Mouigni

Le candidat Azali Assoumani est accusé de tentative de corruption par l’avocat Said Larifou

Azali-SalamiDepuis mardi, au cours d’une conférence de presse, celui qui est arrivé cinquième aux primaires des présidentielles comoriennes, l’avocat Saïd Larifou a déclaré que le colonel Azali a tenté de le corrompre pour le récupérer dans son camp. Il a affirmé : « Moi, je vous confirme qu’il a voulu me corrompre, il a même avancé le montant de 20 millions, j’ai été énervé. J’ai immédiatement quitté les discussions car j’ai estimé que c’était de l’insolence ».

Depuis mardi, on s’attendait à une réaction, voire à une tentative de négation de la part du colonel ou de ses équipes de campagnes, à Moroni ou à Paris. Mais, depuis, il n’y a eu aucune réaction officielle de leur part et cela tend à accréditer ces affirmations, d’autant que l’avocat a laissé entendre qu’il pourrait porter plainte pour tentative de corruption.

Cette révélation de Saïd Larifou montre que le candidat à la présidence est prêt à tout pour faire des alliances et s’attirer certaines personnalités. Arrivé en troisième position des primaires, avec un candidat au gouvernorat à Anjouan qui n’a fait que près de 3%, il est obligé de trouver des alliances et il y mettra tous les moyens possibles.

On en revient à une interrogation sur la situation d’Anjouan. On a vu, il y a quelques jours que le colonel Azali a signé avec les candidats Juwa (Fahmi Said Ibrahim par l’intermédiaire de Mohamed Dossar) et Abdou Salami Abdou essentiellement, un pacte qui a été immédiatement dénoncé par les instances dirigeantes  du parti Juwa (qui était aujourd’hui en meeting à Domoni avec le candidat Mouigni Baraka). Dans un contexte où le candidat de la CRC au gouvernorat d’Anjouan n’a obtenu que 3%, plusieurs observateurs de la vie politique comorienne s’était demandé quelle était la motivation d’Abdou Salami ou même de Mahamoud El Arif (qui a été le maître d’oeuvre de cette alliance) dans une telle alliance. Qu’est-ce que la CRC d’Azali pouvait leur apporter.

Les résultats des urnes montraient qu’ils ne pouvaient rien apporter à Juwa et Abdou Salami. Les révélations de Saïd Larifou montrent qu’il pouvait y avoir d’autres motivations.

Mahmoud Ibrahime

Sacré Iki !

ikililouUn ami poche de Hamada Madi Boléro décrivait récemment le Directeur de Cabinet du Président de la République comme un fusible pour le président Ikililou Dhoinine. Il n’avait pas tort. Mais, depuis un certain temps, tous les groupes concurrents au sein du pouvoir actuel, servent ou ont servi de rempart au chef de l’État. En a-t-il vraiment besoin ?

On peut ainsi distinguer autour d’Ikililou Dhoinine quatre murs, constitués d’hommes et femmes aux intérêts divergents.

Le premier est celui du tout puissant Vice-Président, chargé des Finances Mohamed Ali Soilihi dit Mamadou. Dans ce groupe, les personnalités les plus en vue sont un autre Vice-Président, Nourdine Bourhane et le Directeur du Port, Mohamed Djaanfari. Tous deux sont en concurrence soit pour devenir Vice-Président de Mamadou, s’il est candidat en 2016, soit pour être candidat eux-mêmes au gouvernorat d’Anjouan.

Le deuxième mur est celui de Mouigni Baraka, Gouverneur de Ngazidja et les ténors du Rassemblement Démocratique des Comores (RDC) dont le Secrétaire Général, Djaé Ahamada, vice-président de l’Assemblée de l’Union sortante.

Le troisième mur a souvent été évoqué par les médias et l’opinion publique, c’est celui formé par Mme Ikililou et le directeur de Cabinet du président, Hamada Madi Boléro. Comme souvent, l’opinion publique aime à croire que les erreurs politiques d’un président sont imputables à la domination de sa femme. Mme Ikililou n’a pas dérogé à la règle, ce qui ne semble pas trop gêner son président de mari.

La quatrième façade protectrice du président est constituée par le Ministre de l’Education Nationale, celui des Relations Extérieures, El-Anrif Saïd Hassane, ceux qu’on appelle les « Guinéens », les « Pharmaciens » et une frange du parti islamiste, Front National pour la Justice, autour de Madi Ali, conseiller privé du Président.

