ONU

Éditorial. Discours du président Azali à l’ONU : dans la continuité

Depuis hier, les fidèles du président de l’Union se livrent à de belles démonstrations de ce qu’est la propagande politique. Ils essayent de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. On doit croire que le président Azali a fait un discours historique à l’ONU, un discours jamais prononcé par un dirigeant comorien.

En réalité, le discours du président comorien s’inscrit dans les discours traditionnels des présidents qui l’ont précédé depuis une vingtaine d’années ! C’est un discours duquel ne découle aucune philosophie et aucune vision du monde, le président s’enfermant dans la politique intérieure pour faire une sorte de bilan de ce qu’il a fait et de ce qu’il voudrait faire, en appelant à l’aide la communauté internationale. Seul bémol à cette affirmation, le Président Azali, plus que ses prédécesseurs semble s’intéresser un peu plus aux questions environnementales dans le monde.

Mais, il réaffirme que Mayotte est comorienne, mais lui aussi a fait effacer la « question de l’île comorienne de Mayotte » de l’ordre du jour définitif de cette AG de l’ONU. Il justifie ce geste, qui est répété chaque année depuis 1995, comme les autres présidents : il y a des discussions en cours avec la France. Les fameuses discussions bilatérales qui n’avancent pas depuis 20 ans. Le président Sambi justifiait cette politique par le GTHN, Azali, comme Ikililou avant lui, justifie par le HCP.

Comme pour ses prédécesseurs, le discours du président Azali est marqué par des contradictions qui sont encore plus flagrantes cette année. Il fait appel aux « droits de l’homme et la dignité humaine », il dénonce avec une colère feinte « les droits de l’homme bafoués au quotidien » au niveau international, et réclame des sanctions contre leurs auteurs. Pourtant, pendant un an les droits individuels, et notamment le droit à une justice équitable ont été bafoués aux Comores. Des décisions de justice, ont été piétinés, des organes de presse ont été fermées, le matériel confisqués par l’armée en dehors de tout cadre légal.

Il définit l’Islam comme étant « l’Amour du prochain, ainsi que la tolérance » et à l’intérieur du pays, des religieux sont mis en prison parce qu’ils ont des pratiques différentes de celles de l’Islam proclamé dans la constitution ou parce qu’ils ont fêté un jour à l’avance l’aïd en suivant la tradition en cours dans le pays; sans parler des mosquées qui sont détruites.

À la tribune de l’ONU, il condamne les exactions contre les minorités dans certains pays comme la Birmanie, à l’intérieur de son pays, il promet une guerre sans concession aux Shi’ites. « J’ose espérer, dit-il à ses collègues, que notre organisation saura défendre les droits les plus élémentaires des opprimés, indépendamment des considérations d’origine, de race, de sexe et de croyance ». Quand on est Comorien, on a irrésistiblement envie de lui répondre : « J’espère, monsieur le Président que vous en ferez autant dans votre propre pays ».

Les partisans du régime évoquent le fait que le président parle à l’ONU de son ambition de faire parvenir le pays à l’émergence d’ici 2030, comme si c’était une grande nouveauté. Ils oublient juste qu’avant lui, le président Taki avait demandé l’aide de la communauté international pour parvenir au « Rehemani » et que le président Sambi avait présenté ses projets pharaoniques également.

C’est un exercice classique également pour les partisans du régime que de présenter les discours à l’ONU de leur champion comme étant exceptionnels, voire historiques. Il est probable que l’année prochaine, le discours du président sera plus qu’exceptionnel. Les partisans du président Sambi avaient présenté tous ses discours à l’ONU comme historiques, ils ne sont pas forcément devenus historiques. Il y a des choses qui ne se décrètent pas.

