Ambassade

La carte consulaire est indispensable pour les Comoriens de France

Ambassade des Comores en France

Ambassade des Comores en France

Le service consulaire de l’ambassade des Comores à Paris ne délivrera aucun document administratif à ses ressortissants sans présentation de la carte consulaire à partir 1er juillet 2015.

 Suite à la publication d’un communiqué de l’ambassade des Comores à Paris appelant ses ressortissants à venir s’enregistrer afin d’obtenir la carte consulaire, l’opération a déjà commencé. Certains comoriens de la diaspora en France disposent de la carte consulaire selon le conseiller de l’ambassade chargé de la communication, Saïd Omar Badaoui. Ce dernier appelle les comoriens de France à aller s’inscrire massivement.

Plus d’une centaine de comoriens de la diaspora comorienne de France sont enregistrés au service consulaire de l’ambassade des Comores à Paris et possèdent désormais la carte consulaire. L’opération a commencé il y a un mois. L’obtention de ce document désormais indispensable pour les Comoriens résidant en France nécessite une pièce d’identité comorienne, une attestation de domicile et une somme de quinze euros. « La carte est délivrée à l’instant même que la personne est enregistrée. La photo est prise sur place », affirme Saïd Omar Badaoui, le conseiller chargé de la communication à l’ambassade des Comores à Paris.

Saïd Omar Badaoui, Chargé de la Communication à l'Ambassade des Comores à Paris

Saïd Omar Badaoui, Chargé de la Communication à l’Ambassade des Comores à Paris

Ce taux d’enregistrement très faible s’explique par le fait que les Comoriens de la diaspora ne se présentent pas massivement depuis le lancement de l’opération selon notre interlocuteur. Il estime que les Comoriens confondent entre carte consulaire et carte d’électeur : « nos compatriotes ont tendance à tout mélanger. La carte consulaire n’a rien à voir avec la carte d’électeur. C’est un impératif. D’ailleurs, l’initiative a été prise avant que le projet du vote de la diaspora soit lancé », se désole Badaoui. L’ambassadeur des Comores à Paris, Ahmed Bourhane a tenu à préciser que « tout comorien vivant à l’étranger doit s’inscrire dans son ambassade ou dans le consulat le plus proche. Nous voulons avoir une base de données de nos ressortissants en France. Cela se passe dans tous les pays du monde entier. C’est pour le bien de nos compatriotes ». Interrogé sur la raison de prendre une telle décision tardive, l’ambassadeur n’a pas hésité à dire « il n’est jamais trop tard pour mieux faire ». Par ailleurs, le service consulaire a pris l’initiative de ne délivrer aucun document administratif sans présentation de la carte consulaire à partir du 1er juillet prochain.

Actuellement ce sont les Comoriens qui résident en région parisienne qui se font enregistrer. Une mission sera dépêchée à Marseille dans les prochains jours pour sensibiliser les Comoriens de cette ville et les inscrire également. S’agissant des Comoriens des autres villes autre que la région parisienne et Marseille, Saïd Omar Badaoui déclare que «  nous réfléchissons sur une possibilité de nous approcher de ceux qui sont dans les autres villes et régions telles que Lyon, Dunkerque afin que le travail puisse être accompli ».

Natidja Hamidou

Les mensonges du comité de soutien d’Azali

Les mensonges du comité de soutien d’Azali

TakiMoilimou

Le Président Taki et son Chef d’État-major, le colonel Moilim Djoussouf

Les élections présidentielles s’approchent et voilà que certains cadres, sans état d’âme, refusent la réalité pour essayer de faire passer un traitre pour un stratège. Azali Assoumani est bien connu pour sa traîtrise. Il a trahi le pays et ses amis plus d’une fois.

Pour défendre l’image d’Azali, mise à mal ces derniers jours par plusieurs articles (dont celui publié sur Mlimengu.com : https://mlimengu.com/2014/05/10/2008-laccord-secret-entre-le-president-sambi-et-le-colonel-azali/) et sur les réseaux sociaux, son comité de soutien, à travers une cellule de communication (composée de Bindjad Ismael, Mchangama Chabane et Ben Abdou Hamidou)  a publié lundi 12 mai, un communiqué, étonnant et plein de mensonges.

Ils affirment ainsi :  » En 1995, Azali Assoumani n’était pas chef d’état major. C’était plutôt le colonel Moilim Djoussouf. Azali Assoumani était sous ses ordres. » Il ne manquait plus qu’ils disent que c’est le colonel Moilim qui lui a donné l’ordre d’aller se réfugier à l’Ambassade de France.

Ils ajoutent plus loin :  » S’est il refugié à l’Ambassade pour fuir le Combat ? Faux : Azali Assoumani est allé demander un renfort extérieur. » (sic) Autrement dit, des mercenaires français attaquent les Comores et le chef de l’armée, se rend à l’ambassade de France pour chercher des renforts ?

Nous nous rappelons des événements comme si c’était hier, alors, on ne peut pas nous mentir d’une manière aussi éhontée que le fait le Comité de soutien du colonel Azali dans ce communiqué.

