Azali

Juwa dénonce un gouvernement « clanique »


ComJuwa180717

Le parti Juwa n’a pas tardé à réagir après son éviction du gouvernement du président Azali. Dans un communiqué publié le 18 juillet, soit un jour après l’annonce du nouveau gouvernement, le parti d’Abdallah Mohamed Ahmed Sambi se place résolument et sans tergiversation dans l’opposition et se pose en rassembleur de « toutes les forces vives patriotiques » (partis et société civile), « au-delà des clivages partisans ou insulaires ».

Le nouveau gouvernement du président Azali est qualifié de « gouvernement clanique » dans ce communiqué. Le parti Juwa fait ainsi expressément référence aux critiques qui ont suivi après l’annonce de ce gouvernement dans lequel, le président a imposé son ancien Ministre des Affaires étrangères, Souef El-Amine qui est également un co-villageois. Il y avait déjà le puissant Secrétaire Général, Idaroussi, son neveu qui est aujourd’hui, pour la première fois de l’histoire de l’Union des Comores, l’équivalent d’un Premier Ministre qui donne des directives aux Ministres et même aux Vice-Présidents. Du coup, les internautes font des décomptes des postes de direction (Douanes, Plan…) qui sont occupés par des proches du Président ou du village de Mitsudje dont le président est originaire.

Le communiqué du Parti Juwa marque la rupture avec le Président Azali, mais il dénonce également la mise en danger de la stabilité et des valeurs démocratiques du pays. Juwa appelle donc à la formation d’un « front républicain ». Reste à savoir si les nombreux partis de l’opposition qui sont depuis six mois dans l’expectative vont suivre ou se maintenir dans une position d’attente qu’Azali veuille bien discuter avec eux, ou encore renforcer celui-ci dans dans sa volonté de réformer la Constitution en utilisant les prochaines Assises Nationales.

Mahmoud Ibrahime

Gouvernement Azali 2. Un mini remaniement

Azali2Qu’ils soient analystes politiques, journalistes ou simple citoyens, les Comoriens étaient impatients tant l’annonce du gouvernement Azali II a poussé le suspens à son comble. Ce retard a ouvert droit à toutes les suppositions surtout lorsque les Comoriens ont constaté la présence du président de l’Union des Comores au concert anniversaire de Salim Ali Amir alors que le pays était sans gouvernement depuis plusieurs heures.

Insouciance ?  La question ne se pose même pas selon l’entourage du président. Il s’agit pour eux, d’une stratégie de communication parfaitement maîtrisée. D’abord annoncé pour dimanche soir, puis pour ce lundi à 16 heures 30, le nouveau gouvernement n’a été dévoilé qu’en début de soirée lundi 17 juillet. Tous ces mystères ont induit plusieurs personnes en erreur. Certains s’attendaient à un remaniement de fond, on s’est retrouvé au final avec un mini remaniement, un remaniement technique qui, à défaut de surprendre a étonné plus d’un tant on s’attendait à un véritable chamboulement.

Au pouvoir depuis plus d’un an, le président Azali et ses ministres peinent à trouver le chemin de l’essor. En reconduisant quasiment les mêmes personnes, les résultats demeureront fatalement les mêmes.

Mêmes recettes, mêmes plats

Les ministères régaliens sont occupés par les mêmes hommes hormis ceux qui étaient occupés par des membres du parti Juwa. Mohamed Daoudou, le sulfureux ministre de l’intérieur, garde le même portefeuille alors que son destin semblait déjà scellé, accusé par un internaute, Moussaoui Saif d’être mêlé à des affaires lourdes de trafic de faux documents. En le reconduisant au ministère de l’Intérieur, Azali lui renouvelle ainsi sa confiance.

Quelques ministres,  sans pour autant quitter le gouvernement, ont été nommés dans d’autres ministères. Salim Mohamed Abderemane, autrefois ministre de la Jeunesse, de l’Emploi, de l’Insertion Professionnelle, de la Culture et des Sports a rejoint le ministère de l’éducation en remplacement du Mitsamihulien Abdou Mhoumadi qui paie la gestion calamiteuse de la grève des enseignants.

Il n’y a de nouveauté dans ce gouvernement qu’aux ministères régaliens de la justice, des affaires étrangères  et au secrétariat  d’état chargé du tourisme et de l’artisanat et à la Jeunesse et Sports. Le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Mahamoud Salim est quasiment un inconnu. Pourtant, cet ancien proche de Mohamed Bacar est passé par la CRC, puis RADHI avant de revenir à la CRC lors des dernières élections présidentielles pour soutenir Azali. Il en est ainsi récompensé.

Le Président Azali se révèle être un nostalgique et un revanchard. Nostalgique, il fait appel à certains de ses anciens acolytes à l’instar de Souef Mohamed El-Amine de la CRC, nommé alors qu’il se trouverait encore aujourd’hui au Mali dans le cadre de ses occupations onusiennes, au ministère des affaires étrangères, de la coopération internationale et de la francophonie. Le départ de tous les ministres Juwa confirme les propos du président de l’Union tenu le 6 juillet 2017. Il promettait en effet de tirer les conséquences de la sortie de Sambi contre la décision de rompre avec le Qatar. Là réside le côté revanchard du président, lisible à la lumière de ce nouveau gouvernement.