La préparation des élections législatives a révélé les luttes intestines entre ces quatre groupes. Le Présidet Ikililou s’est mis clairement du côté du quatrième groupe au détriment des trois autres. Dans ce choix, les premiers vainqueurs sont les « bébés ministres », Abdoulkarim et El-Anrif. Tous les deux seront les candidats du président, dotés de tous les moyens possibles pour espérer l’emporter, le premier dans le Mitsamihuli-Mboudé où il aura en face de lui, Fundi Hadji, le candidat du parti RADHI, et le second dans le Mbadjini où il est en passe de conclure une alliance avec Abdou Soefo et le même parti RADHI.

Le président Ikililou ne s’est pas contenté d’appuyer ce groupe, il lui a offert la quasi totalité des candidatures du pouvoir aux prochaines législatives. Mamadou et Mougni Baraka se retrouvent marri. L’un et l’autre doivent revoir leurs ambitions. Mamadou doit se contenter d’un candidat dans le Hamahame, Mouigni n’aura sans doute que la candidature de Djaé Ahamada dans le Washili-Dimani.

Il semble que dans le camp du pouvoir, l’entente soit devenu un marché de dupe, dans lequel le président Ikililou a imposé tous ses candidats aux dépens de ses alliés. Dans l’Itsandra, ce sera le « Guinéen » Idarous, à Moroni, ce sera le directeur de l’Aéroport, Omar Mohamed.

A Mwali, il a trouvé un terrain d’entente avec le Gouverneur Mohamed Ali Said.

A Anjouan, il a profité de la rupture entre le Parti Juwa et le Gouverneur Anissi pour se rapprocher de ce dernier.

Ainsi, ce président souvent décrit comme naïf, débonnaire et présenté comme étant sous la coupe de sa femme, se révèle sous les traits du Prince de Machiavel, habile et tacticien deux ans avant la fin de son mandat. Une de ses dernières trouvailles est de chercher à donner une épaisseur au transparent ministre des Affaires Etrangères pour espérer l’imposer comme candidat aux présidentielles de 2016.

Ahmed Ali Bacar

Pourquoi ce sont toujours les mêmes qui dirigent notre pays ?

Pourquoi ce sont toujours les mêmes qui dirigent notre pays ?

On nous dit que Mouigni Baraka, Gouverneur de Ngazidja, compte aller effectuer une tournée en France avec une délégation (comme d’habitude) afin de faire la présentation de son tout nouveau Parti (RDC), créé après la rupture avec ses compagnons du Parti Orange.

Nous sommes nombreux à écrire et à dénoncer, via les réseaux sociaux, les pratiques irresponsables de ceux qui dirigent notre pays et ceux qui veulent, après un passage à Beit-Salam, y revenir pour finir le désordre qu’ils ont, sans état d’âme, légué à notre jeune nation. En lisant chaque intervention de chacun de nous, quel que soit le bord politique, mis à part celles et ceux qui sont hantés par l’ombre et les mensonges de Sambi et Azali, nous pouvons, sans nulle doute, dire que nous avons diagnostiqué les véritables maux qui rongent notre pays.

Personne n’ignore le sérieux problème qui frappe le pays depuis son accession à l’indépendance. Dans nos divers articles, nous regrettons souvent le Mongozi ALI SOILIHI MTSASHIWA, seul dirigeant qui a cru aux capacités de notre pays, en sa politique, et qui a su implanter au peuple comorien la culture du travail dans l’honnêteté. Il est le seul de nos dirigeants qui a compris que le développement de notre pays dépend d’abord des Comoriens eux-même avant les accords de coopération. Le seul qui a su montrer aux Comoriens qu’un pays ne se développe jamais dans la mendicité et que le comorien doit se mettre au travail pour avoir un avenir meilleur. Une philosophie très rapidement abandonnée par ses successeurs qui sont désormais, devenus nos bourreaux après sa mort tragique et brutale.

Ali Soilihi Mtsachiwa, révolutionnaire comorien

Ali Soilihi Mtsachiwa, révolutionnaire comorien

Durant la période révolutionnaire, le Mongozi a dénoncé les pratiques contraire aux valeurs musulmanes et républicaines, telles que le détournement des deniers publics, la corruption, l’injustice sociale, l’ingérence du Président de la République et des membres de son gouvernement dans les affaires de la justice. Personne ne pouvait échapper à la justice. Quand il nous parlait de « wu sawa wa maesha » (littéralement « l’égalité de vie »), c’est qu’il croyait fort bien en ces mots. Je ne pense pas qu’il parlait de salaire égal. Il insistait beaucoup sur ces mots pour avertir certains de nos compatriotes qui se prennent pour des personnes intouchables et non justiciables qu’elles seraient traduites en justice s’ils enfreignaient les règles imposées par la République.

