MPM

Du serment en politique. La fin de l’idylle entre Azali et Sambi

Éditorial

Du serment en politique

La fin de l’idylle entre Azali et Sambi

 

Au cours de la courte histoire parlementaire des Comores (elle n’a commencé qu’en 1945), il y a eu de nombreux serments sur le Coran, souvent en cachette et souvent trahis.

Le plus célèbre fut le Serment de Sada en 1967 par lequel cinq élus maorais (et derrière eux tout le Mouvement Populaire Mahorais) ont juré de ne jamais se séparer avant d’obtenir la départementalisation. Et chose curieuse, on vit un chrétien, Marcel Henri, à qui le cadi apprenait sur l’instant comment faire les ablutions avant d’entrer dans la Mosquée de Sada et jurer sur le Coran de tenir sa promesse, lui aussi. Et bien sûr, le serment a été rompu puisque le MPM s’est divisé en plusieurs partis avant la départementalisation.

AccordMissiriCes derniers mois, face au spectacle des humiliations subies par les membres du parti Juwa dans le gouvernement du président Azali et leur persistance à demeurer dans une alliance dans laquelle on leur signifiait qu’ils n’avaient rien à y faire, il m’est arrivé de me demander s’il n’y avait pas eu un serment sur le Coran entre le candidat Azali Assoumani et les candidats du parti Juwa, avec le soutien d’Ahmed Sambi. Ma conviction a été confortée après la fameuse interview du Ministre de la Justice, Fahmi Saïd Ibrahim qui déclarait : « Un ministre la boucle ou il part, j’ai décidé de la boucler. » (Al-Watwan n°3073 du 16/12/2016). Ces quelques mots disaient clairement l’impossibilité pour FSI de quitter le gouvernement et donc sa résolution à tout accepter sans broncher.

La confirmation de notre pressentiment est venue d’une interview du journaliste Ortega sur Facebook. Le Coordinateur du parti Juwa à Anjouan, Mahamoud Elarif lui a révélé qu’effectivement l’alliance entre Azali et les candidats de Juwa a été scellée par une lecture du Coran. Cette hésitation, des deux côtés, à assumer l’initiative de rompre prenait enfin un sens. Pourtant chacun sait qu’Azali et FSI (vrai aussi pour Sambi) ont toujours eu des idées diamétralement opposées, la CRC et Juwa n’ont rien en commun, et il faut se rappeler qu’il y a au Palais de Justice une plainte de la CRC contre Sambi et Juwa à propos de la « citoyenneté économique ».

Tout indiquait bien qu’il y avait d’autres raisons que la politique qui faisaient que les ministres Juwa acceptaient de « la boucler ». Fahmi Said Ibrahim qui promettait pendant sa campagne de replacer la justice au centre des préoccupations de l’Etat et de la rendre indépendante a non seulement fermé la bouche, mais aussi les yeux et les oreilles sur des arrestations arbitraires, des libérations sans jugement, des appels d’offre irréguliers et des nominations complaisantes. Le Ministre Dossar a accepté, entre autres, d’assumer la rupture diplomatique avec le Qatar alors que tout le monde sait qu’il est fermement opposé à cette décision, comme son mentor, Sambi.

Sambi, c’est peut-être le seul soutien de l’alliance qui a gardé sa dignité en refusant et en disant à haute voix qu’il n’était pas de l’intérêt des Comores de rompre ses relations diplomatiques si rapidement et si facilement, à la demande d’un pays ami certes, comme s’il s’agissait d’un jeu pour la deuxième fois en une année. Mais, cette franchise a été la goutte de trop dans l’alliance entre Sambi et Azali.

Le discours du président de la République le 6 juillet dernier semble avoir marqué la fin de cette alliance. Dans un paragraphe clef Azali a dit qu’il tirait les conséquences de la sortie médiatique de son allié. Cela indique deux choses, la première c’est qu’après son élection, Azali ne considérait l’alliance avec Juwa ou Sambi que comme la soumission de ceux-ci à sa politique et à sa volonté. Et donc les ministres Juwa n’auraient jamais dû accepter de la boucler et subir des humiliations. La deuxième c’est qu’il considère que si les « partenaires » ne suivent pas ses décisions unilatérales c’est qu’ils rompent l’alliance.