Il convient aussi de remarquer, comme l’a noté un facebooker, Hachim Abdou Petit que tous les ministères régaliens sont à présent occupés par des originaires de l’île de Ngazidja. Ce n’est pas de bonne augure.

Un gouvernement règlement de compte

            Pour Juwa, l’annonce du gouvernement Azali II a eu l’effet d’une bombe, un véritable coup de massue. Alors que trois personnalités représentaient le parti de l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi dans l’ancien gouvernement, ils viennent tous d’être éjectés, de Maître Fahami Said Ibrahim (Justice) à Mohamed Bacar Dossar (Affaires étrangères) en passant par Mme Sitti Attoumane (Secrétaire d’Etat chargé du Tourisme et de l’artisanat).

Ainsi prend fin, l’alliance entre Juwa et CRC qui avait largement contribué à l’arrivée d’Azali au pouvoir et qui avait permis l’entrée au gouvernement de membres de Juwa, avec deux ministères régaliens.

Les grands perdants

A l’approche de ce remaniement, Maître Said Larifou avait multiplié les signes de sympathie envers le président. Il s’était montré très favorable à l’émergence et aux Assises Nationales, tout en multipliant les déclarations médiatiques en faveur du président de l’Union. Mais Azali Assoumani, qui n’a sans doute rien oublié des précédentes élections, a choisi de l’écarter.

Par ailleurs, les femmes sont les véritables oubliées des gouvernements Azali. La parité ne semble pas avoir trouver promoteur chez Azali. Avec une seule femme ministre nommée au ministère de la santé, de la solidarité, de la protection sociale et de la promotion du genre. Le docteur Rashid Mohamed Mbaraka Fatma doit panser deux plaies profondes. Celle de Mitsamiouli qui regrettent le départ de Abdou Mhoumadi et celle des femmes comoriennes qui n’ont jamais été mises en avant par les gouvernements successifs du président Azali.

Omar Mirali

Editorial. Comores. Remaniement gouvernemental en faveur du parti présidentiel

SouefElAmineLe Président Azali a rendu public ce lundi 17 juillet la composition de son nouveau gouvernement. Alors que les Comoriens s’attendaient à un vrai changement de gouvernement, le président s’est contenté d’un mini remaniement. En effet, il n’a quasiment fait que remplacer les ministres et secrétaires d’Etat du parti Juwa avec lequel il avait annoncé une rupture dans son discours du 6 juillet, ainsi que le Ministre de l’Education Abdou Mhoumadi qui fait sans doute les frais de la longue grève des enseignants dont la conséquence fait que jusqu’à maintenant les examens de fin d’année n’ont pas commencé.

Le nouveau gouvernement renforce la position du parti CRC, parti présidentiel. Il est surtout marqué par l’arrivée d’un poids lourd de l’entourage du président, originaire du même village que lui : Soeuf El-Amine au poste de Ministre des Relations Extérieures. Il est aussi membre fondateur de la CRC (comme le jeune Mahamoud Salim nommé Ministre de la Jeunesse et des Sports). Si le Ministre précédent, Mohamed Dossar a été presque invisible et son action peu lisible, avec Soeuf El-Amine, qui sans aucun doute bénéficiera de la confiance du président, les choses en seront autrement. L’expérience va s’imposer.

L’autre fait marquant est l’entrée au gouvernement d’une ministre à part entière, puisque dans le précédent gouvernement, il n’y avait que des femmes secrétaires d’état. Là aussi, le président de la république a misé sur l’expérience de puisqu’il a nommé une femme médecin comme Ministre de la Santé : Dr Rashid Mohamed Mbaraka Fatma.

D’autres personnalités marquantes de la scène politique comorienne avaient été pressenties pour entrer dans ce gouvernement et notamment l’ancien Ministre Houmed Msaidié ou l’avocat Saïd Larifou. Ils n’ont pas été retenus pas le président Azali, alors qu’on sentait un rapprochement qu’ils avaient opéré ces derniers temps avec la politique d’Azali Assoumani, le premier en soutenant ouvertement la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar, rupture fortement décriée par l’opinion comorienne et le deuxième en s’engageant (y compris à long terme) sur la question de l’émergence dont le président s’est fait le champion depuis peu de temps.

Quels signes le président Azali entend-il donner avec ce remaniement ? Il est difficile de lire un message clair. Mais, il a signifié aux Comoriens la fin de l’alliance avec le parti Juwa qui lui a permis d’être élu. Il a également montré une volonté de se recentrer sur ses proches, et particulièrement ceux de son parti, la CRC.