Les éloges sur Mongozi sont justifiés par ses actes. L’homme qui a pu mettre paroles et actes en conformité. L’homme qui s’est respecté et a respecté le poste qu’il occupait. L’homme qui était viscéralement attaché aux valeurs républicaines. L’homme qui a su résister aux chantages de ses adversaires politiques et notables conservateurs. L’homme qui a montré que l’Etat est encore plus fort que l’intransigeance de quiconque. L’homme qui a pu résister aux démagogies et coups-bas du colonisateur dans le soucis de l’intérêt général. L’homme qui a eu le geste le plus fort, le plus grand geste pour défendre l’unité et l’intégrité territoriale de notre pays. Il a organisé et participé à « la marche rose » sur Mayotte en 1976, et il a introduit « la question de l’île comorienne de Mayotte » aux Nations Unies. Il n’était pas un prophète notre Mongozi, il a eu quelques dérives, mais qui n’ont certainement pas nui à l’économie de notre pays.

Ce sont ces valeurs que nous continuons à défendre jusqu’au jour d’aujourd’hui. Pas de justice, pas de démocratie véritable, au final, nous nous trouvons toujours dirigés par les mêmes. Comment une réelle justice peut faire émerger des nouveaux dirigeants, honnêtes pour les Comores ? La justice est toujours demeurée le fer de lance pour tout pays qui opte pour l’égalité. Sans une justice véritable, les plus forts, favorisés par le système injuste qu’ils ont eux-même établi continueront à massacrer celles et ceux qui ont été affaiblis par le même système.

Dans notre pays on ne juge jamais ceux qui ont plongé la nation dans l’impasse. Ils ont vidé les caisses de l’Etat pour corrompre une énième fois la population, pour un éventuel retour aux affaires de l’Etat. Le pouvoir les transforme et les démasque pour afficher leur vrai visage qui n’est autre que celui du corrompu. Par leur détournement des deniers publics, ils affament le peuple, ils le divisent en injectant de l’argent sale par-ci et par-là pour se redonner l’image de dirigeants politiques parfaits soucieux du développement du pays. Des pratiques contraires à la République.

Nous le constatons depuis un moment, ce sont toujours les mêmes, les plus riches ou bien ceux qui se servent de l’argent du contribuable qui remportent les élections. Est-il normal d’accepter de telles pratiques détestables ? En 1990, le Parti UDZIMA s’est servi du pouvoir pour faire passer SAÏD MOHAMED DJOHAR au détriment de MOHAMED TAKI ABOULKARIM. AZALI ASSOUMANI à son tour, s’en est servi en 2002 contre SAÏD ALI KAMAL et MAHMOUD MRADABI. Qui n’est pas au courant des tricheries et de tripatouillages de MOHAMED ABDALLAH MOHAMED SAMBI pour la présidence d’IKILILOU DHOININE? Il a usé de son pouvoir de président de la République, pour le faire élire. Il l’aurait lui-même avoué selon le fameux ARM. MOHAMED DAOUD alias KIKI de la République et MOUIGNI BARAKA eux-mêmes ont usé de leur pouvoir et de l’argent du contribuable également pour arriver à la tête de Ngazidja. De même pour ANISSI CHAMSOUDINE, SAMBI l’a placé comme il l’a fait pour IKILILOU.

On en conclut que sans argent, quelles que soient les idées et projets que l’on peut avoir, jamais on ne peut arriver au pouvoir si le système reste le même.

MOUIGNI BARAKA entend user des mêmes méthodes pour 2016. Là encore, il commence par une tournée. Il viendra avec des notables dont les billets et l’argent de poche seront payés par les contribuables. Nous nous rappelons encore des assises organisées à Dunkerque. Le gouverneur est venu en France avec une délégation de plus de 30 personnes, en ayant pris en charge leurs billets et le coût de leur séjour. Et cela alors qu’un mois auparavant, la ville de Vouvouni (région de Bambao) avait besoin de soutien financier et moral non négligeable suite aux inondations. Nous étions nombreux à signer la pétition contre ces assises qui n’ont rien apporté à l’île dont il est gouverneur depuis 4 ans maintenant.