MI

La Commission de l’Océan Indien plaide pour ses Petits Etats Insulaires en Développement (PIED)

La Commission de l’Océan Indien plaide pour ses Petits Etats Insulaires en Développement (PEID)

 

La troisième conférence internationale des chefs d’Etats et de gouvernements des Nations Unies a eu lieu à Samoa du 1er au 4 septembre dernier. Le secrétaire général de la Commission de l’Océan Indien (COI), Jean Claude de l’Estrac a présenté un plaidoyer pour ses Petits Etats Insulaires en Développement (PEID) dont les Comores sont membres.

 estrac

« L’heure n’est plus aux débats. Elle est à l’action. La COI et ses PEID membres demandent à la communauté internationale d’instaurer un traitement spécifique et différencié pour les PEID », a déclaré le secrétaire général de la COI Jean Claude de l’Estrac lors de cette troisième conférence tenue à Samoa. Selon le communiqué de presse de la COI, quatre doléances ont été formulées dans le plaidoyer du secrétaire général dans le but de favoriser le développement durable de ses îles. 

D’abord, la COI demande à ce qu’une liste crédible soit agréée. Selon Jean Claude de l’Estrac, « plusieurs listes existent mais certains PEID ne sont ni des îles, ni en développement ni petits ».

Ensuite, il a été indiqué que l’organisation supporte le renforcement d’une « diplomatie » des Pays Etats Insulaires en Développement pour les PEID en vue d’une prise en compte des intérêts spécifiques de ces PEID dans les fora internationaux.

Quant à la troisième doléance, il s’agit de la facilitation de l’accès aux nouvelles sources de financement multilatéral. « Elle permettra entre autres à ce que notre région puisse mettre en œuvre des programmes disposant des financements alloués sous les fonds d’adaptation », précise le secrétaire général de la COI.

Enfin, il a été demandé qu’un nombre « raisonnable » de mesures d’appui dédiées aux PEID soient prises à la suite de la conférence. Si l’on en croit Jean Claude de l’Estrac, ces mesures devraient viser en priorité les domaines du commerce international et de la finance, des technologies et de l’énergie, du changement climatique et de la pêche.

 Le communiqué de presse de la COI indique que « La Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) soutient le plaidoyer de la COI ; et une collaboration rapprochée a été souhaitée par les deux organisations ». Pendant ces quatre jours de travail, plusieurs points ont été abordés. En effet, la COI a eu de nombreuses rencontres en ce qui concerne la résilience face au changement climatique. Un protocole d’accord a été signé entre la COI et l’Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM) afin de faciliter le « renforcement des compétences météorologiques » pour une meilleure prévision, recherche et préparation contre les aléas climatiques de l’Indianocéanie.

 Cinq traditions de l’Indianocéanie ont été mises en valeur dans un film réalisé avec le concours de l’UNESCO. Il s’agit du Grand Mariage des Comores, du Famadiana de Madagascar, du Divali de Maurice, de la Fèt Kaf du 20 décembre à la Réunion, et du Festival Kréol des Seychelles. Et le secrétaire général de cette institution régionale explique que « ces traditions font partie de l’identité indianocéanique : notre héritage. Cette conscience collective d’un héritage commun nous pousse à collaborer plus étroitement parce que nous savons de ce fait que nous formons une communauté de destin ».

Natidja Hamidou

La politique occidentale au Proche-orient

La politique occidentale au Proche-orient

Il serait temps pour les occidentaux, Européens et Américains essentiellement, de regarder en face les résultats désastreux de leurs interventions directes ou indirectes au Proche et Moyen-Orient et de faire leur autocritique.

Gaza, des immeubles d'habitation bombardés

Gaza, des immeubles d’habitation bombardés

Faire de la politique c’est anticiper. Les Occidentaux avaient-ils prévu tous ces conflits qui sont les conséquences des guerres qu’ils ont initié dans les pays arabes ? Quels changements constate-t-on dans ces pays après les interventions des Occidentaux ?

La première faute qu’ils ont commis c’est d’avoir décidé seuls, sans l’accord des pays Arabes de créer un Etat israélien en 1948 sur un territoire qui n’est pas le leur. Deuxième faute, ils continuent de soutenir Israël sur un des principes condamnés par la charte de l’ONU, précisément l’occupation d’un territoire étranger d’une manière illégale. Bref, ils soutiennent la colonisation au XXIe siècle. Ils savent tous que le gouvernement israélien est en train de coloniser une partie du territoire de la Palestine, mais ils adoptent la politique du silence.