Il est également clair qu’il pense continuer à bénéficier de la sollicitude des partis qui sont de fait dans l’opposition et qui se sont faits remarquer ces derniers temps par leur silence. Il espère surtout que les grands leaders de l’échiquier politique qu’il a ignorés à l’occasion de ce remaniement n’iront pas renforcer l’opposition que va sûrement mener le parti Juwa et son président d’honneur Ahmed Sambi, encore assommés par la trahison qu’ils viennent de subir.

Un peu comme son prédécesseur Ikililou Dhoinine, Azali Assoumani pense sans doute manipuler à sa guise les personnalités de l’opposition en leur faisant croire qu’ils seront dans le prochain gouvernement, espérant ainsi qu’ils l’aideront à obtenir ce qu’il veut avec les Assises prévues bientôt et qui doivent aboutir à un changement profond de la Constitution et sans doute mettre fin à la tournante.

Mahmoud Ibrahime

Le nouveau gouvernement Azali

FICHE D’INFORMATIONLE PRESIDENT DE L’UNION,
VU la Constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001, révisée, notamment en son article 16 ;

D E C R E T E :

ARTICLE – 1er : Les Vice-Présidents de l’Union sont chargés respectivement des Ministères ci-après cités :

1.1 Vice-Président chargé du Ministère de l’Economie, de l’Energie, de l’Industrie, de l’Artisanat, du Tourisme, des Investissements, du Secteur Privé et des Affaires Foncières,

Monsieur DJAFFAR AHMED SAID HASSANI

1.2 Vice-Président chargé du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme,

Monsieur MOUSTADROINE ABDOU

1.3 Vice-Président chargé du Ministère des Transports, des Poste et Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC),

Monsieur ABDALLAH SAID SAROUMA

ARTICLE-2 : Sont nommés Ministres, les personnes dont les noms suivent :

2.1. Ministre des Finances et du Budget

Monsieur SAID ALI SAID CHAYHANE

2.2. Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de la Francophonie, Chargé des Comoriens de l’Etranger,

Monsieur Souef MOHAMED EL AMINE

2.3. Ministre de l’Intérieur, de l’Information, de la Décentralisation, chargé des Relations avec les Institutions, Porte-parole du Gouvernement,

Monsieur MOHAMED DAOUDOU

2.4. Ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement et de la Recherche,

Monsieur SALIME MOHAMED ABDEREMANE

2.5 Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, des Affaires Islamiques, des Administrations Publiques et des Droits Humains,

Monsieur MOUSSA MAHOMA

2.6 Ministre de la Santé, de la Solidarité, de la Protection Sociale et de la Promotion du Genre,

Dr RASHID MOHAMED MBARAKA FATMA.

2.7 Ministre de la Jeunesse, des sports, de l’Emploi, de l’Insertion Professionnelle, des Arts et de la Culture,

Monsieur SALIM MAHAMOUD

ARTICLE-3 : Sont nommés Secrétaires d’Etat et participent au Conseil des Ministres pour les affaires relevant de leurs attributions :

3.1 Secrétaire d’Etat chargé du Tourisme et de l’Artisanat auprès du Vice- Président, chargé du Ministère de l’Economie, de l’Energie, de l’Industrie, de l’Artisanat, du Tourisme, des Investissements, du Secteur Privé et des Affaires Foncières,

Monsieur WAHADI MADI

3.2 Secrétaire d’Etat chargé des Transports auprès du Vice-Président chargé du Ministère des Transports, des Poste et Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC),

Monsieur SOULAIMANA KAAMBI

3.3 Secrétaire d’Etat chargé de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme auprès du Vice-Président Chargé du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme,

Monsieur MMADI KAPACHIA

3.4 Secrétaire d’Etat, chargé de la Coopération avec le Monde Arabe, auprès du Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de la Francophonie, chargé des Comoriens de l’Etranger

Dr HAMIDOU KARIHILA

ARTICLE-4 : Le présent décret sera enregistré, publié au Journal Officiel de l’Union des Comores et communiqué partout où besoin sera.

Du serment en politique. La fin de l’idylle entre Azali et Sambi

Éditorial

Du serment en politique

La fin de l’idylle entre Azali et Sambi

 

Au cours de la courte histoire parlementaire des Comores (elle n’a commencé qu’en 1945), il y a eu de nombreux serments sur le Coran, souvent en cachette et souvent trahis.

Le plus célèbre fut le Serment de Sada en 1967 par lequel cinq élus maorais (et derrière eux tout le Mouvement Populaire Mahorais) ont juré de ne jamais se séparer avant d’obtenir la départementalisation. Et chose curieuse, on vit un chrétien, Marcel Henri, à qui le cadi apprenait sur l’instant comment faire les ablutions avant d’entrer dans la Mosquée de Sada et jurer sur le Coran de tenir sa promesse, lui aussi. Et bien sûr, le serment a été rompu puisque le MPM s’est divisé en plusieurs partis avant la départementalisation.