En 1995, à 3 heures du matin, des coups de feu provenant de mitraillettes et de lance-roquette retentissaient près du siège de Radio-Comores actuellement occupé par les bureaux de l’immigration. Arrivée dans les locaux de Radio-Comores, Azali Assoumani, chef de la Force Comorienne de Défense, et le lieutenant-colonel Soilihi alias Campagnard devaient ensemble, avec une section composée de nouvelles recrues empêcher la prise de la Radio par les mercenaires de Bob Denard. Azali a quitté les lieux au bout de quelques heures pour se rendre à l’Ambassade de France. Le combat a duré plus de 12 heures, de 3 heures du matin jusqu’à 18 heures du soir. Durant tout ce temps Azali était allé renforcer les hommes politiques, comme Caambi Elyachourtu, à l’Ambassade de France. Au cas où ces hommes politiques n’arriveraient pas à négocier avec les Français. Campagnard a été blessé, et Bob Denard reconnaissant la valeur militaire de cet homme l’a fait évacuer pour qu’il soit soigné.

Contrairement à ce qu’affirme la cellule communication du colonel Azali, Moilim Djoussouf n’était pas chef d’Etat-major, il s’occupait alors des Hydrocarbures. Azali Assoumani était bien le chef de l’armée en 1995. Par exemple, c’est lui qui allait à l’Assemblée Nationale pour défendre le budget de l’armée, selon le témoignage d’un ancien député. Les trois défenseurs d’Azali ne peuvent pas le dédouaner de ses responsabilités aujourd’hui. Ils ne peuvent surtout pas mettre l’opprobre sur un homme, le colonel Moilim, qui a servi son pays du mieux qu’il a pu et qui n’est plus de ce monde pour se défendre. Un an plus tôt, nous nous rappelons de l’opération qu’Azali a mené et qui a couté la vie au jeune Apache, accusé de vouloir organiser un coup d’Etat sans aucune preuve. « Opération Azali » pourquoi ? Tout simplement parce qu’il était à la tête de l’armée nationale comorienne.

Et s’il n’était pas le chef de l’Armée pourquoi irait-il négocier à l’Ambassade de France ? Messieurs Bindjad, Chabane et Hamidou vous devez trouver de vrais arguments pour défendre Azali car ce communiqué est truffé de contradictions.

C’est sous le régime Taki que Moilim Djoussouf fut nommé chef d’état-major et son second était le colonel Hassane Harouna. Durant les deux ans et demi que Mohamed Taki était au pouvoir, il a affecté Azali Assoumani à Voidjou, précisément à l’ENFAG, l’école de la Gendarmerie. Nous pouvons comprendre la décision du Président Taki sur Azali. Le président Taki a tout simplement constaté que l’ex-chef d’état-major a manqué à son devoir envers sa patrie. Ce n’est qu’à la fin de son régime que par l’entremise de Moilim Djoussouf, Azali revenant de l’école de Guerre à Paris, fut appelé, de nouveau,  à la tête de l’armée.

On nous dit qu’Azali n’a pas fui le combat lorsqu’il s’est caché dans une voiture pour entrer à l’ambassade de France. Quelle blague !

A 3 heures du matin l’ambassade de France n’était pas encore ouverte, il pouvait encore se battre en attendant. Ensuite, nous étions en 1995, et pas au XIXe siècle, en plus, il était au siège de la radio nationale. Donc, pas besoin de se déplacer jusqu’à l’ambassade pour demander du renfort. Avec le téléphone de la radio-Comores Azali pouvait joindre l’Ambassadeur de France ou bien lancer un communiqué pour informer non seulement l’ambassadeur de France mais aussi les représentants des institutions internationales présents dans notre pays. C’était aussi l’occasion d’informer la population sur ce qui se passait et la rassurer.

Et encore ! Était-ce à lui, un militaire d’aller négocier avec le représentant d’un État étranger, dont les assaillants étaient tous originaires ? N’était-ce pas le rôle des hommes politiques qui s’y trouvaient déjà ?

Azali Assoumani n’avait pas besoin d’aller à l’ambassade car depuis 3 heures du matin l’ambassadeur a été mis au courant de cette situation désastreuse par les tirs de mitraillettes et lance-roquettes car il habitait non loin des locaux de Radio-Comores. Il était à Voidjou et le consul de France occupait la maison de Tourqui Salime à la Coulée pas loin de la maison de Idi Nadhoim.

Azali Assoumani a toujours mis le pays dans des épreuves macabres qui risquaient de faire couler beaucoup de sang. Mais le peuple a pu surmonter ces épreuves. En 1999, l’arrivée d’Azali Assoumani au pouvoir était la conséquence d’une forte manipulation sur la bande de LEZA Massulaha de Maouéni dans l’Itsandra, Haitraki de Mbachile, Fundi Saïd soudeur de Dembeni et Sabata de Bangwa Kuni pour chasser les Anjouanais de la Grande-Comore. Il a profité de cette situation, notamment en la laissant pourrir, pour commettre son coup d’État.

Alors vous pouvez continuer à faire l’éloge de cet homme des mauvais coups, mais nous, nous n’avons pas oublié.

Abdourahim Bacari