Nous n’ignorons pas la dureté envers le peuple des régimes de Saddam Hussein, Mahamar Kadaffi, Hosni Moubarak, Ben Ali et Bechar El Assad aujourd’hui. Mais choisir la voie de la guerre et des assassinats n’était pas la solution véritable pour ramener la paix dans cette région.

En Irak par exemple, l’ex-président américain George Bush, seul, sans l’accord de l’ONU a décidé de frapper ce pays qu’il a accusé de détenir des armes chimiques, alors que des inspecteurs des Nations-Unis ont fini par prouver le contraire dans leur rapport. Après les massacres sur des milliers de civiles irakiens dont des enfants et des femmes, ils ont dit qu’ils étaient désolés. C’est par ces fautes répétitives que l’Irak se trouve d’ors et déjà, plus bas que terre, avec les massacres de nouveaux massacres et une guerre farouche entre chiites et sunnites.

En Lybie, le gouvernement Sarkozy a fait croire à l’opinion française, européenne et internationale que le problème c’était Kadafi. Aujourd’hui, avec les révélations de la presse française sur les relations entre les deux hommes, on s’aperçoit que Kadafi n’était qe le problème de Sarkozy. Après l’assassinat de Kadafi, la solution est loin d’être trouvée dans ce pays jadis prospère. Une situation qui menace les pays voisins comme l’Algérie qui prévoit une éventuelle intervention militaire pour rétablir la paix surtout dans ses frontières.

On dirait que l’ONU et les occidentaux sont là pour juger les dirigeants du tiers monde seulement. Obama et les autres dirigeants occidentaux interviennent en Irak pour soutenir les chrétiens persécuté et tués par les islamistes. C’est une bonne chose, une bonne initiative de palier ce danger, cette souffrance que George Bush a légué sans raison aucune aux Irakiens. Mais ces interventions de ceux qui se prennent pour les gendarmes de ce monde ne doivent surtout pas être partielles et partiales.

Pourquoi n’interviennent-ils pas contre l’Etat d’Israël qui tue des centaines d’enfants et de femmes palestiniens ? Cette façon de réagir des Occidentaux, nous laisse septique et très critique vis-à-vis de leur politique. Nous doutons du rôle de l’ONU pour la paix dans le monde. Nous n’avons plus confiance en ceux qui se prennent pour nos défenseurs. Les désordres qui déstabilisent partout : en Irak, Syrie, Lybie, Egypte, Tunisie, Palestine et en Afrique trouvent leur origine en Occident.

Les occidentaux doivent montrer leur capacité à dépasser l’intérêt et le profit de leurs pays respectifs pour la paix du monde. Et ceci, commencera par la paix en Palestine. La paix en Palestine permettra aux Occidentaux de trouver les arguments qu’il faut pour des solutions véritables afin d’aider d’autres régions.

Abdourahim Bacari

Boléro au séminaire de l’institut Prospective et Sécurité en Europe

Boléro au séminaire de l’institut Prospective et Sécurité en Europe

Hamada Madi Bolero, Directeur de cabinet du Président Ikililou, Chargé de la Défense

Hamada Madi Boléro, Directeur de cabinet du Président Ikililou, Chargé de la Défense

Le Directeur de Cabinet du Président Ikililou Dhoinine, chargé de la Défense, Hamada Madi Boléro était jeudi soir invité par l’Institut Prospective et Sécurité en Europe, en séminaire restreint à l’Assemblée Nationale française.

Le Ministre de la Défense des Comores est à Paris depuis quelques jours, à l’occasion de la fête du 14 juillet, à l’invitation de l’État français.

Après une présentation succincte de la carrière du Dircab, les questions ont fusé dans tous les sens, sans véritable ordre. Mais, avec son flegme habituel, Hamada Madi Boléro y a répondu le plus précisément possible, en évitant de compromettre son rôle et sa loyauté envers le président de l’Union des Comores.

La crise ukrainienne

Pour donner une idée sur la crise qui sévit en Ukraine, Hamada Madi Boléro a raconté qu’il a vécu pendant sept ans à Kiev (Ukraine) et qu’il ne sait parler que russe. Il a commencé par émettre des doutes quant à la possibilité pour l’Ukraine d’intégrer l’Union Européenne dans les conditions actuelles.