AccordMissiriCes derniers mois, face au spectacle des humiliations subies par les membres du parti Juwa dans le gouvernement du président Azali et leur persistance à demeurer dans une alliance dans laquelle on leur signifiait qu’ils n’avaient rien à y faire, il m’est arrivé de me demander s’il n’y avait pas eu un serment sur le Coran entre le candidat Azali Assoumani et les candidats du parti Juwa, avec le soutien d’Ahmed Sambi. Ma conviction a été confortée après la fameuse interview du Ministre de la Justice, Fahmi Saïd Ibrahim qui déclarait : « Un ministre la boucle ou il part, j’ai décidé de la boucler. » (Al-Watwan n°3073 du 16/12/2016). Ces quelques mots disaient clairement l’impossibilité pour FSI de quitter le gouvernement et donc sa résolution à tout accepter sans broncher.

La confirmation de notre pressentiment est venue d’une interview du journaliste Ortega sur Facebook. Le Coordinateur du parti Juwa à Anjouan, Mahamoud Elarif lui a révélé qu’effectivement l’alliance entre Azali et les candidats de Juwa a été scellée par une lecture du Coran. Cette hésitation, des deux côtés, à assumer l’initiative de rompre prenait enfin un sens. Pourtant chacun sait qu’Azali et FSI (vrai aussi pour Sambi) ont toujours eu des idées diamétralement opposées, la CRC et Juwa n’ont rien en commun, et il faut se rappeler qu’il y a au Palais de Justice une plainte de la CRC contre Sambi et Juwa à propos de la « citoyenneté économique ».

Tout indiquait bien qu’il y avait d’autres raisons que la politique qui faisaient que les ministres Juwa acceptaient de « la boucler ». Fahmi Said Ibrahim qui promettait pendant sa campagne de replacer la justice au centre des préoccupations de l’Etat et de la rendre indépendante a non seulement fermé la bouche, mais aussi les yeux et les oreilles sur des arrestations arbitraires, des libérations sans jugement, des appels d’offre irréguliers et des nominations complaisantes. Le Ministre Dossar a accepté, entre autres, d’assumer la rupture diplomatique avec le Qatar alors que tout le monde sait qu’il est fermement opposé à cette décision, comme son mentor, Sambi.

Sambi, c’est peut-être le seul soutien de l’alliance qui a gardé sa dignité en refusant et en disant à haute voix qu’il n’était pas de l’intérêt des Comores de rompre ses relations diplomatiques si rapidement et si facilement, à la demande d’un pays ami certes, comme s’il s’agissait d’un jeu pour la deuxième fois en une année. Mais, cette franchise a été la goutte de trop dans l’alliance entre Sambi et Azali.

Le discours du président de la République le 6 juillet dernier semble avoir marqué la fin de cette alliance. Dans un paragraphe clef Azali a dit qu’il tirait les conséquences de la sortie médiatique de son allié. Cela indique deux choses, la première c’est qu’après son élection, Azali ne considérait l’alliance avec Juwa ou Sambi que comme la soumission de ceux-ci à sa politique et à sa volonté. Et donc les ministres Juwa n’auraient jamais dû accepter de la boucler et subir des humiliations. La deuxième c’est qu’il considère que si les « partenaires » ne suivent pas ses décisions unilatérales c’est qu’ils rompent l’alliance.

Le Président Azali cherchait l’occasion de bouter les ministres Juwa hors du gouvernement, avec la déclaration de Sambi sur le Qatar, il s’est senti libéré du serment fait sur le Coran.

Tout serment en politique, même sur le Coran, même sur la tombe des ancêtres (qu’on devrait laisser en paix, au lieu de les mêler aux combinazione politiques) est voué à être rompu par les aléas et les stratégies.

Mahmoud Ibrahime

Assemblée Générale du Parti Juwa : une alliance avec Azali insatisfaisante

Le Parti Juwa a réuni ses cadres dans une Assemblée Générale extraordinaire à Mutsamudu ce 14 juillet 2017 pour un travail en ateliers. Les objectifs de cette AG semblent être l’organisation du parti et les questions nationales, notamment les relations avec le parti CRC et le président Azali.

ComJuwa140717Au niveau interne, les cadres ont fixé aux 16 et 17 septembre 2017 le prochain Congrès du Parti qui devra élire les nouveaux dirigeants et sans doute mettre fin aux ambiguïtés créées par la fronde du Dr Sounhadj (et de certains cadres qui lui sont proches). Celui-ci ayant assigné son parti en justice après avoir été démis de ses fonctions de Secrétaire Général adjoint et de chargé de l’organisation du Congrès.