Le Président Azali cherchait l’occasion de bouter les ministres Juwa hors du gouvernement, avec la déclaration de Sambi sur le Qatar, il s’est senti libéré du serment fait sur le Coran.

Tout serment en politique, même sur le Coran, même sur la tombe des ancêtres (qu’on devrait laisser en paix, au lieu de les mêler aux combinazione politiques) est voué à être rompu par les aléas et les stratégies.

Mahmoud Ibrahime

Zoubert Adinani est décédé

Zoubert Adinani est décédé

Zoubert Adinani (photo©Mayotte 1ere)

Zoubert Adinani (photo©Mayotte 1ere)

Après l’enterrement en avril dernier de Zena Meresse, avec Zoubert Adinane, c’est une autre grande figure de l’histoire comorienne en général et de l’histoire de Mayotte en particulier, qui a disparu ce 21 juillet 2014, à la Réunion, des suites d’une longue maladie. Il a été de ceux qui se sont opposés à l’indépendance comorienne et ont lutté avec le Mouvement Populaire Mahorais (MPM) pour le rattachement de Mayotte à la France.

Zoubert Adinani était à la fois huissier, homme politique et dignitaire religieux. Il était né en juin 1939 à Tsingoni. Son père, le shayh Adinani dont les ancêtres venaient d’Anjouan, était cadi et paysan.

Le fils avait suivi la voie du père et était devenu huissier de justice. En 1962, le pouvoir local l’affecte à Anjouan et l’année suivante, il rejoint le MPM, contre le gouvernement de Saïd Mohamed Cheikh et pour s’opposer à une indépendance comorienne qui paraissait inéluctable.

Il a été élu pour la première fois à la Chambre des Députés des Comores en août 1967 sur la liste du MPM, en compagnie de Marcel Henry, Younoussa Bamana et Abdallah Houmadi. Il sera régulièrement réélu (en 1971 et en décembre 1972) jusqu’à l’indépendance des Comores. Comme les autres élus de Mayotte, il sera absent de la Chambre des Députés le 6 juillet 1975, lors de la proclamation unilatérale d’indépendance.

En 1977, il est élu Maire de Tsingoni, poste qu’il occupa jusqu’en 1995. Après l’explosion du MPM, il devient le président du Mouvement Départementaliste Mahorais (MDM) qui se rapproche du Nouveau Centre en France. 

Exerçant son pouvoir de notable, c’est lui qui après les élections de 2008, sans être élu, négocie avec tous les partis présents au Conseil Général de Mayotte et trouve une majorité (la fameuse majorité « macédoine » allant du PS à l’UMP) à Ahamed Attoumani Douchina (UMP), majorité qui tint, au détriment du PS, jusqu’en 2011.

C’est pendant cette période qu’il fut désigné président du Conseil Régional du Culte Musulman. Mais, candidat aux sénatoriales de septembre 2004, il n’obtint que 16 voix (4,75% des suffrages).

C’est donc un homme qui reflète l’histoire récente des Comores qui est parti hier vers sa dernière demeure.

Mahmoud Ibrahime

L’indépendance des Comores

L’indépendance des Comores

Ahmed Abdallah, père de la déclaration unilatérale d'indépendance le 6 juillet 1975

Ahmed Abdallah, père de la déclaration unilatérale d’indépendance le 6 juillet 1975

Le 6 juillet 1975, par une déclaration unilatérale, le Président de la Chambre des Députés, Ahmed Dahalani, puis le président du Conseil de Gouvernement, Ahmed Abdallah proclament l’indépendance des Comores, après un vote solennel des députés.

Cette indépendance arrivait 15 ans après la majorité des pays africains qui ont pris l’indépendance en 1960. Aux Comores, elle est négociée depuis 1972, et la notabilité politique de l’époque, autour d’Ahmed Abdallah et du parti UDZIMA avait obtenu du président Giscard d’Estaing de conserver tous les pouvoirs après l’indépendance, malgré les protestations de l’opposition autour du discret Saïd Ibrahim et du FNU qui réclamaient des élections générales.

