Abdou Soimadou a eu une longue expérience de journaliste, au sein de l’ASEC. Il a même été Directeur de publication de l’organe de cette association marxiste, Usoni en 1977. C’était le temps des articles glorifiant le camarade Mao et attaquant avec virulence la révolution soilihiste. Le temps où il était de bon ton de chérir le centralisme démocratique et où les militants étaient « cordialement invités » à l’autocritique permanente. Un autre monde.

Depuis, Mohamed Abdou Soimadou a fait du chemin, passant entre les gouvernements et les partis politiques, presque toujours au premier plan. Du Front Démocratique au parti du président Ikililou, en passant par l’UNDC du président Taki. On le croyait Secrétaire Général du RIDJA, il est un des fondateurs de l’UPDC ! À donner le tournis.

Cette nomination est d’autant plus inquiétante qu’elle intervient à l’approche d’élections législatives et municipales que le pouvoir en place craint fortement de perdre. De plus, le parti du président a déclaré récemment sa volonté de devenir le relais de la communication du gouvernement.

Mais, c’est ici que le gouvernement du président Ikililou montre ses faiblesses, il n’a pas pris en compte les changements intervenus dans les médias. Si la télévision et la radio sont encore suivies par beaucoup de Comoriens, la diffusion d’Alwatwan reste symbolique. La censure d’un tel journal ne rapporte qu’une mauvaise image au gouvernement et n’a aucune efficacité. On l’a vu récemment lorsque le Ministre Hamada Abdallah a fait retirer Alwatwan-mag n° 14 des kiosques, il a été lu au delà des lecteurs habituels par la diffusion sur internet. Mais, il est facile de comprendre que les journalistes sont dans la blogosphère et qu’ils peuvent publier ce qu’ils veulent sous des pseudonymes ou par des intermédiaires qui sont de véritables leaders d’opinion. C’est ce qui manque au gouvernement actuel, obligé d’aller chercher dans le passé des médias comoriens Mohamed Abdou Soimadou.

Mahmoud Ibrahime

 

Rencontre entre le Ministre de la Production et les étudiants de l’AECR (La Réunion)

Rencontre entre le ministre de la production et les étudiants de l’AECR (la Réunion).

De passage à la Réunion le Ministre de la Production, de l’Energie et de l’Environnement du gouvernement du président Ikililou Doinine a souhaité rencontrer les étudiants qui s’y trouvent. Abdou Nassur Madi a donc échangé avec les membres de l’Association des Étudiants comoriens à la Réunion au Campus universitaire le 4 avril dernier.

Le Ministre comorien a mis en évidence sa principale mission qui n’est autre que de « chercher appuis et assistance pour les perspectives mises en place par le président Ikililou Dhoinine ».

Après avoir brièvement passé en revue le bilan politique du régime en place (le maintien du payement des salaires, la mise en place d’une cellule anti-corruption,…), Abdou Nassur Madi s’est lancé dans le dossier du pétrole en affirmant qu’il y a une forte probabilité qu’il aboutisse. Il y voit d’ailleurs le résultat d’une politique qui tend vers un changement radical par rapport au mode de gouvernement des régimes précédents.

Le ministre a rappelé aux étudiants que  son ministère est « le ministère de la vie ». Il a précisé qu’en l’état actuel des choses il n’y aura pas de solution aux problèmes d’énergie vues les difficultés qui ankylosent la société d’Etat, la Mamwe. Les études faites sur la géothermie, l’énergie solaire et celle dite éolienne sont des projets coûteux dont le financement nécessite plusieurs milliards.

AECR

Le Ministre Abdou Nassur Madi au centre

Dans le domaine de la production agricole, l’idée de mettre en place une Chambre d’agriculture permettrait d’encadrer les agriculteurs, de contrôler le prix d’achat et avoir recours à des commandes en cas de pénurie. La Chambre d’agriculture pourrait aussi aider à l’établissement des données statistiques dans le domaine agricole. Le ministre a enfin appris aux étudiants qu’une société de pêche est déjà mise en place par le gouvernement. Les pêcheurs seront des fonctionnaires de l’Etat. La société devrait débuter ses activités, officiellement, au plus tard en juillet 2014, selon le ministre.

Avant de clôturer cette rencontre, le Secrétaire Général de l’AECR, AMIR Mohamed, au nom de l’Association, a confié un message au ministre pour son homologue de l’éducation, de la jeunesse et des sports, ainsi que pour le gouvernement entier. Il s’agit de mettre en place un processus d’aide aux étudiants voulant poursuivre leurs études supérieures en intégrant, par exemple, les jeunes candidats en M2 et ou en thèse dans le programme du financement de bourses de la coopération française ; ou en revoyant les anciens accords de bourse qui étaient signés entre les Comores et la Réunion. Ce rapporteur a mis en évidence que les visites des autorités comoriennes devaient être officialisées pour qu’il y ait des échanges et une planification cohérents entre les autorités d’aujourd’hui et les étudiants.

 AMIR Mohamed