Sur le plan national, dans le communiqué issu de cette AG extraordinaire, le parti Juwa réaffirme son « association avec le pouvoir dirigé par le Président de la République, Azali Assoumani sur la base de la plateforme d’alliance politique signée le 26 mars 2016 ». Ainsi les cadres de Juwa précisent ce qu’ils affirment depuis un moment : il n’y a aucune alliance entre Juwa et CRC, c’est une alliance avec le Président Azali. Mais, la formulation reste encore ambigue dans le sens où ils disaient jusqu’ici que le parti ne s’est jamais engagé dans cette alliance, qu’il s’agissait d’une alliance entre leurs candidats (essentiellement l’actuel Ministre de la Justice Fahmi Said Ibrahim et le Gouverneur Abdou Salami Abdou) et le candidat Azali. Le Secrétaire Général, Ibrahim Soulé l’a encore confirmé pendant la conférence de presse qui a suivi l’AG, indiquant que le parti qu’il représentait n’avait jamais signé d’accord ni avec Azali ni avec la CRC. On se rappelle d’ailleurs qu’au moment de la signature de cette alliance au stade Missiri, Ibrahim Soulé et des cadres du parti avaient sorti un communiqué disant explicitement que cette alliance n’engageait pas leur parti. Le Secrétaire Général lui-même avait appelé à voter pour Mouigni Baraka.

Pourtant, le communiqué issu de cette AG extraordinaire indique que « le parti Juwa regrette le non respect de cette plateforme d’alliance par notre partenaire ». Il semble que le parti ne sait plus sur quel pied danser à propos de cette alliance dans laquelle il n’a plus aucune prise. Ou alors, il y a deux thèses à la tête du parti Juwa : ceux qui considèrent que l’alliance faite par les candidats les engagent et ceux qui pensent que l’alliance n’a rien à voir avec le parti.

L’autre préoccupation nationale du parti Juwa est la tenue des Assises proposées par le Mouvement du 11 août depuis 2015. Le parti indique qu’il est prêt à prendre part au bilan qui doit être fait sur la gestion de l’indépendance depuis 42 ans, mais, il dénonce toute tentative de récupération du mouvement. Juwa fait-il ici allusion au soutien que le Président Azali vient d’accorder à ce mouvement ? Le parti Juwa met également en garde contre toute tentative de remise en cause de deux points qui ont été à la base de l’Union des Comores : l’autonomie des îles et la tournante.

Il est à noter que les Ministres et Secrétaires d’État du parti Juwa n’étaient pas présents à l’AG, ainsi que le Dr Sounhadj, conseiller du président Azali, exclu du parti et qui n’a toujours pas encore eu recours aux modalités prévues pour contester cette exclusion.

Mahmoud Ibrahime

 

L’honneur perdu du colonel Azali

Azali-Assoumani_0Puisque pendant cette période électorale, certains patriotes, semblent être devenus amnésiques et prétendent que tout patriote devrait être aujourd’hui derrière la candidature du colonel Azali Assoumani, il paraît important de rappeler quelques faits qui montrent que cet homme a déjà été jugé et condamné par l’histoire. Le colonel Azali Assoumani a définitivement perdu son honneur en tant que militaire, en tant que musulman, en tant que chef de parti et en tant que Président de la République.

  1. L’exposition du cadavre d’Apache (1992)

En septembre 1992, c’est le chef de bataillon Azali Assoumani qui donne l’ordre d’attaquer au lance rocket un ancien militaire français d’origine comorienne, Ahmed Abdallah dit Apache, originaire de Foumbouni, accusé de tentative de coup d’État, réfugié dans une maison. Après l’assaut, le corps d’Apache est sorti des décombres, posé sur le capot d’un véhicule militaire pour faire le tour de Moroni. Passons sur les aspects militaires de cette affaire, bien que certains aient affirmé que l’homme était pris et qu’il n’y avait pas besoin de le tuer. Mais, comment un musulman peut-il accepter l’exposition du cadavre d’un être humain ? Le chef de bataillon Azali Assoumani l’a accepté. Pourtant, même Bob Denard après l’assassinat d’Ali Soilihi a enveloppé le corps de celui-ci et est allé personnellement le remettre à sa famille.

  1. La fuite à l’Ambassade de France (1995)

Trois ans plus tard, le colonel Azali, alors chef d’Etat-major devait montrer ses capacités physiques lors d’un coup d’État contre les Comores. Au lieu de cela, il a fuit laissant des lieutenants sous le feu des mercenaires.

En effet, en septembre 1995, la France a décidé de se débarrasser du Président Djohar et elle envoie Bob Denard et ses hommes. Tandis que des jeunes lieutenants résistent au débarquement des mercenaires, le colonel Azali n’a rien trouvé de mieux que d’aller se cacher à l’Ambassade de France, c’est-à-dire le pays qui a envoyé les mercenaires. Et c’est cet homme, qui a montré à ce moment là où étaient ses intérêts que certains veulent donner le titre de patriote. On aura tout vu dans ce pays.

  1. Les exactions contre les Anjouanais

En avril 1999, des éléments contrôlés poussent des Anjouanais (certains jouent le jeu parfaitement préparé) vers le port de Moroni pour un départ vers Anjouan. D’autres sont pris à partie, humiliés dans la capitale. Dans quel but ? Celui de créer les conditions pour une prise du pouvoir par le colonel Azali. Le Premier Ministre, feu Abbas Djoussouf a raconté après le coup d’État de 1999 qu’il a appelé le chef d’Etat-major Azali Assoumani devant l’Ambassadeur de France pour lui demander de faire cesser ces exactions. Il a tout simplement refusé. Plus tard, ses partisans développeront la thèse de l’interposition de l’armée pour éviter la catastrophe, mais tout indique que le chahut a été crée contre les Anjouanais afin de justifier le coup d’État.