Ces pratiques injustes et détestables, contraires aux valeurs de la République offrent désormais à notre pays des irresponsables pour nous diriger. Les bonnes idées et les meilleurs projets pour le développement du pays deviennent de plus en plus rares au profit de l’argent sale qui conduit les malfaiteurs et corrompus de la République au pouvoir.

Nous devons imposer la justice et la démocratie dans notre pays comme les philosophes de lumières l’ont fait dans leur pays pour sauver la majorité qui était encore soumise par la force aux règles de la monarchie absolue. Ces philosophes des Lumières, qui nous servent aujourd’hui de repères, ont risqué leurs vies, certains ont été emprisonnés, d’autre exilés parce qu’ils ont eu le courage de dénoncer et lutter farouchement contre les politiques et les mesures injustes qui donnaient des privilèges à une minorité.

Je pense que tout le monde a compris que ce n’est pas avec nos actuels dirigeants que le pays va décoller. Les élections organisées ne sont accompagnées d’aucun véritable débat permettant au peuple de connaître et comprendre les motivations de chaque candidat, ses atouts et ses limites. AZALI n’est plus avec ses compagnons d’hier, SAMBI de même, MOUIGNI BARAKA et KIKI, c’est pareil. Pourquoi ? Parce que seul le pouvoir et l’argent les unissaient autre fois.

Je pense enfin, que nous avons atteint le summum de la théorie, souvent nos bourreaux nous qualifient de donneurs de leçons, de philosophes, car nous ne voulons pas mettre en pratique tous nos dires et nos théories. Il est donc temps de penser à une stratégie plus efficace, sans quoi, l’immobilisme qui nous habite nous démotivera progressivement au profit des corrompus.

Abdourahim Bacari

Conseil de l’île de Ngazidja : la motion de censure est invalidée

Conseil de l’île de Ngazidja : la motion de censure est invalidée

Le Gouverneur Mouigni Baraka

Le Gouverneur Mouigni Baraka

Après avoir reporté à deux reprises leur décision pour permettre aux avocats des deux parties d’apporter les documents manquant dans leurs dossiers, les sages de la Cour Constitutionnelle de l’Union des Comores ont décidé d’invalider la motion de censure annoncée comme ayant été votée par 17 membres du Conseil de l’Ile de Ngazidja contre les Commissaires de Mouigni Baraka le 10 mai dernier.

Plusieurs observateurs de la vie politique comorienne s’attendaient à ce que celle qu’on avait autrefois surnommée « l’incompétente » se déclare incompétente sur cette affaire de motion de censure au sein du Conseil de l’Ile. Les sages ont réagi autrement, déclarant recevable le recours de deux conseillers qui ont dénoncé des irrégularités dans l’adoption de cette motion de censure. Ils ont  donc décidé de juger cette affaire sur le fond en demandant à l’avocat des conseillers favorables à la motion, Me Mahamoud et celui des deux conseillers à l’origine de la procédure, Me Azad, de constituer leurs dossiers.

Le 19 juin dernier, soit plus d’un mois après, la Cour constitutionnelle a déclaré la deuxième tentative de motion de censure du Conseil de Ngazidja « nulle et de nul effet ». Elle s’est basée sur le fait qu’un conseiller parmi les 16 qui avaient déposé la motion de censure s’était désisté et donc que le quorum pour pouvoir déposer une motion n’avait pas été atteint.

L’avocat des conseillers favorables à cette motion a exprimé sa déception, mais a signifié à ses clients qu’il n’y a pas d’autres recours, rappelant ainsi le respect de la plus haute juridiction du pays.

C’est la deuxième motion de censure qui vise les commissaires du Gouverneur Mouigni et qui n’abouti pas.

Mahmoud Ibrahime

Lire aussi : https://mlimengu.com/2014/05/12/les-commissaires-de-ngazidja-censures/

 

Le Gouvernement comorien veut-il renoncer aux élections de 2014 ?

Le Gouvernement comorien veut-il renoncer aux élections de 2014 ?

Palais du peuple, siège de l'Assemblée de l'Union

Palais du peuple, siège de l’Assemblée de l’Union

S’il y a un sujet sur lequel l’Assemblée de l’Union et le gouvernement comorien pourraient parvenir rapidement à une entente, c’est bien celui du report des élections législatives et communales prévues à la fin de cette année.

