Toimimou

Les Comoriens fêtent 40 ans d’indépendance

Tribune Libre

Par Mahmoud Ibrahime, historien

Le drapeau comorien

Le drapeau comorien

40 ans. Les Comoriens fêtent leurs 40 d’indépendance depuis ce week-end. J’ai écouté et lu jusqu’à la nausée tous les mots de mes compatriotes, histoire d’en tirer une vision globale de cet événement aujourd’hui. Certes les avis divergent. Il y a ceux qui parlent avec un grain de nostalgie du temps de la colonisation. Ceux qui disent : les vieux nous avaient prévenu de ne pas encore prendre cette indépendance. Ceux qui sont prêts à se mettre des chaines aux mains et aux pieds et à appeler l’ancien colonisateur venir développer le pays. Ceux qui disent « tsihaba » (« ce n’est pas rien »). Ceux qui disent que le pays n’a pas encore atteint la maturité nécessaire…

Il y a un dénominateur commun à tout ce que j’ai lu : aucun ou presque ne se sent responsable de la situation actuelle du pays. Qu’on ait 20, 30, 40 ou même 50 ans, aucun Comorien (ou presque) ne se sent responsable de la situation actuelle de son pays. Chacun renvoie la responsabilité à une vague entité, difficilement repérable en réalité : ces salopards d’hommes politiques ! Des extra-terrestres venus d’on ne sait quelle planète aider l’ancienne puissance coloniale à empêcher le développement des Comores par les Comoriens !

Si les hommes politiques seuls développent les pays, ça se saurait !

Cette mauvaise foi va jusqu’à affirmer que l’indépendance est inachevée pour justifier l’immobilisme, le fait que plusieurs générations de Comoriens refusent de prendre en mains leur destin.
Même à 40 ans révolus, certains ne se sentent pas comptables de ce qui arrive au pays. Pourtant parmi eux, il y a des fonctionnaires de l’Etat comorien qui, tous les jours, estiment normal d’aller au bureau juste pour voir les amis et discuter, des professeurs conscients de leurs lacunes mais qui ne cherchent pas à s’améliorer et qui peuvent passer une année scolaire sans lire un seul livre, il y a des chefs d’entreprises qui depuis l’autonomie interne ont profité des différents régimes des « Wana hatru » pour ne jamais payer la douane et autres taxes qui pourraient permettre d’aider à la construction du pays, des étudiants ou anciens étudiants sur lesquels l’Etat comorien a investi depuis la primaire jusqu’au bac et qui sont partis à l’étranger faire des études et qui ne sont jamais revenus rembourser ce qu’ils doivent à la nation. Et même des « Je viens » qui de passage au pays estiment qu’on leur doit tout et inventent mille subterfuges pour ne pas respecter les lois du pays. Je n’oublie pas que parmi eux, il y a aussi ceux qui ne font jamais rien pour le pays, mais qui passent leur temps à critiquer et à dévaloriser ceux qui voudraient faire quelque chose.
Alors mon souhait pour les 40 prochaines années serait que chaque Comorien se sente responsable du destin du pays car il n’y a nulle part des gens qui se cachent (ou un messie) et qui viendraient développer le pays à la place de ses enfants. Que chacun de nous se dise qu’il est peut-être responsable de ce qui est arrivé et qui arrivera dans l’avenir.
Je terminerai par une lueur d’espoir, par cette phrase que j’ai piquée sur le mur facebook d’un jeune comorien parmi les plus actifs du pays, un jeune qui n’a même pas 30 ans (je crois), Toimimou Ibrahim​ : « Rien ne vaut la conquête du destin de nos îles, car tout ce qui en découle est le fruit de nos efforts COLLECTIFS et INDIVIDUELS pour faire honneur ou pas à la nation. »

Viva Komoro !