PS

Houmed Msaïdié : « il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement »

Houmed Msaidie : « il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement »

Houmed Msaïdié, ancien député, ancien Ministre

Houmed Msaïdié, ancien Ministre

Les anciens ministres Houmed Msaidié, Kamar Ezzamane et leurs amis ont lancé ce samedi 24 mai un nouveau parti : le RADHI (Rassemblement pour une Alternative de Développement Harmonieux et Intégré). Les organisateurs affirment avoir réuni près de 5000 personnes au foyer des femmes de Moroni, trop petit pour accueillir tout le monde. Du coup, selon certains témoignages, il y avait autant de monde dedans qu’à l’extérieur. Le Secrétaire Général du nouveau parti, Houmed Msaidié, a accepté de répondre aux questions de la rédaction de Mlimengu.

Mlimengu – Vous avez mobilisé un grand nombre de Comoriens au Foyer des Femmes samedi dernier pour l’AG constitutive de votre nouveau parti, vous attendiez-vous à un tel succès ? Comment l’expliquez-vous ? 

Houmed Msaïdié – Cela fait des années que nous sommes sur le terrain et que nous nous battons pour tout ce qui touche la vie quotidienne de nos concitoyens, c’est pour cela que nous avons pu mobiliser autant. Nous sommes donc satisfaits. Ce fut un plaisir de voir autant de monde, plus de 5000 personnes venues assister à notre Assemblée Générale constitutive.

Mlimengu – Certains ont dit que c’étaient essentiellement des gens du Mbude et ont donné à ce rassemblement un caractère régionaliste…

Houmed Msaïdié – Qu’ils sachent que j’en suis fier ! Un homme politique qui n’a pas un fief ne peut pas s’imposer sur la scène politique. Que des citoyens qui m’ont élu à trois reprises député pour les représenter à l’Assemblée Nationale (les habitants du Mbude, et ceux du Mitsamihuli en plus pour la troisième fois) soient avec moi pour un tel événement, je ne peux qu’en être fier. Je vous avoue que cela m’a fait plaisir. Ils représentaient environ un tiers des présents. Et s’ils n’avaient pas été là ? Les mauvaises langues auraient alors dit : « Il n’est même pas capable de mobiliser dans son fief ». Et bien, ils étaient présents et j’en suis heureux !

 

AG du Parti RADHI (Ph. Oustadh Padré)

AG du Parti RADHI (Ph. Oustadh Padré)

Mlimengu – Pourquoi un nouveau parti au lieu de recomposer le paysage et ainsi réduire le nombre de partis qui est encore trop élevé ?

Houmed Msaïdié – Il faut avoir en tête que les leaders qui étaient dans cette Assemblée Générale représentaient quatre mouvements ou partis politiques. Et nous avons discuté, au total avec huit partis politiques, mais seulement quatre ont répondu à notre appel. Donc, nous n’avons pas ajouté un parti, nous avons diminué le nombre ! Mais, nous n’allons pas nous arrêter là. Nous pensons qu’il faut regrouper un maximum de partis autour d’impératifs de développement. RADHI regroupe quatre partis existant et vise à en regrouper d’autres.

Mlimengu – Quelles sont les grandes lignes des idées de ce parti ? En quoi diffère-t-il des autres partis ?

Houmed Msaïdié – Nous voulons un parti pragmatique, avec des idées qu’on peut mettre en pratique rapidement.

Par exemple nous pensons qu’il faut réduire le train de vie de l’État et le rendre crédible auprès des citoyens. Il y a un train de vie inacceptable. On ne peut pas comprendre que le Président ou les ministres restent si longtemps à l’extérieur, à tel point que dans les conseils des ministres on n’a parfois que quatre ou cinq ministres parce que les autres sont en voyage. Le président ne devrait faire que trois voyages obligatoires : à l’Assemblée Générale de l’ONU et aux deux sommets de  l’Union Africaine que nous voulons renforcer pour en faire une fédération de type Union européenne. Le président pourrait également se rendre à l’extérieur pour signer des contrats importants qui apportent des bénéfices au pays. Il n’y a pas de raison que le président se déplace plus de huit fois dans l’année.

Nous voulons donner une importance particulière à la Justice. Cela passe par la désignation de magistrats conscients de leur rôle et décidés à travailler correctement. C’est pourquoi nous proposons de rendre plus libres ces magistrats en associant les élus de l’Assemblée de l’Union à leur désignation. Le Président de la République pourrait ainsi soumettre une liste à l’Assemblée qui la validerait ou non. Les deux instances pourraient aussi, sous le contrôle du Conseil de la Magistrature, engager une procédure pour démettre un magistrat qui a failli à sa mission.

L’éducation doit aussi être parmi nos priorités. Nous voulons qu’au niveau de l’enseignement secondaire, on puisse initier les jeunes à des métiers afin que s’ils sortent du système scolaire trop tôt, ils puissent exercer un métier. Au niveau universitaire, nous devons privilégier la recherche fondamentale basée sur notre environnement et arrêter de fonctionner comme une université d’un grand pays développé tout en mettant sur les places publiques de plus en plus de chômeurs.

