kwassa

Un kwasa a encore échoué entre Anjouan et Mayotte, 35 morts.

Un kwasa a encore échoué entre Anjouan et Mayotte, 35 morts.

Le peuple comorien était de nouveau en deuil le 13 mai dernier. Un kwasa-kwasa transportant 45 passagers, parti d’Anjouan vers Mayotte, a échoué en pleine mer. On comptabilise 35 disparus (morts) et 10 personne seulement ont été repêchés. Ce serait un membre de la famille d’une des victimes qui aurait informé les services de la police française du naufrage de cette embarcation.

Selon le journal France-Mayotte matin, l’embarcation a été bien vue par les radars français, seulement, comme elle n’était pas encore dans les eaux jugées françaises, ils ont décidé de ne pas intervenir directement, mais ont quand-même informé les autorités comoriennes.

Les Comoriens sont tristes et pleurent leurs enfants qui périssent régulièrement dans ce bras de mer pour tenter d’entrer à Mayotte en échappant à la police française. Ce drame se produit après celui qui est survenu la nuit du dimanche 9 au lundi 10 février 2014 qui a fait 6 morts (et un disparu), tous enterrés au cimetière de Mtsaperé.

Depuis 1994, nous comptabilisons 20 ans de souffrances, 20 ans de deuils répétitifs, 20 ans de douleurs. Les cœurs de tous les Comoriens saignent. Ce sont, à chaque fois, des hommes et des femmes jeunes qui meurent.

Qu’est-ce qui est le plus important pour un dirigeant que de défendre son peuple ? Si on continue à ignorer cette question capitale, celle de la disparition massive et brutale de beaucoup de nos compatriotes, comment sera l’avenir de notre pays ? Il est temps de réagir pour arrêter ces drames, car ce sont les enfants de notre patrie qui meurent pour tenter une meilleure vie de l’autre côté parce que dans les trois îles indépendantes la vie est difficile.

   Abdourahim Bacari