Amiri

DR ABOUBACAR AMIRI A ANIME UNE CONFERENCE A l’UNIVERSITE DES COMORES

DR ABOUBACAR AMIRI A ANIMÉ UNE CONFÉRENCE A l’UNIVERSITÉ DES COMORES

Aboubacar

Dr Aboubacar Amiri

L’Unité de Recherche sur « la décentralisation et la cohésion sociale » de l’Université des Comores, vient de débuter un cycle de conférences ou de séminaires, à raison de deux par mois. Ces rencontres scientifiques et pédagogiques sont organisées à l’initiative du Dr Maoulana Charifou, responsable de cette Unité de Recherche, au profit des enseignants inscrits en doctorat et des étudiants, principalement ceux du Master d’Administration publique et gestion des collectivités. Ce mercredi 19 mars, c’est M. Aboubacar Amiri qui a donné le coup d’envoi en animant une conférence sur la recherche. Ce séminaire, prévu initialement au profit des doctorants et des étudiants du Master de la faculté de droit, s’est transformé en méga-conférence au profit de tous les étudiants du campus de Nvouni. C’est dans une salle archicomble que le docteur Aboubacar Amiri a fait sa conférence dont l’intitulé exacte est « Introduction à la recherche ». En trente minutes, l’hôte de l’UDC a réussi à capter l’attention des étudiants et à vulgariser la recherche en leur parlant, avec un ton posé et didactique, du métier de l’enseignant-chercheur, de publication et de communication scientifique avec une illustration d’un problème statique à la fin. La recherche Les questions posées par les étudiants ont prouvé que tous les aspects de la conférence, à commencer par les organismes, le financement publique et l’évaluation de la recherche, les missions d’un enseignant-chercheur et l’évolution de sa carrière, les différents types de publication et le circuit de publication, ainsi que l’exemple d’illustration de résolution des problèmes statiques ont été bien compris par l’auditoire. Par ailleurs, cette première conférence a été honorée par la présence du président de l’UDC, M. Mohamed Rachadi Ibrahim, ainsi que le Secrétaire général du syndicat des enseignants de l’UDC, M. Abdillah Said Amana, docteur en mathématique et chef de département de Statistiques de l’Institut Universitaire de technologie (l’IUT). Maitre de conférences à l’Université de Lille 3 Il faut rappeler que M. Aboubacar Amiri, natif de Ndroudé à la Grande-Comores, est l’auteur d’une thèse de doctorat de Mathématiques, spécialité statistique, préparée à l’Université d’Avignon, intitulée « Estimateurs fonctionnels récursifs et leur application à la prévision », soutenue le 06 décembre 2010 et ayant eu la mention très honorable. Maitre de conférence de l’Université de Lille 3, il est membre du laboratoire EQUIPPE – Economie Quantitative Intégration Politiques Econométrie et il a écrit et publié plus d’une douzaine d’articles scientifiques. Sa mission aux Comores s’inscrit dans le cadre du programme franco-comorien de codéveloppement, volet « mobilisation de la diaspora hautement qualifiée en vue du développement de leur pays d’origine » Parallèlement à ses interventions à l’IUT, il travaille pour la mise en place d’une Unité de Recherche en mathématiques statistique et applications et un diplôme de mathématiques codirigé par l’Université de Lille 3 et l’UDC.

Abdou elwahab Msa Bacar

Le retour du Général Salimou

Image

Les partisans du Général Salimou se préparent à aller l’accueillir à l’aéroport de Hahaya aujourd’hui.

Après un exil en France, essentiellement pour des contrôles médicaux, le Général aurait-il obtenu un accord avec le gouvernement ?

Dans un entretien récent, il annonçait que si le gouvernement ne lui redonnait pas toutes les prérogatives qu’il avait avant sa dégradation par le président Sambi, suite aux accusations d’assassinat dont la justice l’a lavé, il allait entrer en politique.

Après son retour à Moroni, il pourrait donc soit retourner à Kandani. Mais c’est une hypothèse très improbable dans la mesure où il est le militaire le plus gradé de l’armée et que cela pourrait créer des problèmes de hiérarchie dans le commandement. De plus, il faut se rappeler que lorsque les militaires aux ordres du président Sambi le pourchassaient, une partie des officiers lui a fermé les portes du camp de Kandani.

Le Général pourrait aussi se lancer en politique. Son enfermement pendant deux ans par les hommes du président Sambi et sa dégradation jugé comme injustifiée lui valent une certaine aura dans les milieux populaires et auprès de certains cadres et intellectuels et par conséquent de certains hommes politiques. Cela d’autant qu’il est d’une région (le Hambuu) où les appétits politiques sont grands puisque plusieurs leaders s’y disputeront prochainement les suffrages des électeurs : le président de l’Assemblée Bourhane, l’ancien gouverneur de Ngazidja, Abdouloihabi et l’ancien président de la République, Azali. Pour ne citer que ceux-là.

Enfin, le Général a peut-être déjà obtenu l’accord du gouvernement pour partir prendre le commandement de la brigade est-africaine de la Force Africaine en Attente (FAA) que les Comores devraient diriger à partir de 2014. En effet, parmi tous les noms cités comme possibles candidats (Mohamed Said Abdallah Mchangama, Houmed Msaidié, Mohamed Dossar), il n’y a que lui qui semble intéressé. Il n’y a que lui aussi qui a la carrière nécessaire… Le Général Salimou et l’enquête (viciée dès le départ) sur l’assassinat du colonel Combo sont un des nombreux fardeaux que l’ex-Président Sambi a laissé sur le dos de son « relais qui rassure » et il est certain que le Président Ikililou éloignerait ainsi un problème grave pour quelques années.

Encore faut-il que les partisans du Général ne réussissent à lui faire croire qu’il peut gagner les élections présidentielles de 2016 et que pour cela il doit s’investir sur place dès maintenant.