On pourrait par exemple développer le tourisme, en comptant sur nos propres potentialités. Cela pourrait résoudre en partie le problème du chômage des jeunes.

 

Mlimengu – Quelle est votre position sur la question de l’île comorienne de Mayotte ?

Houmed Msaïdié – Nous espérons fortement que lorsqu’il sera ici cet été, François Hollande engagera les trois parties dans un véritable processus de réconciliation et de règlement du conflit franco-comorien. Et cela passe nécessairement par la suppression du « visa Balladur ».

 

Foyer des Femmes plein (source facebook Radhi)

Foyer des Femmes plein (source facebook Radhi)

Mlimengu – Pensez-vous pouvoir participer aux prochaines élections ? Pour les présidentielles, quel sera le processus de désignation de votre candidat ?

 

Houmed Msaïdié – Nous comptons participer aux prochaines élections et cela à tous les échelons. En ce qui concerne le mode de désignation de notre candidat aux prochaines élections présidentielles, nous allons instituer  un système de primaires, un système démocratique qui puisse permettre aux militants de désigner leur candidat, s’il y a plus d’un candidat à la candidature.

 

Mlimengu – Votre parti est-il représenté dans la diaspora ?

Houmed Msaïdié – Oui, nous sommes représentés en France. Tous ceux qui veulent nous rejoindre doivent contacter Mme Aniami Mchangama, en région parisienne. C’est une femme volontaire, une femme de conviction, militante du Parti socialiste en France et qui est chargée de mettre en place les structures du parti RADHI en France.

Non seulement nous sommes représentés dans la diaspora, mais nous avons également intégré dans nos statuts la représentation de celle-ci et nous allons soutenir d’une manière claire et avec force les revendications de la diaspora dans les questions cruciales comme celles de son droit de vote ou de ses déplacements vers la mère-patrie.

Nous allons aussi engager un dialogue avec la diaspora pour qu’elle diversifie son investissement au pays dans des secteurs porteurs comme le tourisme et ne pas mettre toutes ses capacités d’investissement uniquement dans les produits de consommation liés au grand-mariage.

propos recueillis par Mahmoud Ibrahime et Idjabou Bakar

Halidi Allaoui : un engagement pour une humanité libre, juste, solidaire et fraternelle

Me Halidi Allaoui, candidat sur la liste PS à Villiers le Bel

Me Halidi Allaoui, candidat sur la liste PS à Villiers le Bel

Halidi Allaoui : un engagement pour une humanité libre, juste, solidaire et fraternelle
Fraichement devenu avocat, Me Halidi Allaoui se lance officiellement en politique en acceptant de figurer sur la liste du Parti socialiste à Villiers-le-Bel. Halidi Allaoui aime les gens et a toujours milité dans le social, ce n’est donc qu’une autre manière de servir ceux qui en ont le plus besoin.
MLIMENGU. Me Halidi Allaoui, vous êtes sur la liste du maire sortant à Villiers le Bel, pourquoi ce choix ?
Effectivement, je n’ai pas hésité un seul instant à être candidat aux prochaines élections municipales en figurant sur la liste « A Villiers le Bel, osons l’avenir », conduite par le Maire sortant PS,  Jean Louis Marsac et soutenu par plusieurs partis de gauche : PS, PCF, Front de Gauche, PRG et MRC.
Villiers le Bel est une ville qui n’est pas facile à gérer et qui présente des défis importants à relever dans les années à venir. Elle n’a surtout pas besoin de  politique politicienne et d’un programme improvisé et irréaliste. Elle doit donc continuer à être gérée par un Maire de proximité, expérimenté et lucide, accompagné d’une équipe diversifiée, également expérimentée et entièrement dévouée à sa  ville et à l’ensemble de ses habitants.
Il importe de préciser que Jean Louis MARSAC a aussi réussi à me convaincre rapidement dès qu’il m’a exposé les grandes axes du programme électoral de sa liste  tout en insistant sur le projet éducatif global, parce que je m’intéresse particulièrement aux  questions d’éducation des enfants de Villiers le Bel.  Je suis fier d’être à ses côtés et de contribuer à son noble combat : continuer à tirer notre ville vers le haut.
MLIMENGU. Que pensez-vous pouvoir apporter à votre ville ?

Tous ceux qui me connaissent bien ou ont eu l’occasion de me côtoyer savent que partout où je passe je fais de mon mieux pour être utile. Cela est naturel et normal pour moi.
Donc, depuis mon arrivée à Villiers le Bel, mon apport n’est pas négligeable notamment dans les domaines sportif et éducatif. Du moins, je le pense.
A titre d’illustration, je consacre bénévolement certains de mes week-end à notre équipe de hockey afin de faciliter ses déplacements et l’organisation des tournois. Je l’ai aussi fait,  il y a quelques années, avec l’équipe de hand-ball.
Actuellement,  je suis  Président de l’association des parents  d’élèves et élu au CA (Conseil d’Administration) d’un collège de la ville.
Et jusqu’en décembre dernier, j’étais Administrateur départemental chargé du secteur de Villiers  le Bel d’une des grandes fédérations des parents d’élèves de France.
Mon ambition est de poursuivre mon investissement dans ma ville et ce, dans plusieurs domaines tout en lui donnant une autre dimension.
MLIMENGU. Depuis quand militez-vous dans le PS ? Pourquoi ce parti et pas un autre ?