  1. Le putschiste

Le 29 avril 1999, c’est le même colonel Azali Assoumani qui prend les armes contre la République, déjà affaiblie par le séparatisme. Il n’hésite pas à marcher sur la Constitution du pays et à suspendre toutes les institutions. Il promet qu’au bout d’un an, il remet tout en place et retourne dans sa caserne. Mensonge ! Au bout d’un an, il a amplifié la crise séparatiste et n’a pas voulu quitter le pouvoir, mais au contraire a tout organisé pour y rester.

  1. La collaboration avec les séparatistes

Alors qu’il a présenté son coup d’État comme la solution qui devait résoudre la crise séparatiste, le colonel Azali l’a renforcée en appuyant à coup de mallettes d’argent le régime de Mohamed Bacar qui était moribond après plusieurs mois d’un embargo décidé par l’Union africaine.

  1. Le déni de justice

Le régime du colonel Azali s’est caractérisé par l’absence de justice. Un exemple reste dans la mémoire collective : la destruction des maisons de certains particuliers (alors que celles des proches du régime n’étaient pas touchées) sans aucune forme de jugement.

  1. Le déni du droit de vote de la diaspora

Dès le coup d’État de 1999, la diaspora dans sa grande majorité a rejeté le régime du colonel Azali. Lorsque celui-ci s’est rendu en France pour une opération de séduction, les Marseillais l’ont chassé de la salle et il a dû se contenter des notables pour s’adresser aux Parisiens. Le colonel a fait payer à la diaspora cette recherche de la démocratie puisqu’il va s’opposer à la mise en place concrète du vote de la diaspora telle qu’il se trouvait inscrit dans la loi électorale de 2005.

  1. La question de Mayotte

Pour qui suit l’évolution de la question de Mayotte, la période de la présidence Azali est celle qui a posé les bases de la départementalisation qui allait se réaliser sous la présidence d’Ahmed Sambi en 2009. Le pacte fait avec la diplomatie française de ne plus évoquer la question de Mayotte a permis à celle-ci de préparer tranquillement le référendum sur Mayotte dès 2002.

  1. La trahison de ces lieutenants

Le colonel Azali a également perdu son honneur en faisant un pacte avec Sambi pour se protéger alors que ce dernier envoyait en prison tous les collaborateurs du colonel pour décapiter l’opposition en 2007. Et effectivement, pendant toute la période de la présidence Sambi, Azali restera silencieux et n’aura aucune compassion pour aucun de ses compagnons arrêtés par Sambi.

  1. Le putsch dans son propre parti par refus de la démocratie

Alors qu’il avait disparu de la scène politique, laissant Houmed Msaidié structurer et maintenir le parti comme principal parti d’opposition à Sambi, à l’approche des primaires de Ngazidja, le colonel Azali revient dans le parti, fait un putsch (il n’a pas perdu ses mauvaises habitudes) et s’impose comme candidat naturel car il savait qu’il allait perdre dans des primaires organisées d’une manière démocratique comme l’avait prévu le SG de l’époque.

 

Et c’est cet homme là que certains voudraient nous présenter comme un Républicain, un homme qui a déjà pris les armes contre la République, un homme qui a perdu son honneur en fuyant alors que son pays était attaqué. Ce sera sans moi. Que chacun défende son poulain mais que certains n’essayent pas de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Mahmoud Ibrahime

 

Que reste-t-il du parti Juwa ?

Depuis l’alliance entre les candidats de Juwa (Mohamed Dossar au nom de Fahmi Saïd Ibrahim et Abdou Salam, candidat Juwa au gouvernorat d’Anjouan) et le candidat CRC à la présidence (Azali Assoumani), le processus de décomposition du parti d’Ahmed Sambi s’est accéléré.

Avant même cette signature, vingt coordinateurs communaux avaient annoncé leur ralliement à la candidature de Mouigni Baraka. L’ancien Ministre des Affaires étrangères, Ahmed Jaffar lui aussi avait annoncé qu’il quittait le parti pour rejoindre l’équipe de Mohamed Ali Soilihi (Mamadou).

Quelques heures après cette signature, une partie du Bureau National, conduit par le Secrétaire Général du parti, le député de Moroni Ibrahim Mohamed Soulé et Ahmed Barwane (tête de liste Juwa à Moroni aux dernières élections) rejoignaient le candidat Mouigni Baraka.

Après l’annonce de Sambi de son alliance avec Azali, le processus a pris la vitesse supérieure, passant des états majors à la rue. Dans des réunions spontanées à Moroni, la communauté anjouanaise, qui est la base de l’électorat sambiste dans la capitale, a annoncé que cette fois elle ne suivrait pas Sambi dans l’alliance avec Azali, après l’avoir suivi dans l’intronisation sans discussion de Fahmi Saïd Ibrahim comme candidat du parti Juwa. Pour cette communauté, Azali est l’homme qui a provoqué les exactions contre les Anjouanais de Moroni en 1999 pour justifier sa prise du pouvoir par un coup d’Etat.