Pourtant, la Cour constitutionnelle a été claire. Elle a dit que le mandat des députés de l’Union se terminait au mois d’avril 2014 et celui des conseillers des îles en décembre 2014. Dans son arrêt, la Cour ajoutait : « il appartient au Président de l’Union et aux organes en charge des élections, chacun en qui le concerne de prendre les mesures propres à garantir l’organisation des élections des Députes de l’Union des Comores, des Conseillers des Iles, du Président de l’Union et des Gouverneurs des iles autonome dans les délais requis et suivant les conditions prévues par la constitution et la loi électorale » (article 5).

A la suite de cet arrêt de la Cour constitutionnelle le président Ikililou Dhoinine avait réuni, le 12 février 2014, une conférence des grands élus composée du Président de l’Union, des Vice-Présidents, des gouverneurs et des présidents des Assemblées. Cette conférence avait conclu que les élections législatives et communales pouvaient être organisées en novembre et décembre 2014.

La prolongation des mandats et le précédent Sambi

Or, il semble qu’au sein du parlement, comme au sein du gouvernement certains se satisfont de la situation actuelle. Sans vraiment avoir une majorité à l’Assemblée de l’Union, le gouvernement est plutôt préservé et aimerait certainement conserver ce consensus mou jusqu’à la fin du mandat du président Ikililou Dhoinine.

Cela présente plusieurs avantages pour le gouvernement. Le premier est de ne pas créer une effervescence dans une société déjà bousculée par plusieurs mouvements de contestation menés par des catégories diverses dont les jeunes qui ont manifesté trois fois en quelques mois (les lycéens contre la grèves des professeurs, les étudiants de l’université pour dénoncer leurs conditions, et dernièrement plusieurs jeunes ont suivi la manifestation pour réclamer de l’eau et de l’électricité).

Le deuxième avantage qui pourrait pousser le gouvernement à remettre à plus tard les élections législatives et communales c’est la possibilité d’éviter de renforcer l’opposition en se créant une majorité véritablement hostile à l’Assemblée, une majorité qui pourrait imposer au Président de mettre en place un gouvernement avec l’opposition. Une sorte de cohabitation à la française. Les deux dernières années du président Ikililou risqueraient ainsi d’être difficiles pour lui.

La situation actuelle semble également arranger les gouverneurs, y compris Mouigni Baraka qui n’a pas vraiment de majorité au Conseil de Ngazidja et qui a dû faire face à deux motions de censure dirigées contre ses commissaires en l’espace de quelques mois. Il se console en se disant qu’au moins il contrôle l’ensemble des communes puisque c’est lui qui a désigné les maires, sans aucune forme d’élection.

Il est d’ailleurs difficile de prévoir des élections municipales alors qu’après la loi électorale, les députés ont bloqué la loi sur la commune de Moroni sous la pression de groupes de notables. La multiplication des gestes qui peuvent retarder les élections montrent que les députés ne veulent pas quitter leurs fauteuils et les nombreux avantages, et cela ils le prévoient depuis plus d’un an, si l’on en croit les confidences de certains d’entre eux, qui n’hésitent pas à mettre en avant une entente avec l’exécutif pour regrouper toutes les élections en 2016. Mais, les députés pourraient déchanter puisque la Constitution ne prévoit pas un mandat de sept ans pour eux. Donc, à moins de s’inspirer du « cas Sambi » qui a réussi, malgré un arrêt de la Cour constitutionnelle, à faire passer son mandat de 4 à 5 ans en 2010, ils devront quitter leurs postes si les élections ne sont plus programmées en novembre et décembre 2014. Il est d’ailleurs remarquable que malgré l’arrêt de la Cour disant que leur mandat est terminé en avril, l’opposition les laisse encore siéger. Sans doute que celle-ci juge que tout le monde peut attendre les élections prévues à la fin de l’année.

Les bonnes vieilles recettes

Si l’on en croit le compte rendu fait par Beit-Salam.km après la rencontre du président avec une partie de l’opposition ce 9 juin, le président leur a indiqué qu’il fait tout pour que les élections aient lieu aux dates prévues par la conférence des grands élus. Mais, il n’a pas vraiment rassuré ces leaders de l’opposition lorsqu’il a tenu à leur apprendre d’une part que le recensement n’a pas encore atteint 80% des électeurs et d’autre part que les habituels bailleurs de fonds ne se précipitent pas.

On peut être étonné et se demander quand l’Etat comorien pourra intégrer dans son budget le coût des élections prévues des années à l’avance. Mais, on peut aussi craindre que cet argument ne soit utilisé dans quelques mois pour repousser les élections à plus tard et peut-être à 2016. Le financement reste l’argument le plus utilisé ces derniers temps quand un gouvernement veut repousser des élections.