Sur les similitudes évoquées, notamment par le Ministre russe des Affaires étrangères, entre la question de Mayotte et la Crimée, Boléro a dit clairement que le contexte n’est pas le même. Il a appris à l’Assemblée que les Soviétiques s’étaient abstenus sur la question de l’unité des Comores à l’ONU. Et il a affirmé que les Comores, comme l’ensemble des pays du monde,ont condamné l’intervention de la Russie en Ukraine.

La question de Mayotte

De nombreuses questions sont arrivées à propos de la situation de l’île de Mayotte, elles ont permis à Boléro de préciser sa pensée et sa vision sur cette question. Il s’est d’abord étonné des nombreuses questions sur ce sujet et a rappelé que d’une part la question de Mayotte est simple (dans sa compréhension) et que d’autre part, c’est la France qui a un problème et non l’Etat comorien. Il a rappelé qu’avant même l’indépendance des Comores, la France, en tant que membre permanent de l’ONU, a voté le principe de l’intangibilité des frontières d’un territoire qui prend son indépendance. Pour lui, l’ancienne puissance coloniale doit se conformer au droit international et aux résolutions de l’ONU dont par ailleurs, elle exige l’application sur d’autres théâtres dans le monde.

Pour lui, Mayotte est comorienne et le restera. Pendant ce séminaire, il a souvent fait le parallèle avec la situation qui était celle de l’Allemagne coupée en deux (RFA et RDA) et où les Allemands avaient besoin de visa pour se rendre dans l’une ou l’autre partie, pour constater qu’aujourd’hui l’Allemagne est unifiée.

Il a réaffirmé son optimisme en disant que les lignes bougent et qu’à terme la situation se normalisera en faveur de l’unité des Comores.

Il a toutefois rappelé à ses détracteurs, qui a chaque fois qu’il vient en France disent qu’il vient vendre Mayotte à la France, qu’il aime autant qu’eux son pays et qu’il est un patriote. Seulement, il se dit plus réaliste et souhaite par conséquent pouvoir négocier avec celui qui le contraint de demander un visa pour aller voir sa grand-mère à Mayotte. C’est pour lui le seul moyen de faire cesser cette injustice un jour. Il a même ajouté qu’il aurait souhaité qu’on donne le pouvoir ne serait-ce qu’une journée à ses adversaires qui crient partout qu’il n’y a pas de négociations à mener avec la France ou avec les Maorais, pour voir s’ils ne seraient pas obligés de négocier. Pour lui, ces négociations ne peuvent se faire que dans le respect des Maorais, qu’on doit aussi écouter.

La question économique

Certains intervenants l’ont interrogé sur les améliorations économiques et sur les perspectives aux Comores, surtout quand on parle de découverte de pétrole et de gaz dans les eaux comoriennes. Le Dircab a souligné la nécessité de consolider les acquis et persévérer dans les réformes.

Sur la question du pétrole, il a affirmé que les Comores discutent dans un premier temps avec leurs voisins sur ces perspectives. Puis, l’État essaie de conscientiser les Comoriens pour éviter que certains n’en viennent à croire que les découvertes éventuelles sont la propriété de telle ou telle île.

Hamada Madi Boléro

Hamada Madi Boléro

Durant deux heures de temps, le Directeur de cabinet du président comorien a passé en revue plusieurs sujets, aussi bien ceux qui concernent son ministère (la mise en place d’une garde maritime avec l’aide d’Oman) que ceux qui ne sont pas dans le champ de ses compétences (francophonie, coopération judiciaire…). Il a même eu à répondre sur son avenir politique (candidature en 2016, soutien éventuel…), tout cela au gré des questions et de l’intérêt du public.

La diversité des questions était un piège, mais Hamada Madi Boléro est rompu à cet exercice depuis longtemps, aussi bien dans les rues de Moroni que sur les plateaux de télévision. Et l’on doit, honnêtement, dire que dans ce séminaire à l’Assemblée Nationale, il s’en est très bien tiré, donnant satisfaction aux journalistes et chercheurs tout en gardant une certaine réserve sur des questions délicates.