Ce dimanche 3 avril, deux autres ténors du parti ont officialisé leur ralliement à la candidature de Mamadou : Ibrahima Sidi, membre du Bureau National, qui était le Vice-Président de Sambi dans sa tentative malheureuse de se présenter aux présidentielles de 2016 et Mohamed Djaffar, ancien Ministre de la Justice de Sambi et ancien député de la région Mbude-Mitsamihuli.

Que reste-t-il encore du Juwa ? Face à cette décomposition, les fidèles de Sambi (comme les proches d’Azali) ont deux explications toutes faites qu’ils répètent sur les réseaux sociaux depuis une semaine, tels les disciples de Coué ou des personnages de Kassovitz (« Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien. Mais l’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage »). L’une c’est que tous ces gens ne valent rien dans le parti, il n’y a que Sambi qui est important. L’autre, résumé par un des fidèles de Sambi, Paul-Charles Delapeyre, qui n’est arrivé auprès de Sambi qu’il y a un an, après l’avoir vilipendé pendant des années, c’est qu’il faut couper les branches « pourries » pour que l’arbre pousse mieux et donne de plus beaux fruits. Les intéressés apprécieront, mais il faut tout de même comprendre que d’une part, ce n’est pas Sambi qui fait le ménage dans son arbre mais ses lieutenants qui le quittent et d’autre part, si Barwane, Sidi ou même Ibrahim Soulé, comme Paul-Charles Delapeyre, ne sont que des branches, dans le sens où ils ont tous rejoint l’arbre sambiste bien après sa plantation, Ahmed Jaffar (Mutsamudu) ou Mohamed Djaffar (Mitsamihuli), tous deux cousins de Sambi, ne sont pas des branches, ce sont des racines du sambisme. Ils étaient avec lui avant sa candidature en 2006, ils ont préparé cette candidature, ont fait campagne et ont gagné avec le chef. Ils ont été récompensés par des postes prestigieux (MIREX et Justice).

Au rythme où vont les choses, il se pourrait que le candidat Azali Assoumani se réveille le 11 avril en s’aperçevant qu’on lui a vendu un arbre qui ne pouvait plus donner de fruits car il n’avait plus ni ses racines ni ses branches les plus solides. Juste un tronc vide.

Certains membres de la CRC avaient donné le parti Juwa comme mort après les dernières législatives et les dissensions qui commençaient à apparaître. La désignation, de par le bon vouloir du chef, d’un candidat en dehors du parti, Fahmi Saïd Ibrahim avait accéléré la crise, l’alliance avec Azali pourrait bien achever Juwa.

Mais, la CRC elle-même n’est pas épargnée par un début de décomposition. Il se murmure que le Secrétaire Général, Karihila, qui a parcouru de nombreux pays arabes pour chercher des fonds pour la campagne d’Azali en disant qu’il était le seul à pouvoir combattre le shi’isme, voit d’un mauvais oeil l’alliance entre Sambi et Azali. Il se pourrait qu’il quitte le bateau avant la fin de la campagne, d’autant que Azali n’a pas soutenu comme il fallait sa candidature au gouvernorat de Ngazidja, acceptant la concurrence d’un autre membre du parti, Maoulana, qui l’a privé de l’accès au deuxième tour.

Mahmoud Ibrahime

L’alliance Sambi-CRC : un coup d’épée dans l’eau

Houmed010416L’alliance autour de Mohamed Ali Soilihi a tenu à rassurer l’opinion et ses partisans mais aussi à analyser le rapprochement entre Sambi et la Crc au cours d’un point de presse organisé en début de soirée au quartier général de Houmed Msaidié.

« Cette alliance est pour nous une victoire déclare Houmed Msaidié, vice-président de Mohamed Ali Soilihi. Une victoire dans le sens où ceux qui refusaient les résultats du scrutin ont fini par se rendre compte qu’il n’y a eu aucune fraude et que tout a été transparent. Aujourd’hui ils ont enfin décidé de mettre de côté le Mouvement Narawazé et nous les remercions d’avoir reconnu leur défaite. Sambi et les siens veulent mettre en place une guerre psychologique surtout dans les médias et cela ne nous fait pas peur. »

Pour Houmed Msaidié, cette alliance n’est pas synonyme de victoire « nous connaissons le poids de Sambi » mais il a parcouru les îles avec ses candidats or aujourd’hui Fahmi n’est plus dans la course et Salami n’a eu que 36% à Anjouan. Aujourd’hui, le président Sambi, a parlé en son nom car « conscient de la dislocation du Juwa. Beaucoup de cadors ayant un poids électoral ont rejoint notre camp ». En plus de cela, beaucoup de partisans sont déçus de la tournure des événements et ils n’ont pas apprécié cette initiative de Sambi de se détourner du mouvement Narawaze. Tout cela montre encore une fois que cette alliance Sambi-Crc est un coup d’épée dans l’eau. Et pour ceux qui disent que si la victoire leur échappe c’est parce que les votes sont truqués, « je tiens à leur rappeler qu’en acceptant de signer la convention relative à ce deuxième tour avec toutes les dispositions prises pour sécuriser les élections, ils devront accepter la défaite le moment venu ».