Comme j’aime dire «  Un homme responsable est celui qui assume ses actes et défend haut et fort ses convictions ».

Officiellement c’est depuis 2007 que je suis devenu militant même si ce n’est pas continu. Mais j’ai toujours été proche de ce parti. Car non seulement, je ne supporte pas les injustices mais  je suis un adepte du combat des personnalités  comme Jean JAURES et François MITTERAND : un engagement pour une humanité libre, juste, solidaire et fraternelle.
MLIMENGU. Quels sont les principaux thèmes de campagne de votre liste ?
 
Les quatre  priorités  qui guideront notre action sont : l’éducation, le logement et cadre de vie, le respect et le comportement citoyen et l’emploi et le développement économique.
 
MLIMENGU. Vous êtes devenu avocat depuis cette année, est-ce que l’exercice de ce métier vous fait toujours rêvé ?
 
Je ne rêve plus depuis que mon projet professionnel est devenu réalité. Je veille surtout à ce que mes épaules restent solides (Rires).
 
MLIMENGU. Si vous êtes élu, aurez-vous encore le temps d’exercer pleinement cette passion et de siéger en conseil municipal ?

J’ai l’habitude de cumuler plusieurs responsabilités. C’est une question de volonté et de bonne organisation.

Propos recueillis par Mahmoud Ibrahime

Aboudou Zaabay : je souhaite mettre mon expérience professionnelle au service de la commune

Zaabay AboudouABOUDOU ZAABAY est le candidat du Parti Socialiste aux municipales dans la ville de Nemours, en Seine et Marne.
Ingénieur, Chef de projet, il a pour ambition de prendre la ville à la candidate de l’UMP.
MLIMENGU. Aboudou Zaabay, vous êtes candidat socialiste à la Mairie de Nemours (77), qu’est-ce qui vous motive dans cette candidature ?
Beaucoup de choses vont mal à Nemours. Je souhaite mettre mon expérience et mon énergie au service des Nemouriens, pour faire bouger les choses, notamment en direction des jeunes.
MLIMENGU. Comment avez-vous été désigné ?
J’ai été désigné le 10 octobre dernier, par les adhérents Nemouriens de la section socialiste Nemours-Gâtinais. J’étais le seul candidat.
MLIMENGU. Depuis quand êtes-vous au Parti Socialiste ? Pourquoi dans ce parti ?
Je me suis engagé au Parti Socialiste depuis 1993 au moment de la défaite historique subie par ce parti aux législatives. Depuis 2010, je suis le secrétaire de la section Nemours-Gâtinais. Pour moi, c’est le parti où je peux lutter contre les injustices et réduire les inégalités.
MLIMENGU. Depuis quand vivez-vous à Nemours ? Connaissez-vous suffisamment la ville ?
J’habite Nemours depuis 2002 et je suis très impliqué dans différentes associations de la commune et des environs. Je suis aussi de près la vie municipale en assistant à tous les conseils municipaux. Je connais donc bien la ville.
MLIMENGU. Que pensez-vous pouvoir apporter à votre ville ?
En tant que chef de projet, je souhaite mettre mon expérience professionnelle au service de la commune notamment sur le sujet de l’emploi à Nemours. Mon implication dans la politique m’a permis aussi de découvrir beaucoup de choses et de connaître des personnes qui peuvent nous aider.
MLIMENGU. Vous venez de sortir une autobiographie*, pourquoi maintenant ?
Beaucoup de mes amis français notamment Nemouriens ne connaissent pas forcément les Comores et mon parcours. Cette autobiographie leur est destinée. Je l’ai écrite aussi pour les  jeunes comoriens qui ne me connaissent que de nom.
MLIMENGU. Votre adversaire est sur le poste depuis longtemps, comment évaluez vous vos chances de la détrôner ?
Ce n’est pas parce qu’on est sur le poste de maire depuis longtemps qu’on gagne forcément l’élection.
Je connais cette ville et j’ai un projet pour Nemours. Par ailleurs, depuis les élections régionales de 2010, la gauche à toujours gagné sur la commune de Nemours. Donc nous avons toutes nos chances pour gagner le 30 mars.
Propos recueillis par Mahmoud Ibrahime
*Aboudou Zaabay, Du pays d’où je suis au pays dont je suis, Coelacanthe, mars 2014, 70p. Plus de renseignement ici : http://www.editions-coelacanthe.com/PBSCCatalog.asp?ItmID=13832455