Hamada Madi Boléro est aussi invité par la Fondation Jaurès (une organisation proche du Parti Socialiste français), jeudi prochain, pour parler de son pays.

Mais auparavant, il participera à la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale lors des fêtes du 14 juillet, en compagnie de trois militaires et quatre jeunes comoriens (un par île) à l’invitation du gouvernement français.

Il devrait enfin participer à la cérémonie qui mettra à l’honneur les anciens combattants comoriens de la Première Guerre mondiale le 19 juillet.

Compte rendu de Mahmoud Ibrahime

 

Diplomatie française : « Fais ce que je dis, pas ce que je fais »

Archipel des Comores

Archipel des Comores

Les Comores sont sans doute le seul pays dont a défini clairement les frontières au moment de son entrée à l’ONU. En effet, la résolution qui admettait les Comores au sein de cette organisation internationale le 12 novembre 1975 et en faisait donc un État reconnu par ses pairs, citait clairement la composition des Comores et définissait par le même geste les frontières du nouvel État : Grande-Comore, Anjouan, Mayotte et Moheli.

Or, la France, l’ancienne puissance coloniale, a tenté de modifier ces frontières à deux reprises après leur fixation le 12 novembre 1975 par le droit international.

D’une part, par le référendum du 8 février 1976, et par lequel, après le renvoi des opposants dans les autres îles, 99% des habitants se sont prononcés pour la « francisation » de l’île.

D’autre part, par le référendum du 11 avril 1976 par lequel les Maorais ont rejeté massivement le statut de territoire d’outre-mer.

En 1976, l’ONU avait condamné l’organisation de ces deux référendums estimant que la France avait violé « la souveraineté de l’État comorien » et son « intégrité territoriale ». L’organisation avait d’ailleurs condamné d’avance tout autre référendum que la France pourrait faire dans l’île.

Tirant sans doute la leçon de ces condamnation, la France avait évité d’installer une vraie frontière entre Mayotte et le reste de l’archipel. Pendant vingt ans, de 1975 à 1995, les Comoriens circulaient librement entre les quatre îles. Puis, soudain, en 1995, le gouvernement français a décidé d’une manière unilatérale d’installer une barrière entre Mayotte et le reste de l’archipel en exigeant un visa d’entrée dans cette île. Puis, en 2009, feignant de négocier avec le président Sambi dans le cadre du Groupe de Travail de Haut Niveau (GTHN), la France organise un nouveau référendum et transforme l’ile en département français. Sur la lancée, elle obtient le soutien des pays européens pour faire de Mayotte une région ultra-périphérique de l’Europe.

La France a donc modifié les frontières internationalement reconnues de l’Etat comorien, progressivement de 1975 jusqu’en 2010, au mépris d’une vingtaine de résolutions de l’ONU qui condamnent la présence française à Mayotte, mais avec la bénédiction silencieuse de la communauté internationale.

C’est donc avec un certain amusement que les Comoriens entendent régulièrement le gouvernement français évoquer le respect d’une résolution de l’ONU pour intervenir militairement dans certains pays du tiers-monde. Ils ont été encore plus amusés et on réagi nombreux sur les réseaux sociaux par la diffusion d’une phrase du Ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, déclarant dans le journal Le Monde du 6 mars, à propos de la crise en Crimée et de l’évocation d’un réfendum :

 » En droit international on ne peut pas faire un référendum pour modifier des frontières. Imaginez un département de France qui demande son indépendance ! Et si cela se généralisait à d’autres Etats… Après, tout dépend de la question qui va être posée. S’il s’agit d’aller vers davantage de décentralisation, d’accord. Mais si, en revanche, c’est une manière de changer les frontières, cela pose problème « .

En lisant cela, on se dit : soit Laurent Fabius, qui est en politique depuis plus de trente ans, ignore la politique qui a été menée par son pays aux Comores ces dernières années, soit il est cynique en remuant dans le coeur des Comoriens un couteau enfoncé depuis 1975.

Mahmoud Ibrahime