Présent au point de presse comme Saïd Larifou, Bourhane Hamidou ou encore Dia, Mohamed Abdoulwahab ancien gouverneur de l’île de Ngazidja, en parlant de la cérémonie d’alliance Juwa-Crc, a insisté sur le fait que « ce qu’ils voulaient être un grand événement n’en est pas un. C’est un petit événement ». Pour lui, tous les préparatifs et les dispositions pris pour célébrer cet « événement » ont échoué car bien en deçà de leurs attentes. « Nous sommes sereins car c’est Sambi qui s’est allié avec la Crc. Le Juwa lui, ne l’a pas suivi d’où son refus de parler au nom du Juwa tout au long de son discours ». Quant au fait, que l’ex président critique le score de 17% de Mohamed Ali Soilihi, Mohamed Abdoulwahab a tenu à lui rappeler qu’à son « époque, Sambi n’avait eu que 23% sur 9 candidats lors des primaires à Anjouan, donc les 17% de Mamadou sur 25 candidats représentent un très bon score ». En plus de cela, ce score reflète le jeu démocratique et le respect de la valeur de ces élections « si Mamadou avait eu 51% sur 25 candidats, là ça aurait voulu dire qu’il y a eu de la triche ».

Pour lui, la démagogie de Sambi n’a plus aucun effet car le peuple ne vote plus des paroles mais des actions. Et l’alliance des deux ex présidents ne représente pas grand-chose, « aussi, ces deux là ambitionnent de prendre le pouvoir et non l’intérêt de la Nation comme ils le disent, sinon comment comprendre qu’hier ils ne voulaient pas se croiser et qu’aujourd’hui ils deviennent alliés ? C’est pour simplement pouvoir se passer tranquillement le pouvoir en 2021 mais malheureusement pour eux, le peuple n’est pas dupe » affirme l’ancien gouverneur. Arguant que Sambi et Azali sont des adeptes de N. Machiavel et que pour eux « tous les moyens sont bons pour atteindre le pouvoir ». Et ils veulent créer un précédent dans ce pays « revenir au pouvoir après avoir anéanti et fait sombrer le pays ».

Ali Ahmed Papa (Moroni)

Le candidat Azali Assoumani est accusé de tentative de corruption par l’avocat Said Larifou

Azali-SalamiDepuis mardi, au cours d’une conférence de presse, celui qui est arrivé cinquième aux primaires des présidentielles comoriennes, l’avocat Saïd Larifou a déclaré que le colonel Azali a tenté de le corrompre pour le récupérer dans son camp. Il a affirmé : « Moi, je vous confirme qu’il a voulu me corrompre, il a même avancé le montant de 20 millions, j’ai été énervé. J’ai immédiatement quitté les discussions car j’ai estimé que c’était de l’insolence ».

Depuis mardi, on s’attendait à une réaction, voire à une tentative de négation de la part du colonel ou de ses équipes de campagnes, à Moroni ou à Paris. Mais, depuis, il n’y a eu aucune réaction officielle de leur part et cela tend à accréditer ces affirmations, d’autant que l’avocat a laissé entendre qu’il pourrait porter plainte pour tentative de corruption.

Cette révélation de Saïd Larifou montre que le candidat à la présidence est prêt à tout pour faire des alliances et s’attirer certaines personnalités. Arrivé en troisième position des primaires, avec un candidat au gouvernorat à Anjouan qui n’a fait que près de 3%, il est obligé de trouver des alliances et il y mettra tous les moyens possibles.

On en revient à une interrogation sur la situation d’Anjouan. On a vu, il y a quelques jours que le colonel Azali a signé avec les candidats Juwa (Fahmi Said Ibrahim par l’intermédiaire de Mohamed Dossar) et Abdou Salami Abdou essentiellement, un pacte qui a été immédiatement dénoncé par les instances dirigeantes  du parti Juwa (qui était aujourd’hui en meeting à Domoni avec le candidat Mouigni Baraka). Dans un contexte où le candidat de la CRC au gouvernorat d’Anjouan n’a obtenu que 3%, plusieurs observateurs de la vie politique comorienne s’était demandé quelle était la motivation d’Abdou Salami ou même de Mahamoud El Arif (qui a été le maître d’oeuvre de cette alliance) dans une telle alliance. Qu’est-ce que la CRC d’Azali pouvait leur apporter.

Les résultats des urnes montraient qu’ils ne pouvaient rien apporter à Juwa et Abdou Salami. Les révélations de Saïd Larifou montrent qu’il pouvait y avoir d’autres motivations.

Mahmoud Ibrahime