Pourtant, après une tentative de reculade de l’État colonial, la notabilité au pouvoir se sent trahie et humiliée. Elle décide de prendre l’indépendance non plus « dans la coopération et l’amitié avec la France » comme prévu, mais brusquement par une déclaration unilatérale. Les Comores doivent être avec les Etats-Unis, les deux seuls pays au monde à avoir eu recours à ce mode de prise d’indépendance. Il faut noter que la Guinée de Sékou Touré avait profité de la possibilité offerte par le Général de Gaulle pour quitter le giron français en votant « non » à la Constitution de la Ve République en 1958.

Le processus de colonisation des Comores par la France s’est faite en plusieurs étapes.

L’île de Mayotte est colonisée officiellement en 1843, après avoir été achetée d’une manière frauduleuse à Andriantsoly, un prince malgache qui avait réussi à s’emparer de l’île quelques années auparavant. Les trois autres îles sont colonisées en 1912, après être passées par le statut de protectorats à partir de 1886.

Les historiens ont déterminé trois phases de la colonisation française aux Comores.

La première va de 1912 à 1946, il s’agit d’une période pendant laquelle l’archipel est rattaché à Madagascar et géré comme une province de la Grande Ile.

Pendant la deuxième période (1946-1961), les Comores acquièrent une autonomie politique et financière en devenant un Territoire d’Outre-mer.

Enfin la dernière période (1961-1975) est celle de l’autonomie interne, pendant laquelle l’archipel possède un président et un Conseil de gouvernement qui, en théorie, gère les affaires internes du pays.

En 1958, l’élite politique comorienne, qui compte quelques individus, tous issus de la notabilité, décide de faire voter massivement pour la nouvelle constitution française et donc de maintenir les Comores au sein de la Communauté française. En 1960, lorsque la plupart des pays africains francophones décident de prendre leur indépendance, la même élite opte pour le maintien de la colonisation sous la forme de l’autonomie interne. Mais c’est précisément à ce moment là que certains commencent à parler d’indépendance. La notabilité au pouvoir, allié aux autorités coloniales empêche cette expression de la jeunesse. Elle n’aura donc la possibilité de s’exprimer que de l’extérieur.

C’est ainsi que de la Tanzanie naît, au début des années 1960, le MOLINACO, Mouvement de Libération Nationale des Comores, dirigé par Abdou Bacar Boina, un instituteur travaillant à l’école française. Ce mouvement envoie dans l’archipel des tracts et conscientise le peuple grâce à une radio dont les ondes arrivent jusqu’aux Comores. Il crée des antennes au Kenya et à Madagascar. Il réussit dans les années suivantes à exprimer la volonté d’indépendance du pays au sein de l’OUA, l’organisation de l’Unité Africaine et même au sein du comité de décolonisation de l’ONU. Abdou Bacar Boina établit aussi une représentation légale au pays : le Parti Socialiste des Comores (PASOCO). Mais, la notabilité au pouvoir réussit à maintenir le statu quo et surtout à faire en sorte que personne ne puisse parler d’indépendance pour ne pas indisposer les autorités coloniales. Tout parti qui exprime cette idée d’indépendance dans ses statuts est immédiatement dissout et ses dirigeants poursuivis. Ce fut le cas pour le Parti Socialiste pour la Libération des Comores dissous par Saïd Mohamed Cheikh en 1964.

Toutefois, des partis jeunes comme le Rassemblement démocratique du Peuple comorien (RDPC) de Mouzaoir Abdallah ou le Parti-social démocrate vont faire sauter les verrous, après 1970.

Le processus de décolonisation est marqué par trois dates clefs :

Le 29 janvier 1972 : Le Ministre français des Départements d’Outre-mer, Pierre Messmer est à Moroni. Le président du Conseil de Gouvernement, Saïd Ibrahim a obtenu un consensus de l’élite dirigeante pour ne pas évoquer la question de l’indépendance. Mais le Premier Ministre est tout de même accueilli à Moroni avec des cris de « Mkolo Nalawe » (« Dehors le colon ! ») lancés par les jeunes militants du PASOCO. Cette visite a des conséquences importantes car les menaces de procéder à la partition des Comores, menaces proférées par Pierre Messmer amènent, pour la première fois, le 2 mars 1972, un parti représenté à la Chambre des Députés, le RDPC, à publier une motion demandant l’indépendance. Il est suivi le 19 mars par le Parti Social-démocrate des Comores. Le Prince Saïd Ibrahim qui s’arc-boute sur l’idée de ne pas rompre avec l’Etat colonial est renversé en juin de la même année et les jeunes du RDPC s’associent avec le parti conservateur, UDC, d’Ahmed Abdallah pour former l’UDZIMA qui remporte les élections et prend le pouvoir avec la promesse de négocier l’indépendance.