On voit donc que tous les éléments sont réunis pour faire accepter à l’opinion publique un éventuel report des élections prévues en 2014, malgré l’arrêt de la Cour constitutionnelle et malgré le consensus établi par le président de la République lui-même. Mais, c’est un risque que prendrait le président.

D’abord parce qu’à partir de la fin de cette année, le pays s’enfoncerait un peu plus dans l’illégalité, les députés ne pouvant plus prétendre représenter les Comoriens. Les partis de l’opposition pourraient ainsi se radicaliser. Dans cette situation toute forme d’action des partis politiques ou de la société civile afin de mettre fin à cette illégalité serait légitime.

Ensuite, le pays ne pourrait pas vivre deux ans sans parlement national et sans conseil des Iles. C’est une situation qui compromettrait le fonctionnement démocratique, l’équilibre et la séparation des pouvoirs.

Enfin, il serait inconcevable de regrouper cinq élections majeurs en une seule fois en 2016. On court alors le risque de déboussoler l’électeur comorien, qui pourrait être sollicité pour des meetings pour sa commune, des meetings pour l’élection de son conseiller et de son député, des meetings pour l’élection de son gouverneur et enfin pour les deux tours de l’élection du Président de l’Union. Et l’on ne parle pas des erreurs qui pourraient survenir le jour des élections, notamment en ce qui concerne l’élaboration et la compréhension du ou des bulletins de vote.

Il serait tellement plus simple pour le gouvernement actuel de mettre tous les moyens de son côté pour respecter et faire respecter les échéances, tout en se préparant à mener le combat sur le terrain pour remporter les élections, au lieu de prendre le risque de plonger le pays dans l’incertitude et dans une nouvelle crise électorale. Mais pourquoi faire simple quand on peut faire plus compliqué ?

Mahmoud Ibrahime

Les Commissaires de Ngazidja censurés

Samedi 10 mai, les Conseillers de l’île de Ngazidja ont voté une motion de censure contre les commissaires de l’île. Selon l’article 57 de la constitution de l’Ile autonome de Ngazidja la motion de censure devait être votée par les 2/3 des conseillers, 17 ont voté pour.

Le Gouverneur Mouigni Baraka

Le Gouverneur Mouigni Baraka

Dans ce cas de figure le même article 57 prévoit que le doyen des commissaires remet, au nom de l’équipe, leur démission au Gouverneur de l’île.

Cette motion avait été déposée au moins 48 heures avant l’intervention du vote et le gouverneur Mouigni Baraka n’avait pas réagi, comme l’ensemble de son équipe. Les 16 conseillers qui l’ont déposée se plaignent du fait que quatre commissaires convoqués pour être entendus par les conseillers n’avaient pas trouvé utile de se déplacer. Ajouter à cela le fait que certains se rendent devant les conseillers sans avoir de réponse à fournir, l’attitude des commissaires et du gouverneur à l’égard de cette institution s’apparente de plus en plus à du mépris. En tout cas, c’est le sentiment de la grande majorité des conseillers qui ont voté cette motion.

Une motion avait déjà été déposée le 26 décembre 2013, mais avait été rejetée in extremis, grâce à l’implication personnelle du gouverneur. Cette fois, nous sommes en droit de nous demander si le Gouverneur avait oublié qu’une motion de censure avait été déposée ou s’il croyait les conseillers incapables de la voter.

Il y a eu très peu de réactions de la part des leaders politiques de l’île.

Ce n’est que quelques heures après le vote de la motion de censure que le cabinet du Gouverneur a réagi en laissant entendre que des irrégularités ont été commises et que l’affaire sera portée devant la cour constitutionnelle. En attendant, les Commissaires sont maintenus en place.

Le député de Moroni, Abdoulfatah Saïd, qui était avec Mouigni Baraka dans le parti Orange avant sa scission, a déclaré soutenir cette motion de censure et menace d’une censure les ministres de l’Union qui eux aussi « ont décliné plusieurs de nos invitations sur les questions orales au gouvernement » a-t-il confié à l’agence HZK.

La gouvernance de l’île de Ngazidja entre ainsi dans une crise, faute de l’avoir désamorcée en amont. Pourtant, en homme avisé, le Gouverneur Mouigni aurait pu profiter de cette motion de censure pour donner un nouveau souffle à sa politique dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle apparaît comme sans direction depuis quelque temps. Pour le moment, il choisit le bras de faire dans des circonstances qui risquent de ne pas lui être favorables à quelques mois des élections législatives et communales.

Mahmoud Ibrahime