Le 15 juin 1973, après des Accords entre les exécutifs français et comorien, une déclaration est rendue publique. Les deux parties s’entendent pour dire qu’un référendum sera organisé avant cinq ans et que si les Comoriens le souhaitent ils pourront accéder à la souveraineté nationale.

Le 22 décembre 1974, ce n’est pas un référendum qui est organisé mais une consultation. L’ensemble des Comoriens se prononce à 94,65% en faveur de l’indépendance. Mais, tandis que l’exécutif français, le président Giscard et le Premier Ministre J. Chirac sont favorables à cette indépendance, le Parlement et notamment le Sénat s’y oppose et souhaite faire un cas à part de l’île de Mayotte, qui a voté différemment, alors que la loi électorale prévoyait une prise en compte globale du vote.

Une nouvelle loi votée le 3 juillet 1975, exige qu’une Constitution soit votée île par île avant que la France n’accepte l’indépendance des Comores. Ahmed Abdallah qui avait jusque là eu des assurances fermes du Président et du Premier Ministre français se sent trahi. Il revient rapidement aux Comores et organise le vote d’une déclaration unilatérale qui sera adoptée à l’unanimité des députés présents à la Chambre le 6 juillet 1975. Cette déclaration unilatérale provoque la colère de l’Etat français, qui dans un premier temps, décide l’état d’urgence avant de le lever. Mais, à Mayotte, il est trop tard : les dirigeants du Mouvement populaire Mahorais déclarent que l’île reste sous administration française et l’UDZIMA préoccupé par le fait d’avoir tous les pouvoirs après l’indépendance n’avait pas prévu ce cas de figure. Dès le Conseil des Ministres du 9 juillet 1975, le gouvernement français accepte l’indépendance des trois îles de la Grande-Comore, d’Anjouan et de Mwali, mais affirme que Mayotte reste française. La partition devenait une réalité. Malgré, l’admission des Comores au sein de l’ONU, le 12 novembre 1975, sous ses frontières d’avant l’indépendance, c’est-à-dire les quatre îles, la France décide de se maintenir à Mayotte, hypothéquant ainsi l’avenir du nouvel Etat.

Mahmoud Ibrahime*

Docteur en Histoire

  * Sur la colonisation et l’indépendance des Comores vous pouvez lire du même auteur :

État français et colons aux Comores (1912-1946), L’Harmattan, 1997, 160p.

La naissance de l’élite politique comorienne (1945-1975), L’Harmattan, 2000, 204p.

– « Quelques aspects de la colonisation française aux Comores (1912-1975) » in Ya Mkobe n°6-7, CNDRS, août 2000.

– « Les Comores. La marche vers l’indépendance (1972-1975) » in Ya Mkobe n°8-9, CNDRS, février 2002, pp.23-33.

– « La grève de 1968 aux Comores à travers le roman Et la graine… d’Aboubacar Saïd Salim » in Tarehi n°5, mars 2002.

– « La dissolution du Parti Socialiste pour la Libération des Comores (1964) » in Tarehi n°7, janvier 2003, pp. 19-25.

– « La consultation du 22 décembre 1974. Les Comoriens votent pour l’indépendance » in Tarehi n°11, janvier 2005, pp.6-11.

– « Comores : de l’indépendance à la révolution » in Y. Combeau (dir.), La Réunion et l’océan Indien. De la décolonisation au XXIe siècle. Rivages des Xantons, 2007, pp. 39-47.

Saïd Mohamed Cheikh (1904-1970). Parcours d’un conservateur. Une histoire des Comores au XXe siècle. KomEdit, 2008, 332p.

– « Il y a 40 ans, Saïd Mohamed Cheikh… » in Al-Watwan, 22 mars 2010.